Football

Robert Beric sur France Bleu : "Marquer contre Paris ? Un sentiment incroyable !"

Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 12 septembre 2016 à 18:26

Le Slovène Robert Beric au micro de france Bleu
Le Slovène Robert Beric au micro de france Bleu © Radio France - Olivier Roché

L'international slovène était l'invité du Debrief ce lundi soir entre 18h et 19h. Le buteur lors du match nul sur la pelouse du PSG est revenu sur son égalisation mais il a aussi évoqué la Ligue Europa, la Slovénie. Et en bonus, quelques mots de français !

Félicitations Robert pour votre but contre Paris. Qu’avez-vous ressenti au moment de cette égalisation ?

C’était un sentiment incroyable de marquer mais le plus important c’est d’avoir pris un point contre Paris. On peut être satisfait, c’est un point très important pour nous.

C’était à la dernière minute ! Ça a du être un sentiment incroyable.

Bien sûr ! C’est toujours un super sentiment de marquer un but. Donc oui la sensation était incroyable mais encore une fois je suis surtout content qu’on ait gagné un point.

Quand vous obtenez le match nul, au Parc des Princes, à la dernière minute, est ce qu’on ressent ça comme une victoire ?

C’est sûr que c’est bien de prendre un point à la dernière minute. Mais je pense qu’on a disputé un très bon match, durant les 90 minutes. Le penalty était discutable et on mérite ce point.

Le défenseur parisien Thomas Meunier a déclaré que les équipes qui affrontent Paris ne jouent pas au football. Elles sont là pour obtenir le match nul et ne pas perdre…

Vous savez Paris, c’est un grand club. C’est difficile d’aller là-bas et d’essayer de gagner. C’est comme ça  ! C’est la grosse équipe, comme le Real Madrid en Espagne. Personne ne va à Santiago Bernabeu pour essayer de l’emporter. Alors bien sûr, on joue plus défensif face au PSG, mais c’est tout à fait normal.

Vous comment vous sentez-vous ? Êtes-vous totalement remis de votre blessure ?

Tout va bien je me sens bien, la blessure est derrière moi et je suis concentré sur le foot.

Vous n’avez pas d’appréhension quand il y a des contacts avec les défenseurs ?

Pas vraiment… et comme je vous l’ai dit, c’est derrière moi je suis à 100% sur le football.

En ce qui concerne le championnat, le début de saison est un peu lent pour les Verts ?

Peut-être qu’on dira « mauvais départ mais joli finish » ! J’espère que c’est ce qui va se passer. Mais oui comme vous le dites, notre départ est un peu lent. Mais forcément j’espère que dans le futur on jouera mieux.

La première partie de l'interview de Robert Beric

Au sujet de votre adversaire en Europa League jeudi Mayence, que savez vous de cette équipe. Ce n’est pas le club allemand qu’on connaît le plus…

C’est une très bonne équipe. Quand je jouais au Rapid de Vienne en Autriche, je regardais beaucoup la Bundesliga et je sais que c’est une forte équipe. Ce sera difficile de jouer là-bas. Eux aussi ont des super supporters. On devra donner notre maximum pour remporter ce match.

Et le groupe de cette Ligue Europa en général, Anderlecht, Mayence, Qabala ? Saint-Étienne peut se qualifier ?

Je l’espère. On va faire notre mieux pour se qualifier. Anderlecht c’est une bonne équipe. Même chose pour Mayence. Qabala, on ne connait pas trop mais ce sera très difficile. Ils ont quand même éliminé Lille! Donc c’est un groupe compliqué mais avec un peu de réussite, on passera.

Quelle est la différence entre un match de Ligue 1 et un match de Ligue Europa ? Plus d’intensité ?

Ça dépend contre qui vous jouez. En Ligue 1 il y a beaucoup d’intensité, croyez moi ! Mais l’Europa League c’est spécial. Vous pouvez vous rater sur vos deux premiers matches et derrière il vous peu de temps pour vous rattraper…

Un mot sur votre sélection nationale, vous avez fait match nul contre la Lituanie en qualification pour la Coupe du Monde. Forcément cette qualification est un objectif ?

Bien sûr, c’est le rêve de chaque joueur de disputer une Coupe du monde. Mais on a un groupe très difficile avec la Slovaquie, l’Angleterre, l’Écosse, la Lituanie et Malte. Ce sera compliqué pour nous, on devra travailler très dur pour sortir du groupe.

La Slovénie a disputé le Mondial 2010, ça représenterait quoi pour votre pays de se qualifier de nouveau?

Nous sommes un petit pays ! Alors participer à un EURO ou une Coupe du Monde c’est quelque chose d’énorme pour nous ! Alors j’espère, je rêve vraiment qu’on atteigne la phase de groupe du Mondial en Russie. On verra bien.

Vous avez appris à parler français ?

(En français) C’est très difficile pour moi de parler français. Je comprends un petit peu mais c’est très difficile…

Avec vos coéquipiers vous parlez en français, en anglais ?

Oui un petit peu en français, un petit peu en anglais… (rire)

Que faites vous à Saint-Étienne quand vous ne vous entraînez pas ? Vous vous promenez, vous allez en ville ?

Quand je suis très fatigué, je reste à la maison. Quand je ne suis pas fatigué je me balade à la Tour-en- Jarez. C’est un calme, reposant pour marcher. Ou je vais dans les cafés.

Vous essayez de rester discret, de ne pas être vu par les gens ?

Non je ne pense pas à ça ! Si j’ai envie d’aller dans un bar, j’y vais. Ça ne pose pas de problème !

De toute façon les supporters stéphanois vous adorent !

(rire) Je ne sais pas…

Mais moi je vous le dis !

(rire) En tout cas on a des supporters incroyables. Avant d’arriver ici on m’avait beaucoup parlé d’eux. Mais une fois au club et que vous voyez ça, c’est extraordinaire. Très peu de clubs ont des supporters comme ça !

La 2e partie de l'interview de Robert Beric, avec des mots de français

Partager sur :