Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% Verts

Pas de suites judiciaires dans l’affaire des bizutages du centre de formation de l’AS Saint-Étienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le soir de la finale de coupe de France entre Saint Étienne et le PSG, le 24 juillet dernier, trois des nouveaux stagiaires de l’Étrat avaient subi un bizutage de la part de trois joueurs plus anciens. Aucune suite judiciaire ne sera donnée à cette affaire a annoncé le parquet ce vendredi soir.

le centre de formation de l'ASSE à l'Étrat
le centre de formation de l'ASSE à l'Étrat © Maxppp - Claude Essertel

L'enquête menée par la gendarmerie après un violent bizutage en juillet dernier au centre de formation de l'ASSE s'est achevée et le parquet a décidé de classer le dossier sans suite. Plusieurs raisons expliquent cette décision. La première, c’est sans doute que les trois victimes et leurs familles, puisqu’ils sont mineurs, n’ont pas porté plainte. L’enquête a d’ailleurs montré que les conséquences psychologiques et physiques pour les trois victimes sont assez faibles.  

La seconde raison, c’est que le club a immédiatement pris des sanctions disciplinaires à l’égard des agresseurs. Outre leur suspension durant l’enquête, deux d’entre eux ont été exclus définitivement du centre de formation et sont repartis dans leur département d’origine, la Seine-Saint-Denis. La justice considère donc, dans ce cas, que la sanction disciplinaire interne au club est suffisante. 

Le troisième a fait l'objet d'une mise à pied temporaire de 15 jours. Il reste donc au centre de formation, mais sera convoqué devant un délégué du procureur spécialisé pour les mineurs, au palais de justice, pour un rappel solennel à la loi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess