Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : ASNL : la saison 2019-2020

Ligue 2 : de nombreuses réactions après l'interruption du match Nancy-Le Mans à cause de chants homophobes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Maine, France Bleu

La rencontre entre l'AS Nancy Lorraine et Le Mans FC vendredi, comptant pour la quatrième journée de Ligue 2, a été brièvement interrompue en première mi-temps alors que des chants homophobes ont retenti au stade Picot. La ministre des sports Roxana Maracineanu a salué la décision de l'arbitre.

Souleymane Karamoko face au Mans
Souleymane Karamoko face au Mans © Maxppp - Cédric Jacquot

Tomblaine, France

Soirée mouvementée au stade Marcel Picot. Parce que Nancy a décroché sa première victoire de la saison en Ligue 2 au terme d'un match incroyable face au Mans (2-1), réduit à neuf contre onze ce vendredi soir. Mais aussi et surtout car la rencontre comptant pour la quatrième journée de Ligue 2 a été brièvement interrompue par l'arbitre Mehdi Mokhtari et le délégué Alain Marseille, en première mi-temps, suite à des chants homophobes proférés en tribunes.

Des chants anti-FC Metz, malheureusement classiques, ont été chantés au stade Marcel Picot. Et l'arbitre a donc, en vertu du règlement, décidé d'interrompre le jeu le temps que le speaker puisse faire une annonce demandant l'arrêt de ces chants. Le jeu a pu reprendre rapidement et les chants ont cessé jusqu'au terme de la rencontre.

La ministre des sports salue la décision 

Une décision arbitrale saluée par la ministre des sports Roxana Maracineanu sur son compte Twitter : 

Après la rencontre, Jean-Michel Roussier, le président de l'ASNL s'est rendu en salle de conférence de presse, ce qu'il ne fait jamais après les matchs, pour revenir sur ces incidents. Des incidents qu'il condamne : "L'ASNL condamne toute action ou propos homophobes dans l'enceinte du stade et en dehors. Il y a un règlement que la Ligue a fixé, qui se doit d'être appliqué [...] On a rencontré les responsables des groupes de supporters à la mi-temps, avec les délégués, ils ont entendu le message. Je les reverrai sur ce sujet. Je ne crois pas que dans l'histoire du club, le racisme et l'homophobie sont des faits marquants."

Jean-Michel Roussier qui ajoute que le problème de l'homophobie dépasse largement le seul cadre du football : "Le football n'a pas vocation à traiter les problèmes de société tout seul. Ce sont des problèmes de société qui dépassent le cadre du football. Et le football n'a pas vocation à être montré du doigt quand ce type de propos inadmissible sont tenus".

La réaction du corps arbitral a été appréciée par les acteurs de la rencontre comme l'entraîneur du Mans, Richard Déziré : "C'est une bonne chose. J'ai apprécié la manière dont le club de Nancy a cherché à gérer la chose tout de suite. On est jamais à l'abri d'énergumènes et d'abrutis. On a été prévenu que si ça recommençait, le match serait arrêté un moment et qu'on rentrerait aux vestiaires. Il ne faut pas laisser passer ce genre de chose."

Des propos homophobes condamnés également par le président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Mathieu Klein sur son compte Twitter : 

Choix de la station

France Bleu