Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : TFC objectif Ligue 1

"Objectif Ligue 1" - Beto Marcico : "Dans ce sprint, le TFC doit être bien dans la tête"

-
Par , France Bleu Occitanie

Le Toulouse Football Club entame ce samedi 3 avril face à Nancy le sprint final pour aller chercher une montée en Ligue 1. À huit journées de la fin, France Bleu Occitanie donne la parole à des personnalités liées au TFC. Beto Marcico ouvre le bal. Il estime que tout sera une question de mental.

Beto Marcico au Stadium de Toulouse en 2017.
Beto Marcico au Stadium de Toulouse en 2017. © Maxppp - MICHEL VIALA

Il a porté le maillot des Violets à 227 reprises en 1985 et 1992. Beto Marcico, ancien international argentin, nous livre son sentiment sur la fin de saison qui attend le TFC, lui qui suit attentivement les performances du TFC. Il était en direct dans 100% Club ce lundi sur France Bleu Occitanie.

Interview de Beto Marcico

Beto Marcico, le TFC représente quoi pour vous ?

D'abord, salut à tout le public toulousain et aux supporters. Le TFC représente beaucoup, beaucoup. J'y ai joué sept ans. On a connu la Coupe d'Europe. C'est le club le plus important dans ma vie, sans doute. 

Quel souvenir est le plus marquant ?

Le match de Naples. Je dis ça parce que j'ai le maillot de Diego Maradona de ce match là. Chaque fois que je rentre chez moi je vois le maillot de Diego. Le maillot est dans le hall d'entrée. Je n'ai que trois maillots : un maillot du TFC, un maillot de Boca et un maillot de Naples.

Comment vous voyez cette fin de saison ?

Ils sont troisièmes. Dans ce sprint, il faut être bien dans la tête.Tu n'as pas le droit à l'erreur dans ces matches là. Si tu commets une erreur, un match nul ou tu perds deux matches, tu n'es plus dans le sprint final. J'ai vu jouer le TFC, je le suis, et c'est une équipe qui mérite la montée. Le mériter c'est une chose, maintenant il faut le montrer sur le terrain. Le TFC a le potentiel. Il faut le travailler surtout au niveau mentalité.

Vous suivez donc toujours attentivement les aventures toulousaines ?

Je suis toujours le TFC, je suis les matches en direct. Je suis en contact avec beaucoup de gens même si je suis en Argentine. Toulouse c'est une ville que j'adore. 

Qu'avez-vous pensez de la vente du club d'Olivier Sadran ? 

Olivier Sadran était surtout un imprésario, il n'était pas dans le milieu du football. Les gens qui sont arrivés sont du milieu du football. Le résultat on le voit. Cela a beaucoup changé le club. Cela va faire du bien pour la ville qui est aussi une ville de foot.

Que faites-vous à Buenos Aires désormais ?

Je suis dans le bâtiment depuis 18 ans. Avec l'arrivée des nouveaux dirigeants de Boca Juniors, je suis un peu plus près du club. Peut-être que dans quelques temps je pourrais devenir salarié au club. Pour le moment, je le fais avec beaucoup de plaisir. J'ai grandi à 200 mètres de la Bombonera. On essaie de chercher des jeunes joueurs pour les emmener en Europe.

Un dernier message à transmettre au TFC ?

Le club est toujours dans mon cœur. Beaucoup. Il y a un très bon entraîneur, des jeunes joueurs. Il faut travailler surtout la tête parce que les qualités, ils les ont. J'espère qu'ils auront la possibilité d'amener le club en première division où il mérite d'être. Allez le TFC !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess