Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Les infos mercato en Ligue 1 et en Ligue 2

Cédric Hengbart : "Inculquer aux jeunes l'identité du SM Caen"

Cédric Hengbart rejoint le centre de formation du SM Caen, le club qui l'a formé et avec qui il avait débuté sa carrière de joueur professionnel. Cédric Hengbart sera entraîneur-adjoint des U17 aux côtés de Mathieu Ballon. Il rejoint au club ses ex-partenaires Nicolas Seube et Yohann Eudeline.

Cédric Hengbart fait partie du top 10 des joueurs ayant le plus porté le maillot du SM Caen
Cédric Hengbart fait partie du top 10 des joueurs ayant le plus porté le maillot du SM Caen © Maxppp - Philippe Lecœur

Caen, France

A bientôt 39 ans (le 13 juillet), Cédric Hengbart revient au SM Caen dans un poste d'entraîneur adjoint des U17. Après avoir joué 218 matchs (Ligue 1 et Ligue 2) sous les couleurs caennaises, il espère apporter son expérience et son attachement aux valeurs du club de foot normand.

Forcément, par rapport à votre vécu de joueur, ce n'est pas anodin de revenir au SM Caen?

Ça a toujours été une envie pour moi de revenir dans ce club. Même en tant que joueur, c'est un club que j'ai toujours aimé. C'est un peu le hasard des choses. Le club voulait remettre un peu une identité un peu locale avec ses anciens joueurs.  Je pense que j'étais un peu le joueur idéal pour ça avec d'autres dont Nico Seube qui est déjà en place et Yohann Eudeline qui est revenu aussi.

Je pense qu'on est quelques-uns à avoir joué sous les couleurs du Stade Malherbe et actuellement à des postes différents mais qui vont inculquer aux jeunes cette identité malherbiste.

Vous aviez d'autres propositions?

Oui, j'étais du côté de la Bourgogne. J'avais quelques contacts de clubs de R1 en senior parce que c'est ma deuxième année seulement en tant que coach. J'ai également été contacté par un autre club pro mais pour le recrutement et pas sur le terrain. Et moi, le terrain, c'est ce que j'aime le plus. C'est pour cela que la proposition du Stade Malherbe est tombée à pic.

Vous avez eu le courage de parler de votre mésaventure financière, vous avez été escroqué et ruiné en même temps que d'autres footballeurs sur une affaire immobilière. Le fait que le SM Caen revienne vers vous constitue également un beau geste de leur part?

Totalement. Je le vois aussi comme ça mais ça montre aujourd'hui qu'on peut mettre un peu les clubs de foot comme des entreprises  mais en fait on s'aperçoit que ce sont quand même des grandes familles. Il y a des gens derrière ces entités footballistiques. Il y a des gens qui jugent les gens à leur valeur et non pas par rapport à l'aspect médiatique ou tout autre aspect. 

C'est une fierté aussi pour moi. J'ai eu beaucoup de messages de soutien pendant ces moments-là et là encore, quand j'ai signé, j'ai eu encore plein de messages de soutien. Ça montre que le football est une grande famille. Et si on peut s'aider les uns les autres, il y a des gens qui le font.

Comment avez-vous vécu la saison difficile que vient de traverser le SM Caen?

Ce qui m'a fait surtout mal, ce ne sont pas les résultats parce que les résultats, c'est du sportif. On peut ne pas être bon, perdre des matchs. Cela peut arriver mais c'est la façon dont ça s'est fait, tout ce qu'il y a eu aux alentours du côté médiatique, les bagarres entre les joueurs, entre les coachs... enfin tout ce côté-là, ce n'est pas les valeurs d'un club. 

J'ai déjà eu des clubs où il y a eu des problèmes en interne mais c'est comme une famille. C'est à dire qu'on règle ces problèmes et ce qui se passe dans le vestiaire doit rester dans le vestiaire. Et tout ce côté qu'il y a eu autour de ça et même certains joueurs qui pour moi n'ont pas tout donné soit parce qu'ils partaient soit parce qu'il n'y avait pas ce côté identitaire, cela me dérange beaucoup.

A partir du moment où on a un contrat avec un club, on se doit de le respecter et on doit donner 100% de  ce que l'on peut.