Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Football DOSSIER : Le PSG sur France Bleu Paris

PSG : "Ce n'est pas possible de se sentir plus triste et plus mal que nous", confie Thomas Tuchel

lundi 11 mars 2019 à 15:26 Par Bruno Salomon, France Bleu Paris et France Bleu

Ce lundi à la veille de la rencontre face à Dijon (match en retard de la 18ème journée de L1, 19h), Thomas Tuchel a pris la parole. Cinq jours après la débâcle face à Manchester United, l'entraîneur du PSG est revenu sur ce match qui a plongé le club dans une nouvelle dépression.

Thomas Tuchel à l'occasion de la conférence de presse d'avant match PSG - Manchester United
Thomas Tuchel à l'occasion de la conférence de presse d'avant match PSG - Manchester United © Maxppp - YOAN VALAT/EPA/Newscom/MaxPPP

Mercredi dernier, Thomas Tuchel avait expliqué son besoin de se ressourcer en famille pour digérer l'humiliation et l'élimination face à Manchester United. 

Cinq jours plus tard, l'entraîneur parisien s'est présenté face à la presse avant le match en retard face à Dijon (12-03 à 19h). C'est un Thomas Tuchel combatif qui est revenu sur l'énorme raté de son équipe en Ligue des Champions et sur ses conséquences. 

Dans quel état d’esprit êtes-vous cinq jours après l'élimination ? "Je me sens mal, comme toute l’équipe. Nous sommes tristes. Mais on a parlé, tous ensemble. C’était bien de voir la qualité exceptionnelle durant l’entraînement. Ce n’était pas le même état d’esprit qu’avant Manchester, mais c’était très bien et avec beaucoup de concentration. C’était un pas en avant. On veut continuer et pour cela c’est important de continuer à pousser et aider les joueurs. Il y a un match demain, c’est normalement le meilleur remède."

Votre contrat se termine en juin 2020, avez-vous envie de continuer l'aventure ? "Mais oui, j’ai un contrat et je veux rester longtemps. Je veux grandir et avoir du succès avec le club. C’est absolument clair, C’est mon but." 

Mardi vous affrontez Dijon et dimanche vous recevez Marseille... "Concernant Dijon et Marseille, je pense que beaucoup de gars ici et parmi les joueurs auraient aimé que la saison soit terminée et auraient aimé partir en vacances, mais ce n'est pas une option dans le sport. C'est une des essences du sport d'avaler des choses qui sont très dures à avaler et de continuer. C'est le sport. Maintenant, l'équipe et moi avons l'occasion de montrer que nous pouvons réagir comme des champions. On ne va pas jouer en quart ou en demi-finales, on ne va pas gagner la Ligue des Champions cette saison, ce n'est pas possible, mais c'est l'occasion de prouver que nous pouvons réagir comme des champions. C'est le défi pour le staff et pour moi, c'est notre devoir d'aider les joueurs, de les pousser chaque jour. "

Dimanche, les ultras ont assisté à votre séance d'entraînement...  "Nos supporteurs se sentent mal, ils sont tristes et en colère. Tout le monde peut comprendre ça. Mais il faut accepter aussi que ce n’est pas possible de se sentir plus triste et plus mal que nous. Ce n’est pas possible ! Nous respectons totalement nos supporteurs. On a fait un grand match ensemble à Old Trafford, c’était la même équipe, les mêmes gars."

Pour la rencontre de mardi face à Dijon, Thomas Tuchel a annoncé que Cavani et Nsoki n'étaient pas encore opérationnels. Alves lui est suspendu, Paredes n'est pas qualifié (à l'époque du match en décembre dernier) et Draxler est blessé.  

Dijon - PSG, match en retard de la 18ème journée de L1, à suivre en intégralité sur France Bleu Paris dès 19 heures avec Eric Rabesandratana et Bruno Salomon.