Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Patrice Garande : "Andy Delort est un garçon hors-norme"

-
Par , France Bleu Hérault

L'ancien entraîneur de Andy Delort à Caen était l'invité de Bertrand Queneutte et Geoffrey Dernis, sur France Bleu Hérault, dans l'émission 100% Club. Patrice Garande a longuement évoqué le parcours de son ancien protégé.

Patrice Garande était le coach de Andy Delort en 2015-2016
Patrice Garande était le coach de Andy Delort en 2015-2016 © AFP - Jean-François Monier

Montpellier - France

Ancien attaquant, formé à Saint-Etienne, Patrice Garande a porté les couleurs du MHSC et a contribué à écrire l'une des plus belles pages de l'histoire du club, durant la saison 1990/1991. Devenu ensuite entraîneur, il est le dernier à avoir fait remonter Caen en Ligue 1. Dans ce club, qu'il a maintenu à plusieurs reprises et qu'il n'a jamais fait descendre, il a notamment coaché Andy Delort, le buteur du MHSC, durant la saison 2015/2016. 

Andy Delort a dépassé deux fois la barre des 10 buts en Ligue 1 : à Caen puis à Montpellier - AFP
Andy Delort a dépassé deux fois la barre des 10 buts en Ligue 1 : à Caen puis à Montpellier © AFP - Charly Triballeau

Andy Delort : son meilleur attaquant 

"C'est le meilleur buteur que j'ai entraîné. Il a marqué le SM Caen. Un garçon hors norme, de par sa mentalité, sa faculté de travail et sa capacité à marquer des buts incroyables."

Une capacité à marquer des buts incroyables

"Avec lui, il n'y a pas de recette miracle. C'est un garçon attachant, qui a besoin d'être aimé, qui a besoin de le sentir de la part de son entraîneur. Il faut trouver l'équilibre, car il a aussi besoin qu'on lui bouge les fesses de temps en temps". 

"Besoin d'être aimé et qu'on lui bouge le fesses de temps en temps"

"Quand il est arrivé à Caen, il frappait toujours en force. Je le comparais à Jean-Pierre Papin, à ses débuts. Il avait une palette très efficace, mais assez restreinte. On a beaucoup travaillé sur ça. Après les entraînements, il adorait rester une demi-heure ou une heure à travailler devant le but, parfois plus que l'entraînement lui même, et il travaillait les intérieurs du pied ou les piqués". 

La séparation 

"Il avait cette idée de partir au Mexique, il est resté sur ça. Il était jeune, mais tous les joueurs passent par des phases comme ça. Bon, il faut dire que le contrat était juteux, ça compte aussi. Et puis, son idole, c'était André-Pierre Gignac, et c'était important pour lui de le rejoindre. Cette expérience lui a servi, il est revenu pour donner sa pleine mesure". 

Patrice Garande espère vite retrouver un banc - AFP
Patrice Garande espère vite retrouver un banc © AFP - Jean Christophe Verhaegen

La progression d'Andy Delort 

"Avant d'être un joueur, c'est aussi un homme. Et on passe par plusieurs phases avant d'atteindre sa maturité. Je crois que le fait d'être allé à Montpellier et d'y rester montre ça (qu'il est plus mature). C'est la première que je ne le vois pas évoquer une volonté de partir ici ou là au bout de trois mois."

Il a compris qu'il devait rester deux trois ans dans un club et marquer ce club

"A un moment donné, je crois qu'il repartira, mais je crois qu'il a compris qu'il faut rester dans un club deux ou trois ans et marquer ce club. Et encore une fois, il a besoin d'être aimé. A Montpellier, je connais bien la maison et je sais tout ce qu'on peut faire pour les joueurs. Il a un entraîneur que je connais bien, un président fantastique. Il a des gens qui lui montrent de la reconnaissance tous les jours."

L'avenir de Patrice Garande

"L'été dernier, beaucoup de choses ont été dîtes, mais il n'y a pas eu de contact pour que je revienne à Caen. Je n'ai pas candidaté et je pense que le SM Caen n'y a même pas pensé. Avec mon staff, on avait pérennisé le club en Ligue 1. Puis on est parti. Ensuite, la descente du club, c'était beaucoup de tristesse, parce que je suis très attaché au club, mais ça valorise le travail qui avait été fait avant. C'est sans doute pour ça que certains ont souhaité que je revienne."

"Ma première envie aujourd'hui, c'est d'entraîner, parce que ça commence à faire long. Au départ, ça m'a fait du bien, mais ensuite on se retrouve dans un état de manque. J'ai eu des opportunités cet été, je les ai refusées parce que ça ne correspondait pas à ce que j'attendais. Aujourd'hui, j'attends un nouveau projet".

Envie d'entraîner (...) dans l'attente d'un nouveau projet

"On ne peut pas être demandeur d'emploi et dire qu'on ne veut pas descendre en dessous de la Loire. Don oui, je suis aussi ouvert à l'étranger, même si c'est compliqué. J'ai postulé dans pas mal de clubs, ça n'a pas marché, mais je suis ouvert à tout"

Patrice Garande et Michel Der Zakarian ont joué ensemble à Montpellier - Maxppp
Patrice Garande et Michel Der Zakarian ont joué ensemble à Montpellier © Maxppp - Stéphane Geufroi

Son regard sur Michel Der Zakarian 

"Quel regard je porte sur MDZ ? Un regard bienveillant, j'ai partagé tellement de choses avec lui. Je l'aime beaucoup, y compris dans sa façon de travailler. Il a une image austère, c'est vrai, mais je peux vous dire qu'il ne l'est pas. 

Je suis parti en vacances avec Michel Der Zakarian, et je peux vous dire qu'il aime rigoler 

Je suis parti en vacances avec lui, et que c'est quelqu'un qui aime rigoler, dans le domaine privé. On était jeunes et fous, je peux pas tout vous raconter (rires). Quand je vois son équipe et ce qu'il a mis en place, on ne peut que le féliciter. C'est quelqu'un de très attachant". 

Patrice Garande et le MHSC (90/91)

"J'avais été recruté pour être le remplaçant de Daniel Xuereb. Ce qui m'a le plus marqué, c'était les relations sur et en dehors du terrain, entre nous. L'épopée européenne a été quelque chose d'assez fantastique. Je me souviens avoir marqué un but qui était resté longtemps dans le Top 5"

Patrice Garande et Saint-Etienne, son club formateur 

Le joueur qui m'a le plus marqué, c'était Hervé Revelli. Il a été un exemple pour moi. Quand il a quitté le club, pour entamer une carrière d'entraîneur au CS Chênois,en Suisse, je l'avais suivi. Il m'a beaucoup appris et m'a beaucoup apporté. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu