Football

Ligue 1 - Patrice Garande : "On peut battre Lyon !"

Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin vendredi 13 janvier 2017 à 19:24

La détermination de Santini et Yahia, lors du 3-0 contre Mezt
La détermination de Santini et Yahia, lors du 3-0 contre Mezt © Maxppp - Stéphane Geufroi

Le Stade Malherbe de Caen reçoit l’Olympique lyonnais ce dimanche. Un gros défi pour le premier match de l’année 2017 au Stade Michel d’Ornano. Les Caennais espèrent faire chuter l’une des équipes en forme depuis deux mois. En s'appuyant sur leur système tactique en place depuis début novembre.

La mission de ce début d’année 2017 ressemble à celle proposée (et réussit !) en 2015. Le Stade Malherbe est dans la zone rouge –avec toutefois un match de retard- et il devra sauver sa peau lors des matchs retours. Dans un championnat où une série noire pourrait vite se révéler désastreuse : il n’y a que sept points d’écart entre le 11e (Montpellier – 22 points) et la lanterne rouge (Lorient -15 points). Les Caennais sont dans ce peloton avec 18 unités au compteur.

Objectif 7 victoires

Patrice Garande a fait ses calculs. Pour l’entraineur caennais il faudra décrocher sept victoires pour jouer le maintien. Il se dit convaincu qu’il dispose du groupe pour y parvenir «même si le mercato peut me permettre d’améliorer l’effectif à certains postes que nous avons ciblés ». Depuis la reprise de l'entraînement (1er janvier) le technicien a beaucoup insisté sur l’état d’esprit nécessaire pour progresser «nous devons nous occuper à 80/90 % de nous et que de nous. Et moins de l’adversaire» a-t-il indiqué ce vendredi lors du point presse avant le match contre Lyon. Le défenseur Vincent Bessat estime lui que tout est jouable dans ce championnat très serré. « Surtout il ne faut pas oublier ce qui s’est mal passé. Il faut se servir de cette expérience pour les matchs retours»

Lyon le rouleau-compresseur

Interrogé sur la forme actuelle des Lyonnais (7 victoires lors des 8 dernières journées + succès 5-0 en Coupe de France contre Montpellier) Patrice Garande balaie d’un revers de la main les statistiques «Tout le monde se base sur ce match contre Montpellier, mais je n’ai rien découvert. Si je m’arrête à ça les joueurs vont avoir peur ! On a joué Monaco, la meilleure équipe d’Europe selon les stats, et on a fait un très bon match qu’on aurait jamais dû perdre » rappelle le coach caennais. L'histoire des matchs Caen-Lyon pourrait lui donner raison : en 14 matchs de Ligue 1 en Normandie, le Stade Malherbe s'est imposé.... 9 fois contre l'OL ! Y compris en 2005 et 2007 lorsque le club du président Aulas survolait le football français. Rassurant ?

Le bon équilibre tactique

Les Malherbistes sont à l’aise dans leur stade. Avec cinq victoires depuis le début de la saison et un solide impact offensif depuis le passage à une défense de trois axiaux. «J’ai maintenant une équipe et surtout un système qui s’est dégagé. Les joueurs aiment jouer dans cette configuration. Et c’est le système qui me parait le plus équilibré par rapport au profil de mes joueurs». Vincent Bessat avoue partager ce sentiment « les derniers matchs prouvent qu’on se sent bien dans ce système. Il n’est pas fait que pour défendre. Il permet d’attaquer, d’harceler. On marque davantage tout en ayant plus de sécurité dans toutes les zones du terrain » justifie l'ex-nantais, pièce maitresse de ce dispositif avec son rôle de piston sur le flanc gauche.

Les groupes (quasi) au complet dans les deux camps

Pour ce match, Patrice Garande dispose de l'embarras du choix. Seuls le tunisien Syam Ben Youssef (CAN) et Valentin Voisin (blessure) manquent à l'appel. Le gardien numéro 2 Matthieu Dreyer est incertain (malade, il a quitté prématurément l’entraînement). Par rapport au match de Coupe de France de dimanche dernier, le coach caennais enregistre les retours de Jonathan Delaplace (douleur derrière un genou), Steed Malbranque (tendon) et Damien Da Silva (suspendu).

Côté lyonnais Bruno Genesio est privé de deux joueurs retenus à la CAN (Rachid Ghezzal et Nicolas Nkoulou). Mais il peut compter sur le retour de l’international espoir Corentin Tolisso.