Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : La saison 2017-2018 du Racing club de Strasbourg en Ligue 1

Racing club de Strasbourg : le président Marc Keller en colère après ses joueurs

lundi 23 avril 2018 à 18:02 Par Céline Rousseau et Lucile Guillotin, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Sa parole est rare, mais Marc Keller est en colère et a cette fois bien l'intention de le dire. Le président du Racing club de Strasbourg n'a pas digéré la défaite à Amiens (3-1) vendredi. Il appelle les joueurs à un sursaut pour éviter la relégation.

Marc Keller, président du Racing club de Strasbourg depuis 2012.
Marc Keller, président du Racing club de Strasbourg depuis 2012. © AFP - Patrick Hertzog

Strasbourg, France

Dans une interview publiée ce lundi soir sur le site du Racing club de Strasbourg, Marc Keller, le président du club se dit "en colère" après la défaite de son équipe à Amiens samedi 21 avril (3-1)

Ce que j’ai vu à Amiens en matière de manque d’engagement n’est pas acceptable"

"Après le match contre St-Etienne (0-1), j’étais déçu. Après Amiens, je suis en colère", explique Marc Keller, l'ancien joueur devenu président du club en 2012. "Quand on est bons, on n’est pas sûrs de gagner mais quand on n’est pas bons, on est sûrs de perdre". 

Lors des neuf dernières journées, Strasbourg n'a pris que 4 points sur les 27 possibles, mais conserve malgré tout une petite marge sur le barragiste (Troyes) et les relégables (Lille et Metz), qui eux aussi perdent leur match.

Je veux des guerriers"

"Nous sommes encore dans une position qui nous permet d’envisager le maintien mais elle est très fragile. Elle réclame désormais un investissement sans faille de la part de tout le monde. C’est ce que j’attends et que j’appelle de toutes mes forces samedi prochain", prévient Marc Keller, le président qui ne mâche pas ses mots et c'est rarissime qu'il le fasse publiquement. 

Le Racing club de Strasbourg affronte Nice, 5e de Ligue 1. Pour Marc Keller, "face à un adversaire de cette trempe, _seule une attitude de combattants et une solidarité maximum seront tolérables à mes yeux_. Je compte sur une prise de conscience collective pour réaliser le match que j’espère. Un match de guerriers et rien d’autre".

Les joueurs sont prévenus. Déjà les 400 supporters présents à Amiens les avaient sifflé après le match... c'est ce qui s'appelle avoir la pression.