Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Anthony Gonçalves "Notre classement ne correspond pas à l'institution SM Caen

Face à l'AC Ajaccio, Anthony Gonçalves a fait son retour après une suspension et une gêne physique. Le capitaine du SM Caen ne s'attendait pas à une saison aussi compliquée. Il estime également que son équipe est un peu trop sanctionnée à son goût.

Anthony Gonçalves (ici à Niort) ne se freinera jamais dans ses engagements
Anthony Gonçalves (ici à Niort) ne se freinera jamais dans ses engagements © Maxppp - Eddy LEMAISTRE

Anthony Gonçalves, comment allez-vous?

Ça va. On se remet de la défaite de ce week-end (contre Ajaccio). On  s'est vite remis au travail et on essaye de trouver du positif - parce qu'il y en a dans le match de ce week-end - pour avancer et se focaliser sur le match de Chambly.

Ce n'est pas le début d'année attendu avec trois défaites de rang même si le calendrier était assez complexe et que vous avez fini ces trois matchs à dix?

C'est surtout ça qui a été compliqué. Sur deux matchs, je les ai regardés à la maison. J'ai trouvé le contenu à Lorient intéressant . Face à Montpellier, sur les vingt premières minutes, c'était aussi intéressant et derrière on se complique la tâche en évoluant à dix donc forcément le match devient plus compliqué mais je trouve que si tu enlèves le résultat, si tu regardes le contenu et l'état d'esprit affiché sur ces matchs, il y a de très très bonnes choses.

Maintenant, une fois qu'on a dit ça, tu as pris zéro point . C'est là où malheureusement il manque encore quelques choses. On a le sentiment de ne pas être très loin et puis à la fois il n'y a rien donc tu es loin.

Si tu regardes le contenu et l'état d'esprit affiché sur ces matchs, il y a de très très bonnes choses. Maintenant, une fois qu'on a dit ça, tu as pris zéro point. 

Vous disiez de garder les éléments positifs, de positiver. Quand ça ne va pas, il faut savoir faire le dos rond quand les attentes et le classement ne sont pas là?

Oui mais je suis de nature positive. On a trop vite l'habitude je pense de voir que le côté négatif dans la vie en général. Je pense qu'il faut justement essayer de positiver, de prendre les choses qui vont dans le bon sens, ne pas occulter les failles qu'on a pu avoir non plus parce qu'il faut assumer. Mais s'attarder sur le négatif, ça ne t'amène qu'à broyer du noir. 

Il faut garder le positif tout en ayant les yeux ouverts sur  la situation. On est le SM Caen et aujourd'hui on n'a pas un classement qui correspond avec l'institution tout simplement. C'est un fait. Aujourd'hui, il faut inverser la tendance et pour l'inverser, il faut prendre des points à Chambly.

Je ne m'attendais pas à vivre une saison compliquée comme cela a pu être le cas jusqu'à maintenant. Mais j'ai rapidement compris que cela allait un peu plus compliqué que je ne le pensais.

Je suppose qu'en signant au SM Caen, ce n'est pas la saison que vous attendiez? Mais est-ce que vous vous attendiez à une saison tout de même compliquée?

Honnêtement, non. Je ne m'attendais pas à vivre une saison compliquée comme cela a pu être le cas jusqu'à maintenant. Mais j'ai rapidement compris que cela allait un peu plus compliqué que je ne le pensais. Mais voilà, c'est un défi. Je n'ai jamais rien eu dans ma vie ou dans ma carrière de footballeur. Aujourd'hui, c'est un nouveau défi qui se présente à moi et à nous. Je n'ai pas peur de mettre les mains dans le cambouis. Ca sera encore plus beau quand on aura à gagner déjà un match et ensuite poursuivre avec un deuxième  match.

Je ne suis pas un homme politique, à promettre des choses et à ne pas les tenir.  La seule chose que je peux promettre c'est qu'on est tous déçu de la situation.

Ce n'est pas facile de faire des promesses aujourd'hui et de dire "ça ira mieux demain". Il faut regarder le cours terme pour relancer la machine? 

Je ne suis pas un homme politique ,à promettre des choses et à ne pas les tenir.  La seule chose que je peux promettre c'est qu'on est tous déçu de la situation. Quand on se retrouve à prendre un but à la dernière seconde contre Ajaccio, je vous laisse imaginer le comportement qu'on a eu dans le vestiaire. On était tous abattus, tous touchés parce qu'on avait tous fait les efforts.

Et quand je dis tous, c'est même les joueurs  qui ne sont pas rentrés sur ce match et qui ont encouragé les gars qui étaient en train de se dépouiller donc on n'est pas récompensé aujourd'hui ne serait-ce que par un point. 

Il y a beaucoup aussi de notre faute . Il n'y a pas que ça mais on est en grande partie responsable. Aujourd'hui il faut relever la tête et repartir au combat.

Vous avez trois matchs en une semaine : Chambly, Niort le 18eme et le derby au Havre.

Oui, une belle semaine. Ce qui est bien c'est que tu vas enchaîner. Tu n'auras pas le temps de cogiter et tu auras une semaine où il y a neuf points à distribuer.  On va tenter de prendre le maximum de points avant ce derby. On doit une revanche à nos supporters aussi. On sait que cela compte énormément. On a pu le sentir au trophée des Normands cet été.

Après, il y a eu cette défaite  face au Havre. Mais le seul objectif pour nous aujourd'hui c'est ce déplacement à Chambly qui est le match le plus important.

On sait que cela (le derby) compte énormément. On a pu le sentir au trophée des Normands cet été.

Les supporters vous l'ont rappelé après le match contre Ajaccio (0-1). Ils tiennent à ce derby. Après l'humiliation subie à l'aller, ils ne veulent pas connaître un nouveau coup dur.

