Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : La saison 2018-2019 du Racing Club de Strasbourg

Strasbourg en finale de la coupe de la Ligue : "jetzt geht's (wieder) los"

vendredi 29 mars 2019 à 20:31 Par Luc Dreosto , France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Dans une finale inédite et ouverte face à l'En Avant de Guingamp, et devant 20 à 25 000 supporters alsaciens, le Racing Club de Strasbourg a une occasion en or de décrocher un nouveau trophée national, 14 ans après sa dernière victoire en Coupe de la Ligue et 8 ans après avoir touché le fond.

23 joueurs du Racing se sont entraînés une dernière fois ce vendredi après-midi sur la pelouse du stade PIerre Mauroy de Lille
23 joueurs du Racing se sont entraînés une dernière fois ce vendredi après-midi sur la pelouse du stade PIerre Mauroy de Lille © Radio France - Luc Dreosto

Lille, France

On a du mal à le croire. Huit ans à peine après sa descente aux enfers et sa relégation en cinquième division pour des problèmes extra-sportifs, le Racing Club de Strasbourg peut ajouter ce samedi soir une nouvelle ligne à son palmarès et fermer définitivement la page la plus sombre de son histoire. Depuis 2011, le club strasbourgeois a offert son lot d’émotions à ses supporters : quatre montées en six ans, des victoires de prestige face à Paris, Lyon ou Marseille. Mais ramener une coupe à Strasbourg offrirait un bonheur plus immense encore aux supporters qui sont toujours restés fidèles au Racing.

Être à la hauteur de l'amour des supporters

"On n'a pas envie de décevoir nos supporters, avance l'entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey. Il y a très peu de clubs qui ont la chance d'avoir des supporters aussi présents, aussi fervents, aussi amoureux, _c'est plus que de l'amour, c'est beaucoup plus profond encore_. Il faut vivre en Alsace pour comprendre ce que ça représente. J'ai été totalement surpris, quand je suis arrivé, de voir l'impact qu'avait le Racing Club de Strasbourg sur tout le monde. Que vous vous baladiez dans un village retiré d'Alsace ou que vous soyez au centre ville de Strasbourg, que ça soit un gamin de 5-6 ans ou un papy de 75 ans, c'est la même chose, ils ne vous parlent que du Racing, c'est leur truc. Je trouve formidable d'avoir un public comme ça. Et donc c'est important pour nous d'être à la hauteur de l'événement, après on verra si on est en capacité de remporter la rencontre".

Un stade majoritairement bleu et blanc

Entre 20 et 25 000 fans alsaciens pousseront samedi soir à Lille leur équipe vers une troisième Coupe de la Ligue et une qualification européenne, hautement improbable il y a 8 ans. Le défi est largement réalisable pour les joueurs strasbourgeois face à l’En Avant de Guingamp. Habitué des belles aventures, le club breton a remporté la Coupe de France en 2009 et 2014. C’est la dernière formation à avoir privé le PSG d’un trophée national. Face à une équipe remontée à la 18ème place de Ligue 1 et en net regain de forme depuis l'arrivée sur le banc de Jocelyn Gourvennec, Thierry Laurey fait preuve des précautions d'usage avant une finale. "Une finale entre deux équipes "hors PSG" ou "hors top 4", c'est du 50-50. Il y a une chance sur deux de l'emporter. C'est la finale la plus ouverte de ces dernières. Il faudra être très concentrés et ne pas surjouer".

Les joueurs strasbourgeois sont aussi conscients des enjeux et des attentes de leurs supporters, à l’image du défenseur Kenny Lala, qui a conclu son intervention ce vendredi devant la presse par un « Jetzt geht’s los ! On va donner le maximum pour ramener le trophée en Alsace».

Kamara ou Sels, fin du suspense samedi

Thierry Laurey n'a pas voulu dévoiler ses plans pour cette finale. Il n’a pas souhaité annoncer le nom du gardien qui jouera ce samedi : Bingourou Kamara, qui a disputé toutes les rencontres de Coupe de la Ligue ou Matz Sels, l'habituel titulaire en championnat. Le coach strasbourgeois fera aussi des malheureux.  23 joueurs strasbourgeois ont fait le déplacement à Lille, mais il ne pourra coucher que 18 noms sur la feuille de match. Cinq d’entre eux seront obligés de suivre la finale depuis les tribunes du stade Pierre Mauroy.