Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La saison 2020-2021 du SM Caen en Ligue 2

SM Caen - Anthony Weber "Maintenant, défendre, c'est un kif"

Arrivé en 2019, Anthony Weber a connu à l'image de la défense du SM Caen une première saison mitigée. Avec son binôme Jonathan Rivierez, le voici désormais au cœur de la meilleure défense de ce début de championnat. Défendre aujourd'hui est "un kif" pour ce garçon qui ne voulait pas être défenseur.

Anthony Weber s'autorise un droit de répondre quand les critiques "sont à la :imite du manque de respect" notamment sur les réseaux sociaux
Anthony Weber s'autorise un droit de répondre quand les critiques "sont à la :imite du manque de respect" notamment sur les réseaux sociaux © Maxppp - Antoine Soubigou

Que ce soit en Ligue 1, en Ligue 2 ou en National, aucune équipe ne fait mieux que le SM Caen défensivement avec un but encaissé en six journées.

Les hommes du bloc défensif sont pourtant les mêmes autour de sa charnière centrale Jonathan Rivierez - Anthony Weber.

"J'ai tendance à dire que la saison passée on ne défendait pas tous ensemble, explique le défenseur central maherbiste. On avait nos quatre défenseurs et des fois nos deux milieux. On était trop séparés de nos deux attaquants. Je ne suis pas en train de dire qu'ils ne faisaient pas les efforts ou quoi que ce soit. Mais quand on défend, c'est toujours plus facile. Aujourd'hui, quand on voit les efforts que nos attaquants font en première ligne pour essayer de récupérer le ballon, nous on a tendance à ne récupérer que les miettes.

Il y a Rémy (Riou) aussi qui nous sort deux-trois arrêts très intéressants sur chaque match. Tout cela réuni fait qu'on a pris qu'un seul but, en plus sur coup de pied arrêté. On est solide donc pour l'instant cela nous réussi."

Un changement de situation d'autant plus agréable pour Anthony Weber qu'il a connu une première saison sous le maillot du Stade Malherbe assez mitigée, en arrivant de Brest dans l'équipe coachée à l'époque par Rui Almeida.

"Je suis arrivé sur la fin. Je n'avais pas du tout de préparation dans les jambes donc quand je suis arrivé, j'avais demandé un peu de temps pour me préparer. Cela n'a pas été le cas donc forcément on m'a tout de suite mis dans le grand bain. Cela a été difficile au départ et puis après, avec l'arrivée du coach Dupraz et de son staff, cela a été largement mieux parce qu'on a eu une trame quotidienne en terme de travail. Même à 33 ans, on a encore peut-être plus besoin que les jeunes de bosser. Aujourd'hui, c'est ce qui fait aussi que mes performances sont certainement meilleures que la saison passée."

L'an passé, Anthony Weber n'a pas caché son agacement face aux critiques ou aux moqueries autour de lui comme lors du match perdu à Lorient (1-2). Elles se sont aujourd'hui éteintes ou presque.

"C'est sûr que des fois ça pique. Il y a des choses qui des fois sont injustifiées. Mais bon le mec derrière son ordinateur connaît pas le rôle plein d'un footballeur professionnel. Il ne connaît pas les coulisses du club. Il y a des choses où l'on se fait charrier, c'est marrant. c'est de bonne guerre. Il faut savoir l'accepter aussi mais il y a des choses des fois sont limites et qui sont à la limite du manque de respect et ça ce sont des choses que dans mes valeurs je ne peux pas accepter. Donc si un jour sur les réseaux sociaux il y a des choses qui peuvent arriver je m'autorise un droit de réponse."

Anthony Weber est l'un des quatre joueurs malherbistes à ne pas avoir manqué la moindre minute de jeu cette saison même s'il est sous la menace d'un troisième carton jaune.

Le défenseur central caennais est un titulaire indiscutable à son poste, lui qui pourtant n'avait pas spécialement envie de tenir ce rôle quand il était jeune joueur.

"On m'a obligé. C'était à Strasbourg. C'est Jacky Duguépéroux à l'époque du passage du petit terrain au grand terrain. J'ai eu une période dans ma carrière où pendant deux ans je n'ai pratiquement pas joué, où j'ai poussé. Je suis passé d'un petit garçon à un mètre quatre-vingt-dix.  Je n'ai pas énormément la pompe pour répéter les efforts comme peuvent faire les milieux ou les attaquants donc on m'a mis derrière. Cela me correspond un peu plus. 

En fait, je n'ai jamais voulu jouer à ce poste quand j'étais plus jeune. Défendre, c'est inné et au départ cela ne l'était pas pour moi. Avoir beaucoup le ballon dans les pieds, toucher beaucoup le ballon, c'est quelque chose qui m'intéresse mais avec l'âge j'y ai pris goût.  Maintenant défendre c'est un kif. Un bon tacle et une bonne interception, ce sont des choses qui aujourd'hui font de moi peut-être un bon défenseur."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess