Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : TFC objectif Ligue 1

Objectif Ligue 1 : "Il reste trois matches, il faut tout donner" (Arnaud Dalla-Pria)

-
Par , France Bleu Occitanie

Le président de la Ligue de football d'Occitanie, Arnaud Dalla-Pria, était l'invité de la séquence "Objectif Ligue 1" ce jeudi soir. Il souhaite vivement que le TFC remonte et rejoigne Montpellier et Nîmes en Ligue 1.

Arnaud Dalla-Pria, le président de la Ligue Occitanie souhaite vivement le retour du TFC en Ligue 1
Arnaud Dalla-Pria, le président de la Ligue Occitanie souhaite vivement le retour du TFC en Ligue 1 © Maxppp - Clementz Michel

Fraîchement élu à la tête de la Ligue de football d'Occitanie, Arnaud Dalla-Pria ne cache pas qu'il aimerait bien avoir une équipe occitane de plus en Ligue 1 aux côté de Montpellier et Nîmes. 

Interview d'Arnaud Dalla-Pria en intégralité

Arnaud, quelles chances vous donnez aux TFC pour une montée en Ligue 1 ? 

Je souhaite qu'ils montent. On sait très bien que, malheureusement, leur parcours a été entachée par la COVID. J'espère que l'effectif est remis. Il reste trois matches, il faut tout donner. Comme je suis chauvin, je vais dire qu'il faut absolument qu'ils remontent parce que la ligue de football d'Occitanie a quatre clubs professionnels.

Il y en a deux en Ligue 1 pour l'instant. Ce serait bien qu'il y en ait un troisième. Avec le joli parcours de Canet en Coupe de France, ça montre qu'on est une ligue de football. 

C'est important pour la Ligue que le TFC soit en Ligue 1 ?

Pour nous, c'est important. Mais ça n'aura pas d'impact particulier. C'est important parce qu'aujourd'hui, avec le président Comolli et ses équipes, on a tissé des liens qui sont intéressants, comme on a fait avec les autres clubs professionnels de la ligue. On a donc tout intérêt à avoir des clubs le plus haut possible.

Que Montpellier soit en demi finale de Coupe de France, c'est un vrai plaisir. Si le Téfécé peut remonter demain, c'est encore mieux. Nous, dans notre gestion quotidienne, ça n'a aucun impact. Par contre, pour la dynamique de la ligue Occitanie, c'est important d'avoir quatre clubs professionnels. 

Quels sont ces liens que vous avez tissé avec le TFC ?

C'est multiple. On a quatre clubs professionnels qui peuvent effectivement amener leur expérience sur la formation, mais qui peuvent aussi nous amener une collaboration sur les valeurs sociétales du football. On sait aujourd'hui que l'ensemble des clubs ont des fonds de dotation ou des fondations pour développer des actions citoyennes autour du football.

La ligue est en train d'en mettre un en place également. Ça veut dire qu'on peut se retrouver sur des projets sociaux autour du football. Je rappelle que pendant six mois, comme beaucoup de sports étaient à l'arrêt, le football a pu maintenir du lien social avec ses licenciés au travers des entraînements tout au long de la saison. 

Est ce qu'il y a une concurrence réelle avec le rugby ? 

Non, je ne pense pas. Je pense pas qu'il y ait de concurrence. Moi, je n'entre pas là dedans. J'ai eu le président de la Ligue d'Occitanie de rugby, Alain Doucet. On a échangé tous les deux. On doit se voir prochainement. Aujourd'hui, le rugby, comme les autres sports collectifs, ont tout intérêt à tisser des liens. Parce qu'on est sur les mêmes valeurs, on est sur les mêmes objectifs.

Pour moi, il y a la place aujourd'hui dans nos régions. C'est sûr que sur la région toulousaine, le Stade Toulousain a un ancrage très fort. Mais je rappelle que, pour avoir assisté au parcours du Téfécé en Coupe d'Europe en 86-87, le Stadium était plein aussi. Depuis plusieurs années, le Téfécé était dans une mauvaise spirale. Forcément, quand il y a une mauvaise spirale, il y a moins de passion autour.

A partir du moment où il y a une spirale positive, si demain on peut avoir deux clubs phares sur la région toulousaine, ça se passera très bien. Quand on voit la ville de Montpellier, qui est une ville très sportive, l'ensemble des clubs de sports collectifs sont en première division. Donc je pense qu'il y a de la place pour tout le monde.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess