Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Pascal Dupraz sur France Bleu : "Les supporters des Verts sont supporters dans toute la splendeur du terme"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

L'entraineur du Toulouse Football Club était l'invité du Debrief ce lundi soir entre 18h et 19h avant le matche ASSE - TFC ce samedi à 17h pour la 36e journée de Ligue 1.

Le Haut-Savoyard, entraineur du TFC, Pascal Dupraz
Le Haut-Savoyard, entraineur du TFC, Pascal Dupraz © Maxppp - Maxppp

Pascal Dupraz, vous croyez encore au maintien du TFC en Ligue 1 ?

C'est possible dans mon esprit et dans celui de tous ceux qui sont cartésiens. Si on se penche sur les points qui restent à glaner, on se rend compte qu'il y en a beaucoup plus que ceux qui nous séparent de nos adversaires.

Qu'est ce qui vous rend optimiste au-delà de l'aspect mathématique ?

C’est surtout les performances réalisées depuis quelques temps par Toulouse. Y compris quand on a perdu face à Lille et Lyon, on a fait plus que rivaliser avec notre adversaire.

Vous venez dans le Chaudron samedi. Quel regard vous portez sur ce match là ?

Je vous le dis avec beaucoup de mesure mais notre équipe aura un impact sur l'issue de la rencontre. Ce que je souhaite c'est qu'on ait assez de caractère et un visage hermétique défensivement et conquérant offensivement pour ramener un résultat de Geoffroy Guichard.

Quand vous avez signé à Toulouse, c'était aussi pour vous prouver que vous étiez capable de réussir ailleurs qu'à Evian-Thonon-Gaillard. Vous êtes déjà rassuré à ce niveau-là ?

Je n'étais pas fébrile. Tout ce que j'accomplis je l'accomplis de manière extrêmement professionnelle. Ce sont des défis que je me lance, c'est comme ça que je mène ma vie. J'étais certain que j'étais capable d'entrainer ailleurs que dans le club que j'ai vu grandir et que j'ai aidé à grandir, avec d'autres.

A Saint-Étienne, beaucoup de supporters aiment votre côté rebelle, un peu anti-establishment. Ça vous touche qu'on vous apprécie au-delà des frontières de votre club ?

Ça me touche lorsqu'il s'agit de supporters comme ceux des Verts parce que ce sont vraiment des supporters dans toute la splendeur du terme ! De vrais supporters. Il y a une vraie ferveur. Ce club de toute façon est mythique. Au risque de vous surprendre,  je ne suis pas dans le calcul. Si j'agis comme ça, si je me comporte comme je me comporte, je ne suis pas rebelle quoiqu'on en dise. Si être rebelle ça signifie être à l'inverse de tous les "toutous" consensuels, alors oui. Je ne suis pas dans le consensus. Je dis simplement ce que je pense. Parce que je suis un être libre. En tout cas je m'en souviens tous les jours que je suis libre. Si certains veulent avoir les pieds et poings liés c'est leur problème. L'objectif pour moi c'est de ne pas faire de mal au club dans lequel j'évolue. Quand il m'arrive de dire que certains consultants sont des abrutis, c'est peut-être pas la vérité mais c'est ce que je pense. Comme ça les choses sont dites, simples et fixées.

Vous parliez de l'histoire de l'AS Saint-Étienne. Vous aviez 14 ans pendant l'épopée des Verts dont on va fêter les 40 ans. Quels souvenirs vous en avez gardé ?

J'ai suivi l'épopée au même titre que l’avènement de l'Ajax Amsterdam. J'étais devant ma télé. J'étais enthousiaste à l'idée de regarder la télé avec mes parents et de supporter les Verts. Ça me permet de rebondir : dernièrement j'ai entendu l'un des anciens adjoints de Galtier, aujourd'hui entraineur de l'ETG (NDLR : Romain Revelli), le club que j'ai servi pendant 25 ans, et il disait concernant l'ETG, qu'il fallait se départir du passé. Le rayer. J'ai trouvé qu'il était un tout petit peu gonflé ce garçon. Je ne comprends pas pourquoi il ne l'a pas dit s'agissant de l'AS Saint-Étienne ? Pourquoi il n'a pas fait preuve de courage en disant qu'il fallait rayer le passé. On aurait vu si les gens auraient accepté qu'il puisse parler de la sorte. Voilà c'est contre toutes ces personnes là que je lutte, de temps à autre, en prenant parti et en m'exprimant.

L'interview intégrale de Pascal Dupraz sur France Bleu St-Etienne Loire