Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Vidéo - Pourquoi la saison de l'Amiens SC en Ligue 1 est historique ?

dimanche 20 mai 2018 à 17:02 Par François Sauvestre, France Bleu Picardie

Il est très souvent employé, parfois galvaudé. Pas pour qualifier la saison de l'Amiens SC en Ligue 1. Le terme "historique" convient parfaitement. France Bleu Picardie vous dit pourquoi et fait le bilan de cet exercice 2017-2018 où le promu picard a surpris tout le monde.

Les Amiénois ont décroché officiellement leur maintien à trois journées du terme de la saison de Ligue 1
Les Amiénois ont décroché officiellement leur maintien à trois journées du terme de la saison de Ligue 1 © Maxppp - Haslin Fred

Amiens, France

A l'issue d'un dernier match de prestige au stade Vélodrome de Marseille (2-1), les joueurs de l'Amiens Sporting Club vont pouvoir profiter de leurs vacances ! Ils bouclent leur saison à la treizième place du classement avec 45 points.

  • Parce que c'était la première saison de l'ASC en Ligue 1.

Fondé en 1901 sous le nom de l'Amiens Athlétic Club, devenu ASC en 1961, le club Picard a attendu 2017 pour accéder au plus haut niveau du football en France. Après deux montées successives du championnat National en Ligue 2 puis en Ligue 1, les Amiénois ont débuté cette saison au sein de l'élite avec l'étiquette de petits poucets. Mais le promu, loin d'être favori des bookmakers a déjoué tous les pronostics.

  • Parce que l'ASC a validé son maintien haut la main

"On est en Ligue 1, on est en Ligue 1". Les chants ont résonné dans les travées du stade de la Licorne après la fin du match contre Strasbourg (3-1). Mais mathématiquement, ce n'est pas contre les Alsaciens que l'ASC a décroché son maintien mais face au champion de France. En résistant au PSG (2-2) le 4 mai dernier, à trois journées de la fin, les Amiénois ont gagné le droit de disputer une seconde saison au plus haut niveau hexagonal. 

  • Parce que l'ASC a résisté à des tempêtes

"On nous avait promis l'enfer, c'est le paradis !" Fidèle supporter de l'ASC depuis des années, le polémiste de la Tribune des Sports de France Bleu Picardie et membre du kop Nord, Fabien Reinert résume bien ce par quoi son club de cœur est passé. Comme une évidence, sur le terrain cet exercice n'a pas été une complète promenade de santé pour l'ASC. Mais en coulisses non plus. Déjà menacé d'un recours de Lens et Lorient qui contestaient sa montée, l'ASC a finalement été autorisé à intégrer l'élite. 

Fin septembre, pour le premier derby version Ligue 1 entre Amiens et Lille, la fête a tourné court avec la chute d'une barrière de sécurité dans le kop nordiste qui a blessé des supporters du LOSC. Heureusement ils ont pu sortir de l'hôpital le lendemain. En plus de collectionner les reproches et les critiques sur la vétusté du stade de la Licorne et la communication maladroite, le club a subi une interdiction de stade de plusieurs semaines

Autre épisode fâcheux, le couac du mercato d'hiver. Après le recrutement du milieu de terrain Colombien Steven Mendoza, Christophe Pelissier réclamait un autre renfort offensif. Mais l'entraîneur Amiénois n'a pas obtenu gain de cause. L'arrivée d'Olarenwaju Kayode a capoté dans les dernières secondes du marché des transferts. La faute à un document administratif envoyé trop tard.

  • Parce que l'ASC a bousculé quelques gros

Pas gâté par le calendrier, l'ASC tremblait à l'idée d'affronter les quatre plus grosses équipes du championnat dans le sprint final. S'ils se sont logiquement inclinés (3-0) à Lyon, et par deux fois contre l'OM, les Picards ont en revanche tenu tête à Paris lors du match retour (2-2). Dans sa saison, l'ASC a aussi accroché le champion de France en titre, Monaco à deux reprises. Les joueurs de Christophe Pelissier ont aussi battu d'autres grosses équipes comme Nice (3-0), Bordeaux (1-0) ou encore Nantes (1-0).

  • Parce que le talent de certains amiénois a éclaté au grand jour

"C'est avant tout un collectif", a souvent répété Christophe Pelissier cette saison pour décrire son équipe. Pour autant, des individualités et des talents se sont largement imposés. Gaël Kakuta était arrivé en Picardie avec l'idée de se stabiliser et de se relancer. Pari réussi pour le milieu de terrain prêté par les Chinois du Hebei Fortune. Il a eu une importance capitale dans le jeu Amiénois. 

Lui aussi a eu une importance capitale. Régis Gurtner, auteur de plus de 200 arrêts a ramené de précieux points à son équipe. Le gardien a disputé 37 des 38 des rencontres de l'ASC cette saison. Moussa Konaté, seul Amiénois sélectionné pour la Coupe du Monde termine lui meilleur buteur. Le Sénégalais a inscrit 13 buts.

Et puis comme Régis Gurtner, d'autres joueurs ont incroyablement progressé. Certains comme Thomas Monconduit, Oualid El Hajam ou encore Julien Ielsch faisaient partie de l'équipe qui évoulait en championnat National il y a encore deux saisons.