Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Six clubs de la Manche et du Calvados rêvent du 8e tour de la Coupe de France

samedi 11 novembre 2017 à 10:00 Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin

Six clubs de la Manche et du Calvados sont en lice pour le 7e tour de la Coupe de France de football ce week-end (Le SM Caen et les Ligue 1 débutera au 9e tour). Si Avranches et Granville sont des habitués aux exploits, Bretteville-sur-Odon, l'ASPTT Caen, Vire et St Lô veulent marquer leur histoire.

L'AF Virois tentera l'exploit ce samedi contre un club de 3e division, Chambly
L'AF Virois tentera l'exploit ce samedi contre un club de 3e division, Chambly © Radio France - Olivier Duc

Caen, France

Sur le papier, ce sont les clubs de la Manche qui ont le plus de chance de poursuivre leur route en huitième de finale. Avranches (N1) se déplace pour la 4e fois de son histoire en Guyane affronter l'Etoile de Matoury (R1) ce samedi à 21h. St Lô, leader de National 3, se rend en Guadeloupe affronter l'Etoile de Morne à l'eau (LR1). Granville (N2) aura également l'avantage de la division mais également de jouer à domicile ce dimanche à 14h contre Vierzon (N3).

L'idée c'est de ne pas avoir de regrets, explique l'entraîneur de Vire, Cédric Hoarau, d'essayer de leur poser des problèmes.

Chez les Calvadosiens, l'AF Virois (R1) espère franchir samedi (18h) pour la première fois de son histoire ce 7e tour mais il faudra un sacré exploit contre Chambly (N1). "L'idée c'est de ne pas avoir de regrets, explique l'entraîneur de Vire, Cédric Hoarau, d'essayer de leur poser des problèmes. Après, on sait très bien que logiquement il y aura un écart marquant entre les deux équipes. Ils sont quasi professionnels, à s'entraîner deux fois plus que nous. Après c'est ça aussi la magie de la Coupe de France. On joue à domicile. On a envie de faire une belle fête surtout sur le terrain en montrant des choses intéressantes et en ne prenant pas de but rapidement. L'enjeu sera là, ce sera de bien défendre, de tenir le 0 à 0 le plus longtemps possible.

L'ASPTT Caen compte sur le terrain synthétique de la Hache pour surprendre Le Mans - Radio France
L'ASPTT Caen compte sur le terrain synthétique de la Hache pour surprendre Le Mans © Radio France - Olivier Duc

Certains se plaisent à dire qu'il s'agit d'un petit chaudron et nos spectateurs sont proches du terrain. Le président de l'ASPTT Caen

La mission sera identique pour les joueurs de l'ASPTT Caen (R1). Ils recevront à 18h30 ce samedi Le Mans (N2) sur leur terrain de la Hache. "On a nos repères, explique le président caennais Yann Binet. Notre terrain fait partie des plus grands en synthétique mais par rapport à des terrains de niveau national il peut être plus petit. Certains se plaisent à dire qu'il s'agit d'un petit chaudron et nos spectateurs sont proches du terrain."

En Coupe de France il n'y a plus de division d'écart. Cela se joue sur le terrain et quand l'arbitre siffle le coup d'envoi c'est du 50-50. L'entraîneur de Bretteville-sur-Odon

Bretteville-sur-Odon (R1) devra en revanche aller chercher à Houilles (R2) en région parisienne une première participation au 8e tour. "On va essayer d'imposer notre jeu, explique l'entraîneur Romain Hengbart. On travaille depuis deux-trois années pour avoir un style de jeu bien à nous. il faudra réussir à le mettre en place. Quand on joue une équipe qui est censée être inférieure sur le papier, il faut insister sur les petits détails parce que cela se jouera vraiment sur des petits détails et faire comprendre aux joueurs qu'en Coupe de France il n'y a plus de division d'écart. Cela se joue sur le terrain et quand l'arbitre siffle le coup d'envoi c'est du 50-50."