Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

OM - Gérard Gili : "Bordeaux ? L'impression qu'ils ont des gourous meilleurs que les gourous marseillais"

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu Vaucluse

L'Olympique de Marseille espère briser enfin ce vendredi sa "malédiction" à Bordeaux : aucune victoire en championnat depuis octobre 1977.

Gérard Gili alors entraîneur de l'OM, ici aux côtés de Bernard Casoni et Marcel Dib
Gérard Gili alors entraîneur de l'OM, ici aux côtés de Bernard Casoni et Marcel Dib © Maxppp -

Marseille, France

Les années passent, se suivent et se ressemblent. Inexorablement depuis octobre 1977, l'Olympique de Marseille se casse les dents chaque saison en déplacement à Bordeaux en championnat. Le prochain rendez-vous, c'est ce vendredi, en match d'ouverture de la 31e journée de Ligue 1 (20h45). Mais les hommes de Rudi Garcia ont plutôt intérêt à briser cette malédiction  s'ils veulent conserver un dernier espoir de podium. Pour l'instant, ils sont cinquièmes derrière Saint-Etienne, et à huit points de Lyon, le troisième.

Du Parc Lescure au Matmut Atlantique

La dernière fois que l'OM s'est imposé en championnat à Bordeaux, on parlait encore du Parc Lescure, rebaptisé ensuite stade Jacques Chaban-Delmas. Mais depuis, les Girondins ont déménagé. Il jouent maintenant au Matmut Atlantique, mais ça n'a rien changé à l'histoire jusqu'ici. L'OM vit toujours dans la nostalgie de ses buteurs de 1977 : Marc Berdoll et Victor Zvunka.

Gérard Gili connaît les deux clubs par cœur. S'il est né à Marseille, il a dirigé aussi bien l'OM à plusieurs reprises que les Girondins (1990-91) : "C'est une sorte de fatalité, reconnaît-il. Quand on va là-bas, on se dit que c'est difficile, prendre un point c'est presque un exploit. Et on ne se dit jamais "on va là-bas pour gagner les trois points", comme on pourrait le faire pour un autre club.

"Je pense qu'on est un peu restreint psychologiquement, et c'est cette barrière-là qu'il faut faire sauter." 

La saison dernière, l'OM n'a égalisé que dans les arrêts de jeu (94e, Sanson, 1-1), alors que De Préville avait ouvert très vite le score (3e). Et la saison précédente, c'était d'ailleurs à peu près le même scénario : Rolan trouvait le chemin des filets très tôt (2e), et c'est Bafé Gomis qui finissait par égaliser (60e).

"On a l'impression qu'il y a des gourous là-bas qui sont meilleurs que les gourous marseillais. Et pour avoir entraîné Bordeaux et reçu l'OM, quand on reçoit l'OM on se dit 'on ne va pas perdre, on va gagner Marseille'." 

Alors, cette saison sera-t-elle enfin la bonne pour l'OM ? Au match aller, comme un symbole, c'est un "minot" du centre de formation de Marseille qui a inscrit le seul but de la soirée au stade Vélodrome : Bouba Kamara. Il doit rêver, certainement, d'être encore le "héros" du match retour.

"Pour les Bordelais, c'est le match de l'année. Cette année, je pense que c'est possible, parce que Bordeaux n'a pas une équipe exceptionnelle. Maintenant, il faut voir si les gourous sont en forme ou pas !"