Football

Rugby - Top 14 : l'UBB prête pour la réforme de sa formation

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde jeudi 27 mars 2014 à 6:00

David Ortiz, responsable du centre de formation de l'UBB.
David Ortiz, responsable du centre de formation de l'UBB. © Radio France

C'est une petite révolution qui va toucher à la rentrée prochaine les centres de formation des clubs de rugby professionnels. A l'Union Bordeaux-Bègles, on se félicite d'une réforme qui doit à terme faciliter le passage des jeunes Français vers le Top 14.

C'était un vieux serpent de mer du rugby français . Un problème au sujet duquel tout le monde ou presque était d'accord mais que personne, ni la Fédération française, ni les clubs, n'avait jamais pris à bras le corps. 

Les résultats moyens de l'équipe de France des moins de 20 ans lors de "sa" coupe du monde l'été dernier ont accéléré un processus inéluctable. Si la France veut briller dans les catégories de jeunes, elle doit réformer ses championnats.

Aujourd'hui, un centre de formation comme celui l'UBB comporte cinq équipes : deux en cadet (-16, -17 ans), une en Crabos (-19 ans), une en Reichel (-21 ans) et une en Espoir (-23 ans), soit un total d'environ 175 jeunes engagés dans cinq championnats.

"Il fallait arrêter de dépenser l'argent et vraiment former une élite" — David Ortiz, responsable du centre de formation de l'UBB

A la rentrée prochaine, il ne seront que 110 regroupés en quatre équipes : deux en cadets (-16, -15), une en -18 ans et une en -22 ans. Cette dernière catégorie va donc regrouper des jeunes pouvant avoir jusqu'à quatre ans d'écart.

Un "baby Top 14" pour mieux franchir le palier vers le haut niveau

C'est là que se retrouvera l'élite de la formation française, à charge pour les clubs d'équilibrer et de répartir leurs forces dans ce championnat "vitrine" de la formation française.

David Ortiz : "Aujourd'hui, la compétition Espoir n'est pas du tout adaptée"

Resserrement des effectifs et concentration des compétitions . S'il n'a pas encore de nom, le nouveau championnat Espoir va passer de trois poules de 10 à une poule de 14 et une autre de 16, calquées sur le modèle Top 14 / Pro D2. Les Espoirs de l'UBB ne sont pas encore fixés sur leur sort. Ils devront terminer dans les quatre premiers pour évoluer la saison prochaine dans la poule Elite.

David Ortiz : "Pourquoi pas une compétition Espoir médiatisée avec des droits TV ?"

Une politique qui va dans le sens de celle voulue par le président Laurent Marti. Après avoir formé mais dû laisser partir ses talents (Fall, Machenaud, Marie, Desmaison, Lagarde, Chollon), l'UBB aspire maintenant à les conserver et même à pouvoir leur offrir du temps de jeu. En 2010-11, seuls le trio Saubusse, Gibouin, Lopez avait évolué avec les pros. Cette saison, ils sont dix à avoir porté le maillot frappé du damier et du lion.

Un crève-coeur mais sans doute un mal pour un bien

Le revers de la médaille, c'est que les responsables des centres de formation vont devoir annoncer à un paquet de joueurs qu'ils ne seront pas conservés . Ils sont une soixantaine dans ce cas à l'Union Bordeaux-Bègles. Un moment pas facile à vivre humainement, reconnaît David Ortiz, mais qui évitera aussi à beaucoup de jeunes de se bercer d'illusions.

Un "excédent" de joueurs qui devrait également faire le bonheur des clubs de Fédérale , chez nous, ceux du Comité Côte d'Argent. Plutôt que de poursuivre en vain un rêve inaccessible, un bon jeune aura l'opportunité de trouver à Lormont, Langon, Libourn, Saint-Médard ou Arcachon, un club bien structuré tout en mettant plus vite qu'avant un pied dans une vie professionnelle qu'il aurait de toutes façons dû rejoindre un jour ou l'autre.

Darly Domvo, le jeune arrière qui monte - Radio France
Darly Domvo, le jeune arrière qui monte © Radio France

David Ortiz : "Ecrémer pour resserrer l'élite"

Partager sur :