Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Retour sur un Caen - Nîmes qui interroge la justice

mardi 5 juin 2018 à 17:23 Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin

Le procès des matchs de Ligue 2 supposés arrangés rentre dans sa troisième journée ce mercredi 6 juin 2018. Le tribunal correctionnel de Paris doit revenir sur le match Caen-Nîmes du 13 mai 2014. Cette rencontre vaut à l'ex-président du SM Caen, Jean-François Fortin, d'être parmi les neuf prévenus.

Mathieu Duhamel avait inscrit le seul but caennais de ce match face à Nîmes (1-1)
Mathieu Duhamel avait inscrit le seul but caennais de ce match face à Nîmes (1-1) © Maxppp - FABRICE FOURES

Caen, France

Alors que le procès des matchs supposés arrangés de Ligue 2 a commencé au début de la semaine, France Bleu Normandie vous propose ce mardi 5 juin 2018 de revenir sur le match Caen-Nîmes du 13 mai 2014. L'ancien président du Stade Malherbe Caen, Jean-François Fortin, fait partie des prévenus au procès. A l'époque où l'affaire a éclaté, son interpellation et son placement en garde à vue avaient créé un choc

De ce 13 mai 2014, les 19.906 spectateurs de ce match Caen-Nîmes ont surtout retenu la finalité de la rencontre : une remontée en Ligue 1 validée par les Caennais mais ponctuée de sifflets pendant la rencontre. Après l'ouverture du score de Mathieu Duhamel au bout de 20 minutes de jeu et l'égalisation du Nîmois Samir Benméziane un quart d'heure plus tard, la dernière demi-heure du match n'avait apporté aucune occasion de jeu ni la moindre prise de risque des deux équipes. 

Il fallait un point et on l'a eu - des supporters caennais après la rencontre

"La montée, c'est super. après le match en lui-même... il fallait un point et on a eu un point. Ce qui fait que le match n'était pas extraordinaire mais bon on méritait la victoire quelque part. Logiquement ils (les Nîmois) ont refusé le combat. Nous on était obligé de rester à l'arrière pour remonter en première", concédaient les supporters à la sortie du stade et de la fête. Le soir-même en conférence de presse, Jean-François Fortin avait défendu cette physionomie de la rencontre et renouvelé ses reproches contre la Ligue pour l'avoir intercalée entre les deux dernières journées de ce championnat de Ligue 2.

Neutralisation du match 

Son coach, Patrice Garande, avait également déploré les sifflets du public sur la neutralisation du match par les deux équipes quelques instants après le coup de sifflet final. "Ce match on l'a joué pour le gagner. La première mi-temps, on l'a faite pour la gagner. Après pour la deuxième mi-temps, mon discours n'était pas de rester dans notre camp et de ne pas attaquer. Mais il faut comprendre le stress des joueurs. Il y a deux ans de travail derrière ça."

Les mecs qui sifflent n'ont rien compris - Patrice Garande

"Que Nîmes ait besoin d'un point, ce n'est pas mon problème. Moi je travaille pour le Stade Malherbe et avec un point et la différence de but, on est en Ligue 1. On ne peut pas se rendre compte de ce que cela représente comme effort. Après, quand je vois des mecs comme ça qui sifflent... C'est une minorité au départ, après ça suit mais c'est qu'ils n'ont rien compris."

Le scénario d'une rencontre neutralisée par l'enjeu et un résultat qui convient aux deux formations est assez classique en fin de saison. Seule la soirée de fête d'une remontée en Ligue 1 aurait été retenue pour ce Caen-Nîmes (1-1) sans ces écoutes téléphoniques qui aujourd'hui interrogent la justice.