Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PSG : premières condamnations pour les auteurs des violences au Trocadéro

-
Par France Bleu

Toutes accusées de violences envers la police ou de dégradations, cinq personnes ont été jugées par le tribunal correctionnel de Paris, mercredi. La peine la plus lourde s'élève à deux mois de prison ferme. Des relaxes ont été prononcées.

Le tribunal correctionnel de Paris
Le tribunal correctionnel de Paris © Maxppp

Deux ans ferme pour jets de bouteille

Treize hommes au total devaient comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris ce mercredi, après les violences commises dans le cadre de la remise du trophée au PSG, lundi place du Trocadéro. Jeunes actifs ou chômeurs, généralement âgés d'une vingtaine d'années : tous ont à peu près le même profil.Mickaël, 27 ans, a été condamné le plus lourdement. Pour jets de bouteille contre des policiers, il a écopé de quatre mois de prison dont deux ferme, assortis d'un mandat de dépôt . Sans emploi, vivant chez ses parents dans le VIIIème arrondissement de Paris, aide occasionnel au bar PMU de son père, il est apparu penaud dans le box mais a fermement contesté les faits.

Relaxes et sursis : des peines inférieures aux réquisitions

De semblables accusations de jets de bouteilles ou cannettes ont valu deux peines de trois mois avec sursis et une relaxe à trois autres prévenus, jugés parallèlement dans une autre chambre du tribunal. Un quatrième a écopé d'un mois avec sursis pour avoir renversé un scooter. Ces condamnations sont inférieures aux réquisitions du parquet.Trois Brésiliens (un père de famille, son frère et son neveu accusés d'avoir porté des coups à des policiers) ont été relaxés au bénéfice du doute. Agés de 20 à 36 ans et vivant en France, ils avaient été arrêtés alors que l'un d'eux filmait une interpellation avec son téléphone portable    Quatre autres jeunes hommes , poursuivis pour vol de vêtements de marque, ont demandé un délai pour préparer leur défense. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire en attendant leur procès le 17 juillet.Les comparutions devraient se poursuivre ce jeudi. Onze personnes doivent en effet être jugées, toujours pour des violences.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess