Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football
Dossier : La saison 2019-2020 du Racing Club de Strasbourg

Racing Club de Strasbourg : les supporters vont pouvoir redonner de la voix en déplacement

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

C'est la fin de la pénitence pour 49 supporters du Racing, interdits de déplacement depuis le début de la saison pour avoir enfreint un arrêté préfectoral à Nîmes. Ils seront à nouveau dans les tribunes à Amiens le 23 novembre, pour encourager une équipe restée muette loin de la Meinau.

Les supporters du Racing Club de Strasbourg lors du dernier match de la saison 2018-2019 à Nantes
Les supporters du Racing Club de Strasbourg lors du dernier match de la saison 2018-2019 à Nantes © Maxppp -

Strasbourg, France

Pendant trois mois, les soirs de match du Racing à l'extérieur, les 49 supporters interdits de déplacement devaient pointer au commissariat (théoriquement à la mi-temps) ou à la gendarmerie. "Selon les gendarmeries, ça n'était même pas ouvert, donc il fallait sonner et attendre d'être en relation avec le poste de Strasbourg pour qu'ils envoient une patrouille, raconte Florian Kuhn, le président des Ultras Boys 90. Selon les urgences qu'ils avaient, ils mettaient plus ou moins de temps à arriver. Il y a même une fois où la patrouille est arrivée et ils ont dit "ah vous êtes là, ok vous pouvez y aller". Sans rien signer, alors qu'on est censé signer avec la carte d'identité". 

Une grosse claque

Louis, 23 ans, originaire de Benfeld, a été privé de sa passion depuis le début de la saison : "C'est de la frustration, du dégoût par rapport aux instances, on est privé de notre hobby du weekend. C'est notre passion de se retrouver avec les amis sur les routes de France, c'est une école de vie, on partage des valeurs comme la solidarité, la camaraderie. Rater tous ces déplacements, ça a mis une grosse claque à tout le monde".

Ces 49 supporters strasbourgeois ont été interdits de déplacements pendant trois mois, car ils avaient bravé un arrêté préfectoral leur interdisant de fréquenter le secteur de la gare de Nîmes en mars dernier. Mais le président des UB 90 ne regrette pas cette virée,  il savait qu'il risquait une sanction. "C'est très cher payé, mais si c'était à refaire, on le referait, indique Florian Kuhn. Parce qu'on est aussi là pour défendre nos droits de citoyen, avant-même ceux de supporters. C'est quand même la liberté de se déplacer. C'est moins compliqué de gérer 60 personnes, qu'un mouvement de gilets jaunes un samedi. Et pourtant, on nous sanctionne nous !"

Après ces trois mois de privation, Louis a hâte de partir à nouveau en déplacement à Amiens le 23 novembre : "On est comme des gosses avant Noël, on attend d'ouvrir le cadeau. On attend juste une chose, c'est de pouvoir remonter dans un bus et partir en déplacement". La tribune visiteurs sera pleine à craquer au stade de la Licorne, et Florian Kuhn promet "de faire le spectacle, 90 minutes à fond, pour que les gens et les joueurs en prennent plein la gueule, en chants, en visuels. C'est notre job, c'est notre passion, c'est ce qu'on sait faire de mieux".

Des chants à nouveau pour une équipe toujours muette à l'extérieur

Et ça tombe bien, les joueurs du Racing ont besoin plus que jamais de ces encouragements, car ils sont restés muets à l'extérieur cette saison, ils n'ont pas encore inscrit le moindre but loin de la Meinau en championnat. "Certains disent que c'est une coïncidence, d'autres disent que sans encouragements, sans son public, le Racing n'est rien, je pense que c'est un tout, analyse Louis. J'espère qu'ils vont ouvrir le compteur à l'extérieur, voir son équipe faire des purges un weekend sur deux, ça n'est pas évident. J'espère un réveil, un déclic". 

Les ultras privés de déplacement ont lancé une procédure en justice pour faire annuler a posteriori leurs interdictions administratives de stade.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu