Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La saison 2020 -2021 du Racing Club de Strasbourg

Reprise de la Ligue 1 : Strasbourg veut faire oublier un été plombé par le coronavirus et les blessures

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Depuis sa remontée en Ligue 1 en 2017, le Racing n'a cessé de progresser dans la hiérarchie du foot français, mais une préparation chaotique, entre blessures et cas de Covid-19, pourrait compliquer son début de saison.

 L'entraîneur du Racing Thierry Laurey espère rapidement chasser les doutes liés à une préparation chamboulée
L'entraîneur du Racing Thierry Laurey espère rapidement chasser les doutes liés à une préparation chamboulée © Maxppp - Jean-Marc Loos

Après des premiers matchs amicaux convaincants (victoires contre Nîmes et Montpellier), le Racing a vu sa préparation s'arrêter net, après la révélation de dix cas de joueurs positifs au Covid - 19 dans l'effectif professionnel. Aucun club de Ligue 1 n'a recensé autant de contaminations. Son image a été ternie quand l'Equipe a révélé que certains joueurs strasbourgeois s'étaient offert, sans l'aval du staff, une sortie controversée dans un bar dansant à Genève, en marge de leur stage à Evian-les-Bains. 

Placés en quatorzaine pendant deux semaines, ces dix joueurs débutent donc la saison avec un état de forme très incertain, même s'ils ont repris l'entraînement le mardi 18 août. Si vous ajoutez les longues indisponibilités pour plusieurs mois du gardien titulaire Matz Sels (victime d'une rupture du talon d'Achille) et de l'attaquant Lebo Mothiba (opéré au genou), ça commence à faire beaucoup.

"On n'est certainement pas prêts comme on espérait l'être", reconnaissait l'entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey à l'issue du dernier match amical perdu face à Metz à Molsheim (2-3), Mais on n'est pas loin du compte non plus. A nous de combler ce petit différentiel qui nous manque".

Un effectif qui ne bouge (presque) pas

Heureusement, le coach du Racing peut s'appuyer sur la stabilité de son effectif. Deux joueurs de 24 ans sans expérience de la Ligue 1 sont venus en renfort (Medhi Chahiri, en provenance du Red Star et Mahamé Siby, qui jouait à Valenciennes), alors que plusieurs n'ont pas vu leur contrat renouvelé (Grimm, Corgnet, N'Dour). Le Racing ne fera pas de folies d'ici la fin du mercato le 5 octobre 2020, même si Thierry Laurey aimerait encore recruter un milieu défensif d'expérience.

Mieux que dixième ?

Avant l'épisode des dix contaminations au Covid-19, l'entraîneur Thierry Laurey espérerait que le Racing puisse " encore améliorer ses performances cette saison. A la louche, entre 8 et 12, ça me parait être la bonne fourchette. Si les planètes s'alignent _et si on a un peu de réussite_, on peut faire 8 ou 9. Mais il faut être lucide, un club comme le Racing ne peut pas envisager beaucoup mieux, au vu de tous les moyens qu'ont certains clubs en face de nous."

Le gardien Eiji Kawashima, qui pourrait être titulaire pour la reprise de la Ligue 1 ce dimanche 23 août à Lorient, estime que, malgré sa préparation chamboulée, "le Racing doit avoir beaucoup d'ambitions. On a terminé à la dixième place la saison dernière. On va essayer de _faire mieux_."

Briller dans une Meinau quasi vide

La limitation de la jauge de la Meinau à 5.000 spectateurs pour le match de Nice (et probablement les suivants aussi) risque d'être un handicap pour le Racing, souvent porté par son bouillant public.

Pour notre consultant Claude Spreng , le Racing doit donc surtout avoir des objectifs à court terme pour l'instant : "Il y a trop de perturbations liées à la crise sanitaire. Ce qui est vrai aujourd'hui ne le sera peut-être plus demain. Quand on voit la complexité de la préparation du Racing, on se pose surtout les questions de savoir dans quel état vais-je retrouver mon équipe, comment retrouver une force collective avec des joueurs dans des états de forme si différents. Les vrais objectifs sont des objectifs sont pour moi à très court terme. On peut reprendre l'expression favorite des joueurs, _'prendre match après match'_. Plus que jamais, ça ressemblera ça à maintenant. Le groupe de Thierry Laurey est resté stable, il a quelques certitudes sur son effectif, son potentiel aussi, on imagine que l'objectif sera de gagner encore quelques places au classement".

Des incertitudes économiques

Les incertitudes sportives s'accompagnent aussi de doutes sur le plan économique. La suspension de la Ligue 1 en mars 2020 a coûté cher au Racing. Le président Marc Keller a estimé à environ 10 millions d'euros le manque à gagner. La perspective de jouer les premiers matchs à domicile devant 5.000 personnes à peine à la Meinau n'est guère plus réjouissante pour les finances du club. Heureusement, il y a quand même un point positif, le Racing gagnera davantage en fin de saison, grâce à l'augmentation des droits  télé dans le cadre du nouveau contrat avec le diffuseur Mediapro. Encore faudra-t-il réussir la saison sportivement pour renflouer les caisses.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess