Football

Rugby féminin - Seven World Series : mission Atlanta pour Camille Grassineau et les Bleues

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde mercredi 11 mars 2015 à 7:00

Camille Grassineau et les Bleues n'ont qu'un objectif : Rio
Camille Grassineau et les Bleues n'ont qu'un objectif : Rio © World Rugby

La capitale de l'État de Géorgie accueille ce week-end la 3e étape du circuit mondial. Quatrièmes à Dubaï et à Sao Paulo, les Françaises aimeraient grimper dans la hiérarchie, histoire de confirmer leurs progrès et de se prouver qu'elles sont sur la bonne voie, celle qui mène aux Jeux Olympiques.

Pour l'instant, elles y sont. Au tiers d'un circuit qui comporte six étapes, les Bleues ont en poche leur ticket pour Rio où le rugby à VII fera ses grands débuts dans l'ère olympique.

Mais la route vers le Brésil est encore longue. Pour rester dans le quatuor de tête, Camille Grassineau et ses coéquipières vont devoir garder le rythme car derrière, Anglaises et Américaines en tête, on lorgne sur la 4e place qualificative.

Regarder vers le haut mais aussi dans le rétro

Le meilleur moyen de prendre ses distances, c'est encore de frapper un grand coup en terre américaine et de bouleverser une hiérarchie jusqu'ici bien établie (Nouvelle-Zélande, Australie, Canada ont terminé dans cet ordre les deux premières étapes). A Sao Paulo, les Françaises ont enfin embêté les Néo-Zélandaises (5-12). Pas suffisant pour atteindre la finale mais assez pour se persuader qu'elles sont sur le bon chemin.

Les Bleues viennent de partir pour ! Revivez les essais du dernier tournoi! https://t.co/HtX2RcjvzO — FFRugby (@FFR_officiel)

À Atlanta, les filles du 7 devront d'abord sortir d'une poule relevée avec l'Australie, les Fidji et l'Espagne . Ensuite, elles espèrent ne pas être dans la moitié de tableau des All Blacks pour essayer de s'inviter à une première finale .

La force des Bleues, c'est a priori leur marge de progression . Le groupe réuni depuis le début de saison à Marcoussis effectue sa première saison à "presque" temps plein. Les seize joueuses bénéficient en effet d'un contrat semi-professionnel, ce qui leur permet de travailler au quotidien et donc d'avancer mais aussi de poursuivre les études et donc de garder un contact avec la "vie réelle", essentiel dans l'optique de l'après-rugby.

Camille Grassineau : "Grapiller et titiller"

Cette prise de conscience tardive de la Fédération et la mise en place de ce système devraient permettre aux joueuses de David Courteix de trouver la régularité qui les fuyait jusqu'ici et d'être jusqu'au bout dans la course à Rio.

Les JO, un objectif et une obligation

Un système qui entraîne parallèlement un bouleversement des habitudes . Camille Grassineau partage son temps entre Bordeaux, où elle participe à quelques matches à XV avec les Lionnes du Stade Bordelais, et Paris où elle partage une co-location avec ses coéquipières, la Montpelliéraine Jennifer Troncy et la Lilloise Shannon Izar.

Des sacrifices qui pourraient déboucher sur une belle aventure olympique. Un plaisir pour ces Bleues, une obligation pour le développement de la discpline .

Après le Mondial à 15, les JO à 7 dans le viseur de Camille Grassineau. - Aucun(e)
Après le Mondial à 15, les JO à 7 dans le viseur de Camille Grassineau. - Isabelle Picarel

Camille Grassineau : "Deux vies parallèles"

Camille Grassineau : "Rester sur cette lancée là"