Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PSG : sanction levée pour Leonardo

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le tribunal administratif de Paris a levé mardi la suspension qui frappait l'ancien directeur sportif brésilien du PSG, après son coup d'épaule contre un arbitre la saison dernière. En cause : un vice de forme.

Leonardo, ex-directeur sportif du PSG
Leonardo, ex-directeur sportif du PSG © Maxppp

Leonardo avait interdiction d'exercer une quelconque activité dans un club de football pendant 14 mois. Le 5 mai dernier, il avait en effet bousculé un arbitre à l'issue d'un match de championnat entre le PSG et Valenciennes (1-1), et avait pour cela été sanctionné par la Ligue de football professionnel et la Fédération française de football. 9 mois d'abord, puis 14 mois en appel. La FFF avait même demandé à la FIFA d'étendre la sanction à l'étranger.

Ce mardi, le tribunal administratif de Paris a décidé en référé de lever cette sanction, visiblement convaincu par les arguments des avocats du Brésilien. Ces derniers avaient argué du fait qu'un dirigeant de club non détenteur d'une licence FFF ne pouvait être sanctionné par les instances disciplinaires de la Fédération.

Libre de s'engager avec un autre club

C'est une bouffée d'air pour Leonardo, qui après avoir démissionné de ses fonctions de directeur sportif du PSG, restait sous la menace d'une extension de la sanction à l'étranger, et était donc dans l'incapacité de se réengager dans un autre club. "C'est un grand soulagement, il retrouve sa liberté de mouvement et peut s'engager auprès d'un club ou d'une sélection quelconque", s'est réjoui l'un de ses avocats Paul Mauriac.L'ancien joueur n'en a cependant pas fini avec les instances disciplinaires, car la décision du tribunal administratif ne porte que sur la forme. Le fond de l'affaire (la bousculade) sera lui jugé dans au moins six mois. La FFF envisage de son côté de saisir le Conseil d'Etat pour faire rétablir la suspension, une procédure qui pourrait prendre au moins trois mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess