Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

OM - Rudi Garcia "d'accord mot pour mot avec Jacques-Henri Eyraud" vis-à-vis de l'Olympique Lyonnais

samedi 28 avril 2018 à 15:20 Par Tony Selliez, France Bleu Provence et France Bleu Vaucluse

L'Olympique de Marseille et l'Olympique Lyonnais sont lancés dans une "guerre médiatique" depuis les incidents survenus au Stade Vélodrome à l'issue du dernier match entre les 2 équipes.

Rudi Garcia, l'entraîneur de l'OM, avant le match à Angers
Rudi Garcia, l'entraîneur de l'OM, avant le match à Angers © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

Rudi Garcia aurait pu botter en touche, et renvoyer le sujet sur ses dirigeants. Il a préféré "se mouiller" lui aussi, et apporter un soutien inconditionnel à son président. Dans les colonnes de L'Equipe et de La Provence ce samedi, Jacques-Henri Eyraud a choisi de porter l'estocade à son homologue de l'Olympique Lyonnais ; il promet de lui rendre "coup pour coup". Le principal dirigeant de l'Olympique de Marseille s'estime floué par le jugement des incidents du match électrique entre les deux rivaux (défaite de l'OM 2 buts à 3 au stade Vélodrome, le 8 avril dernier). Dans L'Equipe, il déclare notamment cette décision de la LFP "asymétrique, disproportionnée" : il ne digère pas que son défenseur Adil Rami ait écopé de la même sanction (3 matchs de suspension) pour un coup d'épaule que le gardien lyonnais Anthony Lopes (coupable d'une gifle à un intendant de l'OM).

"Jean-Michel Aulas est (...) le plus grand des dirigeants du football français encore en activité" mais "il a bâti un réseau d'influence, de pouvoirs (...). Je veux croire que cette influence s'exerce dans le respect d'une morale et de principes" Jacques-Henri Eyraud, dans les colonnes de La Provence

Après les décisions de la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel, Jacques-Henri Eyraud avait lui-même réagi sur Twitter. Et Jean-Michel Aulas lui a très vite emboîte le pas, et répondu.

Dans la ligne de mire notamment du dirigeant marseillais, une autre série de tweets signés Jean-Michel Aulas et s'en prenant directement à l'OM, à son entraîneur et à ses joueurs, en particulier Adil Rami.

Ce samedi, devant micros et caméras, son entraîneur Rudi Garcia en a en quelque sorte "rajouté une couche"

"Les choses peuvent se faire dans le respect, mais il y a quand même des décisions qui ont été plus qu'étonnantes ; On voit un jour de Lyon, Lopes, frapper un membre du staff de l'OM et prendre 3 matchs fermes, et puis on voit un Adil Rami qui a vociféré, hurlé, et qui prend la même sanction, alors que Marcelo prend du sursis. Ce sont juste des décisions ou incompréhensibles ou simplement politiques. Jacques-Henri l'a bien expliqué" Rudi Garcia

Rudi Garcia (Entraîneur de l'OM) soutient son président Jacques-Henri Eyraud contre son homologue de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas avait auparavant, chez nos confrères de l'Equipe, déjà réagi à cette sortie médiatique de Jacques-Henri Eyraud. 

"Je suis vraiment surpris qu'un administrateur de la Ligue puisse avoir cette attitude. Il est en train de disjoncter. Il parle aussi de mes tweets, mais ça reste un moyen de communication utilisé par les hommes politiques, les chefs d'entreprise (...) C'est tellement désagréable. Vulgairement, je dirais qu'il a pété les plombs car je suis choqué par ces attaques personnelles""Jean-Michel Aulas

Et L'Olympique Lyonnais a également pondu un communiquéce samedi. Le club lyonnais laisse entendre qu'il pourrait donner des suites judiciaires "à l’attitude et aux propos" de Jacques-Henri Eyraud