Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Le pourquoi du comment

Pourquoi James Zhou investit-il autant à l'AJA ?

mardi 29 mai 2018 à 16:02 Par Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre et France Bleu

Pour boucler le prochain budget de l'AJA, autour de 20 millions d'euros, présenté à la DNCG ce mardi, le propriétaire chinois va injecter 10 millions. Une somme qui s'ajoute à un investissement colossal qui avoisinera les 35 millions d'euros depuis son rachat il y a deux ans. Du jamais vu à l'AJA.

James Zhou injecte de nouveau 10 millions d'euros pour développer l'AJA
James Zhou injecte de nouveau 10 millions d'euros pour développer l'AJA © Maxppp - Jérémie FULLERINGER

Auxerre, France

Pourquoi James Zhou investit-il autant à l'AJA ?

Déjà, car James Zhou est un homme d'affaires, à la tête d'une grande société chinoise, ORG Packaging, spécialisée dans l'emballage alimentaire, et notamment les canettes de boisson de Coca-Cola ou Red Bull en Chine. Et un homme d'affaire, ça fait du business. Si James Zhou aura injecté près de 35 millions d'euros, c'est pour développer l'AJA, faire remonter le club icaunais en Ligue 1 et profiter du savoir-faire auxerrois pour former des joueurs en Chine. "Il croit déjà beaucoup en son projet, que l'on mène avec lui souligne Francis Graille. Il pense pouvoir apporter cette connaissance de la formation dans son pays et il pense que le marché chinois peut lui apporter beaucoup juge le président de l'AJA. Je ne connais pas d'investisseurs qui le fassent qu'à but non lucratif, il espère un retour. Mais c'est un retour hypothétique."

James Zhou finance de lui-même les projets de trois académies de l'AJA en Chine dont la première, bientôt inaugurée. Le but étant de vendre ces joueurs, une fois formés, aux clubs chinois, richissimes. Et puis dans un pays, la Chine, qui souhaite développer son football, en vue d'organiser la coupe du monde et de bien y figurer, James Zhou veut jouer son rôle "Pour exister aussi selon Francis Graille, en contact très régulier avec lui. Il a ce besoin-là, en Chine, c'est important d'être bien près du pouvoir, même si ce n'est pas une obligation pour lui. Il est amoureux de son pays et quand le président (de la Chine) en fait une cause nationale, il se doit d'être-là lui aussi et d'apporter sa pierre."

Mais James Zhou n'est-il intéressé que par l'argent que peut lui rapporter l'AJA ?

Non, on l'oublie vite, mais James Zhou est un passionné de sport. Un vrai. Ancien joueur de hockey sur glace, il est sponsor de l'un des meilleurs clubs au monde, à Boston, aux Etats-Unis, et possède la plus grande équipe d'escrime de Chine. James Zhou est aussi tombé de passion pour l'AJA. Président des Ultras Auxerre, un groupe de supporters, Romain Boulmeau l'a rencontré à Pékin il y a un an, avec une petite dizaine de fans icaunais: "Il nous a accordé du temps, durant quatre soirées où l'on était là-bas. Un soir, on l'a vu arriver avec le survêtement de l'AJA. C'est quelque(un de très proche, qui veut faire partie de cette famille AJA. il es totalement passionné."

Tous les clubs de football peuvent-ils se targuer de posséder un tel propriétaire ?

Non, le club icaunais est plutôt chanceux. On entend d'ailleurs souvent dans les travées du stade Abbé-Deschamps "On a peut s'estimer heureux d'avoir le chinois". Car si vous enlevez les six ou sept gros clubs français comme Paris, Lyon, Marseille ou Monaco, de gros navires battant presque tous pavillons étrangers, les clubs qui peuvent se targuer d'avoir un propriétaire qui injecte autant en si peu de temps se comptent sur les doigts du pied d'un footballeur. En ligue 2, seul Lens, et encore, fait mieux

Combien de temps James Zhou va-t-il investir à l'AJA, ne va-t-il pas se lasser ?

L'homme d'affaire chinois a donné son accord pour injecter des millions d'euros pour une quatrième année. Mais c'est un risque, surtout si l'AJA ne monte pas en Ligue 1. "Cela fait deux ans qu'il investit. Il investir de nouveau pour cette troisième saison et il a pris des engagements sur la quatrième nous apprend Francis Graille. On a un peu de visibilité. Mais dans les deux sens, il faut les résultats sportifs et on fait tout pour. Et puis, il faut un peu de reconnaissance et que les gens s'en rendent compte. Et là, il y a un peu de difficultés quand même" selon le président auxerrois. 

James Zhou n'est pas lassé, mais il aimerait que, localement, et notamment politiquement, mais pas seulement, l'on reconnaisse son investissement et que l'on se rende compte de la chance que l'AJA possède un propriétaire si riche et si ambitieux.

  - Aucun(e)