Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ole Selnaes : "Je reste à la maison et je joue à FIFA"

lundi 25 septembre 2017 à 17:31 Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire

Dans une interview exclusive à France Bleu Saint-Etienne Loire, l'International norvégien se dévoile : son quotidien à Saint-Étienne, la Norvège, la famille, les amis et la saison des Verts bien entendu.

Ole Selnaes au micro de France Bleu Saint-Etienne Loire
Ole Selnaes au micro de France Bleu Saint-Etienne Loire © Radio France - David Valverde

Vous avez eu beaucoup de difficultés en fin de saison dernière. Vous l’avez-vous-même ressenti ?

Oui peut être mais c’était une période compliquée pour toute l’équipe. Il se passait beaucoup de choses en dehors du terrain. Mais je sens mieux maintenant. Les vacances m’ont fait du bien. J’ai pu me relaxer, recharger les batteries. Ensuite j’ai fait une grosse préparation pour être le plus affuté possible. Je me sens bien maintenant.

Un nouvel entraîneur, c’est important pour bien redémarrer ?

Il a fait preuve de bienveillance à mon égard. Il connait le football, ça se sent. Tout son staff est très professionnel, ils savent ce qu’ils veulent de nous. Ça fait du bien, et pas qu’à moi. Quand on joue bien on est solide. Mais on doit s’améliorer. C’est un peu tôt pour vraiment juger. Mais jusqu’ici c’est bien.

Cela fait presque deux ans que vous êtes là maintenant. Comment est la vie à Saint-Étienne ?

Il y a des hauts et des bas. Mais dans l’ensemble ça va. Les gens sont sympas avec moi, ils me traitent bien. Au club, il y a toujours quelqu’un pour m’aider. C’est important pour moi.

Vous avez des endroits préférés pour vous balader, pour sortir ?

Pas vraiment (rires) ! Il n’y a pas beaucoup d’endroits à voir en ville… Je suis un gars tranquille qui aime rester à la maison, avec des amis et jouer à FIFA. Quand je suis chez moi, je récupère avant le prochain match, le prochain entrainement. Pas grand-chose d’autre à faire ! (rires)

Alex Soderlund est toujours là. Votre relation doit être encore plus forte maintenant. Cela fait deux ans que vous êtes tous les deux-là. Vous devez encore mieux vous connaître ?

Ça a toujours été comme ça. On se connaissait déjà très bien avant d’arriver ici. On avait joué ensemble. C’est toujours bien d’avoir quelqu’un avec qui parler norvégien. Ça aide.

Comment gardez-vous des liens avec la Norvège. Vous invitez des amis ? C’est uniquement le téléphone ou Skype ?

Parfois j’ai des visites. Il arrive que ma famille vienne, ou bien des amis. Ils viennent voir un match et passent ensuite quelques jours avec moi. Mais bon ils ont aussi leur vie en Norvège ! Ce n’est pas très fréquent mais ça arrive. J’ai beaucoup de famille et d’amis là bas, parfois ils me manquent alors ça me fait du bien quand ils viennent me rendre visite.

On sous-estime souvent la difficulté de quitter son pays, de découvrir un nouveau pays, une nouvelle langue, un nouveau club. Ça a été dur pour vous ?

Honnêtement, oui ! Il y a une grande différence. Quand je jouais en Norvège c’était pour Rosenborg, le club de ma ville natale, là où j’ai vécu toute ma vie. J’y ai laissé tous mes amis et ma famille. Un jour, soudainement, tout ça c’était fini. Je suis venu ici où je ne connaissais personne, avec une nouvelle langue. Toute ma vie a été chamboulée. C’est très différent. Mais vous apprenez beaucoup dans cette situation. Sur vous-même notamment. C’est une très bonne expérience.

La famille a l’air importante pour vous…

Bien sûr. J’ai une grande famille et c’est très important. J’ai un frère et une sœur. On est très liés. Mais il y a aussi tous ces amis, ces relations sociales qui faisaient qu’en Norvège, j’avais toujours quelque chose à faire. C’est ça la grande différence mais encore une fois, j’apprends beaucoup.

Revenons à Saint-Étienne. Qui met l’ambiance dans le vestiaire ?

Je dirais Florentin Pogba. Il est toujours de bonne humeur, il rit tout le temps. Il crée une bonne atmosphère.

Qui est le plus doué ballon au pied ?

Je dirais… Jonathan (Bamba). Je ne le connaissais pas parce qu’il était prêté la saison dernière. Donc je dirais lui. C’est un bon joueur .

Vous êtes surpris par ce début de saison ?

Non parce qu’on a de très bons joueurs. J’ai le sentiment qu’on peut battre n’importe qui. Quand on a un nouvel entraîneur, cela peut prendre du temps. J’ai toujours su qu’on ferait une bonne saison et on aurait pu croire qu’il y aurait un temps d’adaptation pour assimiler les nouveautés. On a très bien commencé. Mais, encore une fois, je ne suis pas surpris parce qu’on a de très bons joueurs.

Les semaines vous paraissent un peu longues sans la Coupe d’Europe ? Ennuyeuses même ?

Non ! Mais c’est sûr que c’est différent de la saison dernière parce qu’on jouait tout le temps. C’est ce qui intéresse un joueur de foot, c’est le plus amusant. Mais j’apprends beaucoup avec le nouveau coach et son staff. On s’amuse aussi en s’entrainant. Et si on gagne nos matches, ça nous amènera en Coupe d’Europe la saison prochaine avec encore plus de matches.