Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Oswald Tanchot, entraîneur du Havre AC : "le mercato d'été est trop long"

mercredi 1 août 2018 à 17:06 Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

De nombreux acteurs du football estiment que le mercato d'été est trop long : qu'il perturbe les joueurs, les entraîneurs et les clubs. Ainsi, de plus en plus de voix militent pour un raccourcissement de la fenêtre "transferts". Parmi elles, celle de l'entraîneur du HAC, en Ligue 2.

Oswald Tanchot, entraîneur du HAC, aimerait que le mercato d'été dure moins longtemps
Oswald Tanchot, entraîneur du HAC, aimerait que le mercato d'été dure moins longtemps © Maxppp - Emmanuel Lelaidier

Le Havre, France

Le mercato est-il trop long ? A cette question, Oswald Tanchot répond "oui", sans hésiter ! Comme de nombreux entraîneurs, le coach havrais regrette la durée du marché des transferts.  Ouvert depuis le 9 juin, le mercato se termine le 31 août à minuit, alors que la saison de Ligue 2 a déjà repris. Résultat : des effectifs qui peuvent encore bouger et être chamboulés, avec des joueurs convoités par certains clubs. Au Havre, deux sont dans ce cas là : Zinédine Ferhat et Harold Moukoudi attirent, en effet, de nombreux regards et font l'objet de propositions. Deux garçons qui pourraient faire leurs valises et quitter le club normand dans les prochains jours ou les prochaines semaines.   

Oswald Tanchot, entraîneur du Havre AC : "C'est très difficile à vivre. En tous cas, c'est quelque chose de désagréable, c'est trop long. C'est sans cesse. Chaque jour, on doit se demander quels vont être les rebondissements, si les joueurs seront là ou pas. On vit déjà dans l'incertitude permanente dans le foot, parce qu'il y a les résultats. On prépare les matchs, mais on ne sait jamais si en les préparant du mieux possible, on a pensé à tout (...) Dans quel métier se demande-t-on chaque matin si son équipe sera là ? Et notamment les cadres, parce que là, on parle de cadres. Et en même temps, s'ils ne sont plus là, il faut quand même que ça tourne. Donc ce n'est pas agréable. Et puis ça crée de l'incertitude et de l'instabilité. Pour bien travailler dans le foot, il faut un minimum de stabilité et de bases. Et les bases, on les crée avec le temps, quand les joueurs se connaissent bien, et quand ils sont connectés entre eux et avec leur club. Le problème, aujourd'hui, c'est que les valises des joueurs sont prêtes, à tout moment. Il faut fonctionner avec ça."

Oswald Tanchot, au micro France Bleu de Bertrand Queneutte