Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

REPORTAGE - FC Nantes : Sadek Boukhalfa, le premier Canari à faire tomber les Verts

-
Par , France Bleu Loire Océan

"Très élégant et agréable à regarder", Sadek Boukhalfa a marqué l'histoire du FC Nantes a plus d'un titre. Champion de France 1965 avec les Canaris, buteur hors-pair et adoré des supporters, il est également celui qui permit aux Jaune et Vert de faire tomber Saint-Etiennne pour la première fois.

L'ailier international algérien Sadek Boukhalfa (gauche) a joué trois années au FC Nantes, club avec lequel il a remporté le Championnat de France en 1965.
L'ailier international algérien Sadek Boukhalfa (gauche) a joué trois années au FC Nantes, club avec lequel il a remporté le Championnat de France en 1965. © Radio France - DR

Il est un des joueurs qui a marqué la grande histoire du FC Nantes, club avec lequel il a accédé à la première division avant d'être sacré champion de France, en 1965. A l'occasion du derby face aux Verts, ce dimanche après-midi, France Bleu Loire Océan est retourné sur les traces de ce grand ami de Louis Fonteneau, Jean-Claude Suaudeau, Just Fontaine et tant d'autres. Redoutable buteur, Sadek Boukhalfa a inscrit neuf buts lors de la saison du premier sacre de champion de France du FC Nantes, en 1965.

"Nous avons connu une merveilleuse journée, l'accueil stéphanois fut magnifique, la chère était excellente, un soleil estival brillat sur les monts environnant le stade Geoffroy-Guichard, et ... le FC Nantes a bel et bien infligé à Saint-Etienne son premier échec à domicile de la saison. Nous avons encore de la peine à y croire et pourtant c'est vrai." Ce sont les premières lignes de l'article rédigé par le journaliste Pierre Lautrey et qui a fait la Une de Presse Océan au lendemain de ce succès historique, le 5 mai 1963. L'unique buteur, ce soir là, se nommait Sadek Boukhalfa. Inconnu ou presque aujourd'hui des plus jeunes, "grande vedette" de l'époque, se souvient sa femme. 

Redoutable buteur, Sadek Boukhalfa a inscrit neuf buts lors de la saison du premier sacre de champion de France du FC Nantes, en 1965.
Redoutable buteur, Sadek Boukhalfa a inscrit neuf buts lors de la saison du premier sacre de champion de France du FC Nantes, en 1965. © Radio France - Florian Cazzola

"C'était l'élégance, la classe, il était très agréable à regarder jouer"

Dans le salon de l'appartement familial, il ne reste pratiquement plus rien du glorieux passé de footballeur de Sadek Boukhalfa, décédé en 2009. Il y a bien un petit trophée sur l'étagère d'un meuble et la médaille de champion de France 1965 offerte par les supporters nantais mais ni écharpe, ni maillot ni même photo du joueur n'est visible. A sa retraite, l'international algérien avait fait don de toutes ses tuniques. Les nombreux autres souvenirs de cette époque, Denise les a offerts à ses enfants et petits-enfants. Aujourd'hui, elle ne conserve qu'un porte-document, bien trop plein pour qu'il ne puisse se fermer normalement. 

Les supporters du FC Nantes ont offert une médaille à tous les joueurs champions de France lors de la saison 1964/1965.
Les supporters du FC Nantes ont offert une médaille à tous les joueurs champions de France lors de la saison 1964/1965. © Radio France - Florian Cazzola

"Je ne m'attendais pas à le retrouver si facilement", sourit cette élégante septuagénaire en posant le classeur sur la table basse. A l'intérieur, des dizaines d'articles de journaux, photos, contrats et sélections, sont soigneusement rangés dans des chemises en plastique. "C'est ça la classe, lâche du tac au tac Denise, à la vue d'une photo en noir et blanc de son mari, "quelqu'un d'exceptionnel". C'est tout à fait l'élégance. Il avait cette aisance, cette finesse, et c'était très agréable à voir".

Ce pur gaucher, débarqué à Nantes au début des années 60 après quelques saisons passées à Thionville et à Béziers, fait partie de la première génération dorée des Canaris. Aux côtés de Gilbert Le Chenadec, Jean Guillot, Jean-Claude Suaudeau, Bernard Blanchet ou encore Philippe Gondet, "Sadek", comme l'appelle avec toujours autant d'amour sa femme, a activement contribué à la montée des Canaris en première division avec 15 buts. "C'était les copains d'abord, se souvient celle qui fêtera ses 75 ans en octobre prochain. Ils étaient très proches les uns des autres et je crois que leur réussite est liée à cette histoire d'amitié.

Denise Boukhalfa se replonge dans les articles de presse consacrés à son mari, Sadek, ailier gauche du FC Nantes entre 1963 et 1965.
Denise Boukhalfa se replonge dans les articles de presse consacrés à son mari, Sadek, ailier gauche du FC Nantes entre 1963 et 1965. © Radio France - Florian Cazzola

Les larmes de José Arribas après le succès contre Saint-Etienne

Au milieu du porte-document, Denise retrouve deux articles de Presse Océan et Ouest France, le papier jaunis par le temps, qui retracent la première victoire des Jaune face aux Verts. "En face, c'était des joueurs de grande classe", jure la retraitée, tout en énumérant les noms des Stéphanois avec une mémoire déconcertante. "C'était un moment fort, avait déclaré quelques années plus tard celui qui portait le numéro 18. Cette première défaite des Verts sur leur terrain coïncidait quasiment avec notre montée. Et voir José Arribas pleurer m'a marqué."

La presse locale avait encensé le buteur Sadek Boukhalfa au lendemain du premier succès des Canaris face à l'AS Saint-Etienne, le 5 mai 1963.
La presse locale avait encensé le buteur Sadek Boukhalfa au lendemain du premier succès des Canaris face à l'AS Saint-Etienne, le 5 mai 1963. © Radio France - Florian Cazzola

Dans une interview publiée à l'occasion de la montée du FC Nantes en Ligue 1, ce dernier avait rendu un vibrant hommage au joueur parti ensuite à Bastia puis à Metz. "Il a tout pour lui : courage, technique, dribble, tir, résistance, listait Arribas, très proche de l'Algérien. Ce n'est pas un ailier gauche classique, son jeu se rapprochait de celui de Sauvage [...] mais en plus rapide encore. Il va et vient le long de son aile. Son rôle est surtout de foncer en diagonale vers le but." Souvent présente en tribunes, au stade Marcel Saupin, Denise "n'en voyai[t] qu'un, c'était Sadek. J'avais toujours l'appréhension du coup, de la blessure, des choses comme ça qui vous stressent un peu." 

Boukhalfa, buteur timide et ami des grands du football

Mais entre eux, il ne parlait que très peu football. De nature timide et réservée, il avait fait le choix de ne pas faire d'amalgame entre les sphères professionnelle et familiale même si "il aimait bien débriefer ses matchs". Très ami avec l'ancien président du FC Metz, Charles Molinari, qui le considérait comme son porte bonheur, intime de l'ex-boss des Canaris, Jean Clerfeuille, et copain du recordman du nombre de buts inscrits dans une même édition de Coupe du Monde, Just Fontaine, Sadek Boukhalfa a "vécu sa passion, son rêve", dixit Denise, Nantaise pure souche. 

Toutes les convocations de Sadek Boukhalfa en équipe nationale d'Algérie (dont celle contre la Tchécoslovaquie, à l'image) sont précieusement conservées par sa femme, dans un classeur.
Toutes les convocations de Sadek Boukhalfa en équipe nationale d'Algérie (dont celle contre la Tchécoslovaquie, à l'image) sont précieusement conservées par sa femme, dans un classeur. © Radio France - Florian Cazzola

"Il le méritait tellement, dit-elle volontiers. Sadek est parti d’Algérie pour venir en France dans des conditions pas faciles, à l'époque, et jamais, il n'aurait pensé faire une carrière comme ça. Il adorait jouer au ballon et là-bas il n'avait pas de balle. Il n'avait même pas de chaussure d'ailleurs et il jouait nu-pieds. Il faisait des petites balles en chiffons pour pouvoir jouer mais dès qu'il pouvait." Après la guerre et l'indépendance de l'Algérie, Sadek Boukhalfa a fait partie des premiers à endosser le maillot des Fennecs. Régulièrement appelé, il n'a honoré - pour plusieurs raisons - qu'une sélection, contre la Tchécoslovaquie, en 1963. Suffisant pour inscrire le but victorieux. 

A la fin de sa carrière, Boukhalfa est revenu à Nantes, pour y vivre sa seconde vie et travailler aux papeteries de l'Atlantique. "De toute façon, ça a toujours été Nantes, il a toujours voulu revenir à Nantes", rembobine Denise qui garde du passé de footballeur de son mari, un souvenir bien ancré dans son cœur et sa mémoire, "le jubilé de Sadek. De voir tout le public, debout, à la fin du match et de voir ses deux jeunes enfants faire le tour du terrain avec leur père, émotionnellement, ce sont des choses très fortes". A l'image du joueur et de l'homme. 

Après avoir évolué à Nantes, Sadek Boukhalfa (à droite au premier rang) a joué à Bastia, Metz ou encore Blois.
Après avoir évolué à Nantes, Sadek Boukhalfa (à droite au premier rang) a joué à Bastia, Metz ou encore Blois. © Radio France - Florian Cazzola
Choix de la station

À venir dansDanssecondess