Oui, j'ai déjà joué des derbys. J'en ai perdu aussi déjà.  On sait que c'est important pour les supporters. Cela me fait toujours chier quand on en perd un. Ce n'est jamais plaisant. On a eu cette petite discussion avec les supporters à la fin. Ils nous ont fait part de leur envie de battre les Havrais. Mais ça, ce sera dans un troisième temps. Avant ça, il y aura Chambly et Niort à jouer. On se focalisera sur ce match quand le temps sera venu. 

Comment qualifieriez-vous votre saison?

Personnellement? Je déteste parler de moi mais si on est aujourd'hui 16eme c'est que je ne suis pas aussi performant que je souhaiterai l'être. Je suis capitaine du Stade Malherbe. Je suis à mettre dans le même panier que tout le monde. 

Si on est 16eme, c'est qu'on ne fait pas les choses correctement et moi le premier. Tout au long de ma carrière, je me suis toujours remis en cause. Même lorsqu'on gagne ou lorsqu'on perd, je me remets toujours en question. Je sais qu'aujourd'hui je dois faire plus et je vais faire plus mais je pense que c'est tout un ensemble qui doit élever son niveau. 

Si on est 16eme, c'est qu'on ne fait pas les choses correctement et moi le premier.

Personnellement, sans mes collègues je ne suis pas grand chose. Donc j'ai besoin de mes soldats autour de moi. Je les ai mais aujourd'hui il faut que ça tourne dans le bon sens.

C'est ce que vous demande aussi votre entraîneur Pascal Dupraz? Il estime que les cadres doivent apporter plus qu'ils ne le font aujourd'hui?

S'il vous a dit ça, c'est son avis à lui. Il faut le respecter. C'est le coach et ça rejoint ce que j'ai dit avant. 

Sur cette saison vous avez pris sept cartons jaunes. Cela ne vous est plus arrivé depuis près de cinq ans quand vous étiez à Laval. Qu'est-ce qui explique le fait de vous voir plus sanctionné? Dans une équipe en difficulté on fait plus de fautes?

Je sais que j'ai un jeu où lorsque je m'engage dans un duel j'y vais à 100%. Cela peut être, on va dire, spectaculaire.  Maintenant c'est vrai qu'à Strasbourg j'avais pris moins de cartons mais il y avait peut-être plus de joueurs autour de moi qui en prenait un peu plus. On va dire que ça camouflait mes fautes. 

Mais aujourd'hui, on est sanctionné je pense un peu aussi rapidement, un sentiment que la moindre faute chez nous on prend un carton jaune. Quand je vois le dernier que j'ai pris à Rodez, c'est moi qui tacle pour prendre le ballon en premier. J'autre tacle ensuite et c'est moi qui prend le jaune. 

Il y a parfois un sentiment d'injustice dans la façon de distribuer les cartons contre le Stade Malherbe de Caen. Mais une fois qu'on a dit ça, ça va continuer. C'est comme cela. A nous et à moi de faire attention mais en tout cas s'il y a un duel qui se présente en face de moi, je ne reculerai pas. 

Aujourd'hui, on est sanctionné je pense un peu aussi rapidement, un sentiment que la moindre faute chez nous on prend un carton jaune.

Si je dois prendre un carton, je le prendrais mais en tout cas je n'y vais jamais pour blesser ou quoi que ce soit mais je ne reculerais pas. Je défends un club, je défends des collègues. C'est ma façon de jouer et ce n'est pas prêt de changer.

Laisser votre brassard de capitaine le temps d'être suspendu ou de revenir de blessure, cela fait quelque chose?

Non, cela ne me fait rien du tout. J'ai toujours dit que le brassard, c'est pour rendre les choses officielles mais je n'ai jamais eu besoin du brassard pour qu'on me confie des responsabilités. 

Dans un groupe, il y a toujours un capitaine, un vice-capitaine et généralement un troisième donc je n'ai aucun souci par rapport à ça. Je respecte le choix du coach sur ce match-là. Il a décidé, en raison de mon retour de blessure, de ne pas me faire débuter. Il a mis Jo (Rivierez) en tant que capitaine. C'est aussi un de ses cadres. Ça montre aussi qu'il a un groupe de quatre sur lequel il peut s'appuyer. Lui donner le brassard ou le donner à Rémy ou à d'autres joueurs ne me touche pas plus que ça. 

J'ai toujours dit que le brassard, c'est pour rendre les choses officielles mais je n'ai jamais eu besoin du brassard pour qu'on me confie des responsabilités.

Surtout qu'il m'attend aussi dans un rôle où à un moment donner aussi je dois montrer l'exemple : encourager les collègues, être là aussi pour haranguer les mecs donc j'ai toujours ce rôle-là. Après, brassard ou pas brassard, ce n'est pas gênant.

Le prochain match est face à Chambly, un promu difficile à manœuvrer et taillé pour la lutte pour le maintien?

C'est un match qui va être compliqué parce qu'ils ont besoin de points. On en a besoin aussi. Tout le monde pense que, parce qu'on est le SM Caen, on va y aller et qu'on va ramener la victoire mais ça ne suffit pas.

Ce sont des matchs très compliqués. Lorsque je jouais à Laval, quand un gros venait, c'était généralement compliqué pour lui parce que la soi-disant petite équipe veut se battre. 

Elle aussi a des arguments et joue le maintien et donc sa survie aussi en ligue 2. Il va falloir prendre ce match très sérieusement comme on l'a fait à chaque fois. 

On sait très bien que ça va être compliquée mais il faudra être patient et enfoncer le clou dès qu'on le pourra.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu