Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Coupe du monde féminine de football 2019

Coupe du monde féminine 2019 : Patricia Mirallès, footballeuse dans l'hémicycle

-
Par , France Bleu Hérault

L'Assemblée nationale compte une ancienne footballeuse dans ses rangs. La députée de l'Hérault Patricia Mirallès a joué plusieurs années avant-centre, notamment au MHSC. Avec des amies du collège, elle a même contribué à fonder la section féminine du Racing Club du Lemasson.

Même si elle ne joue plus au foot en club, Patricia Mirallès garde le contact avec les terrains, ici lors d'une inauguration au Stade de la Mosson
Même si elle ne joue plus au foot en club, Patricia Mirallès garde le contact avec les terrains, ici lors d'une inauguration au Stade de la Mosson - Mairie de Montpellier

Montpellier, France

"On vivait à côté d'un terrain de foot, il suffisait juste de trouver un entraîneur, raconte Patricia Mirallès en souriant. La député de l'Hérault fait partie, avec un petit groupe d'amies du collège, des membres fondatrices de la section féminine du Racing Club du Lemasson, le quartier où elle a grandi. On a fini par trouver un papa qui a bien voulu s'occuper des entraînements et puis ont est allées parler au Racing Club du Lemasson qui a accepté de monter avec nous cette équipe de foot féminine. C'était un gros pari pour le coach.

Quand il a dû nous voir arriver la première fois... ça devait être terrible ! Il y avait vraiment de tout", s'amuse l'élue. C'était -mais vraiment- extraordinaire. On a vécu des grands moments de joie ! On était dans un quartier populaire, il y avait des Montpelliéraines mais aussi des Italiennes, des Espagnoles, des Marocaines, des Algériennes...et c'était extraordinaire parce qu'on était toutes unies et ça je crois que c'est vraiment le sport, on est une équipe"

Capitaine de son équipe

Au club elle rencontre Elizabeth. Elles ont alors toutes les deux 12 ans, et c'est le début de l'amitié d'une vie. Aujourd'hui, Elizabeth se souvient encore d'une  jeune joueuse, déjà leadeuse sur le terrain. "Elle était très combative sur le terrain. Parfois ça a été la capitaine. Elle voulait gagner et elle menait cette équipe avec force. _Elle était rassembleuse, elle ne laissait personne sur le bord_. Il fallait qu'on soit unies". Repérée par les formateurs du Montpellier Hérault, Patricia Mirallès intégrer le club dans la foulée. À l'époque, le MHSC est toujours un club amateur. 

Depuis, la vie et le travail l'ont éloignée des terrains,  Mais parfois les obligations politique à la mairie de Montpellier lui permettent de rejouer au foot. "Quand on a inauguré les deux terrains en haut de La Paillade ou les loges au Montpellier Hérault, _Philippe Saurel m'a demandé d'aller sur le terrain_. Il m'a dit « bon alors maintenant vas-y, il faut que tu m'enlèves la toile d'araignée, mets-moi ce but ». Au final j'en ai raté un et j'en ai marqué un. C'était rigolo. Surtout que j'étais en talons"

Le sport féminin, un combat politique

Aujourd'hui, sa passion est devenue un atout en politique. A l'Assemblée, elle fait partie du groupe parlementaire "économie du sport" Avec d'autres députés, elle travaille pour que les sportives puissent un jour gagner leur vie. 

"Je ne suis pas contente du tout, qu'aujourd'hui, par exemple les joueuses de rugby de Montpellier qui sont championnes à nouveau ne soient pas professionnelles, alors qu'en Angleterre elles le sont, s'agace-t-elle. Résultat nos joueuses partent à l'étranger parce que là-bas elles sont payées. _Ici les filles ont des difficultés pour être professionnelles parce que souvent le sport féminin n'est pas reconnu_. Ça pose un vrai problème financier. Et puis souvent c'est compliqué, elles sont obligées d'arrêter si elles veulent des enfants. Donc nous on se bat avec le groupe pour faire en sorte que les filles puissent avoir une carrière identique à celle des hommes".

Malgré ses activités de député, Patricia Mirallès n'a pas totalement arrêté de jouer au foot. Elle fait partie de l'équipe de l'Assemblée Nationale, qui réunis députés et sénateurs de tous le pays et de tout bord politique.

Dans les années 80, la création de la section féminine du club a fait parler dans la presse - Aucun(e)
Dans les années 80, la création de la section féminine du club a fait parler dans la presse - DR