Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

SM Caen - Romain Genevois - "Si je revenais à droite, j'aurais l'impression de repartir un peu de zéro"

jeudi 16 novembre 2017 à 8:03 Par Olivier Duc, France Bleu Azur, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin

Romain Genevois joue sa deuxième saison avec le SM Caen. Le défenseur caennais affronte ce dimanche Nice (15h), son ancien club lors de la 13e journée de Ligue 1. Après avoir patienté en début de saison sur le banc, les blessures et les suspensions lui ont permis de retrouver une place de titulaire.

Le défenseur du SM Caen veut bien dépanner un ou deux matchs sur le côté mais préfère jouer dans l'axe de la défense du SM Caen
Le défenseur du SM Caen veut bien dépanner un ou deux matchs sur le côté mais préfère jouer dans l'axe de la défense du SM Caen © Maxppp - Stéphane Geufroi

Caen, France

C'est toujours un rendez-vous particulier pour vous d'affronter Nice, une saison et demi après avoir quitté le club azuréen?

Bien sûr. Cela va faire plaisir de revoir certains copains, le club où j'ai passé quatre belles saisons. C'est sûr que cela va être un match particulier pour moi mais j'ai envie de le gagner comme la saison dernière, quand on a réussi à gagner 1-0. C'est le plaisir de retrouver certaines personnes mais aussi l'envie de gagner. J'ai des nouvelles encore d'un peu tout le monde, que ce soit le staff médical, certains joueurs qui malheureusement ne sont pas toujours dans le groupe. En l’occurrence il n'y aura pas Jean Michaël Séri. Avec des joueurs comme Nampalys mendy, on aimait bien se chambrer à l'entraînement. Je suis content de retrouver tous ceux avec qui j'ai pu m'entraîner et jouer lorsque j'étais là-bas.

Même si je suis parti, je fais partie un peu des supporters niçois de la même façon que je suis supporter de tous les clubs dans lesquels je suis passé (Gueugnon, Tours et Nice)

Vous êtes vous dit l'année dernière que vous étiez parti trop tôt quand on voit la saison qu'ont vécu les Aiglons (3e)?

C'est ce qu'on m'a demandé souvent. Pour le coup, non, parce que ma réflexion s'est faite bien en amont. Même dans le club, quand j'en rediscute avec certaines personnes, ils étaient loin de se douter qu'ils allaient faire une saison aussi incroyable. c'était une saison assez surprise. Tant mieux pour eux. Même si je suis parti, je fais partie un peu des supporters niçois de la même façon que je suis supporter de tous les clubs dans lesquels je suis passé (Gueugnon, Tours et Nice). J'avais des yeux de supporter et j'étais content d'assister à leur beau parcours mais il n'y a aucun regret particulier. J'ai vécu aussi de très belles saisons avant avec eux. Il faut toujours regarder de l'avant.

On voit avec les blessures que c'est important d'avoir un effectif large

A l'intersaison, le SM Caen a recruté Alexander Djiku en défense centrale et Baïssama Sankoh qui évolue ici dans le même registre. Est-ce que vous vous êtes posé des questions sur cette concurrence que vous alliez rencontrer?

Pas du tout. C'est important. En plus, on voit avec les blessures que c'est important d'avoir un effectif large. C'est à nous de faire le job, de montrer sur le terrain et lors des matchs lorsqu'on a la chance d'être aligné de faire le job de façon à ce que l'équipe continue à bien fonctionner et à engranger des points. Pour moi ce sont de bons soucis. Il vaut mieux être trop que pas assez parce que quant on va vivre des périodes plus compliquées ce sera mieux d'avoir plusieurs soldats qu'un ou deux. On est pas à l'abri de blessures ou de méformes de certains.

C'est un métier qui n'est pas facile. Il faut continuer à travailler pour être performant et gagner sa place puis travailler derrière pour la conserver. Après il faut aussi un brin de réussite.

C'est clairement ce qui vous arrive actuellement. Entre les blessures et la concurrence, vous avez dû patienter entre la Ire et la 6e journée pour redevenir titulaire?

C'est tout à fait ça. Cela résume bien, c'est le football. C'est un métier qui n'est pas facile. Il faut continuer à travailler pour être performant et gagner sa place puis travailler derrière pour la conserver. Après il faut aussi un brin de réussite. Il faut un peu de tout mais il faut surtout être dans le bon état d'esprit. Généralement quant on est sérieux et qu'on travaille bien on est récompensé. Et puis généralement quand l'équipe va, cela rejaillit et ça a forcément un allant positif sur les joueurs.

Je ne suis pas quelqu'un de fataliste. Ce n'est pas parce que l'on sait que quelque chose n'est pas facile que forcément il faut baisser la tête, au contraire

D'un point de vue extérieur, vous donnez l'apparence de quelqu'un d'un caractère plutôt facile, toujours souriant.

Je suis quelqu'un de positif parce que je sais que les choses sont loin d'être évidentes mais après... Je ne suis pas quelqu'un de fataliste. Ce n'est pas parce que l'on sait que quelque chose n'est pas facile que forcément il faut baisser la tête, au contraire. Cela fait partie du football. Je suis content de faire ce métier donc quand on fait un métier et qu'on a plaisir à la faire il ne faut pas vouloir seulement les bons côtés. Il faut tout prendre avec et généralement quand on est dans cet esprit-là on est capable de surmonter tous les aléas qui peuvent survenir même les plus compliqués.

Je suis quelqu'un de souriant mais après je suis quand même un peu râleur. Je n'aime pas perdre, je suis un peu chambreur.

Il y a des choses qui peuvent tout de même vous faire ronchonner?

(Rires) bien sûr, je suis quelqu'un de souriant mais après je suis quand même un peu râleur. Je n'aime pas perdre, je suis un peu chambreur...

Y compris en match dans les duels entre défenseur et attaquant?

Bien sûr. après je ne suis pas quelqu'un d'extravagant, d'expressif. Certains jouent un peu de ça, ils font des gestes et vont provoquer l'adversaire. Ce n'est pas du tout mon approche mais cela n'empêche pas que je suis comme ça, très mauvais perdant, un peu râleur. On va dire que je sais le faire discrètement. C'est ma personnalité aussi. Je suis quelqu'un d'assez introverti en premier abord mais qui sait se lâcher quand il faut.

C'est pour moi le poste (défenseur central) où j'ai le plus travaillé et le plus progressé. C'est normal que j'ai envie d'y perdurer. Pour moi, si je revenais à droite, j'aurais l'impression de repartir un peu de zéro

Vous êtes défenseur central. Vous avez dépanné à votre arrivée de Nice sur le côté droit. Vous pourriez dépanner à nouveau avec la suspension de Frédéric Guilbert contre Nice. Quel poste préférez-vous?

Je préfère être défenseur central. Je suis un défenseur central. Maintenant j'ai déjà dépanné à droite dans tous les clubs où je suis passé, dans certains plus que d'autres. J'ai beaucoup plus de matchs à mon actif comme défenseur central. Ma marge de progression, c'est à ce poste que j'ai exprimé le potentiel que j'avais. Quand j'étais en National, j'ai réussi à retrouver la Ligue 2 grâce à ce poste. Je me suis imposé à Tours à ce poste alors qu'on m'avait recruté pour être latéral. J'ai fais trois saisons à ce poste ce qui m'a poussé à encore plus progresser sur ce poste et à m'y sentir encore mieux. J'ai réussi grâce à ce poste à m'ouvrir les portes de la Ligue 1. Même si à Nice j'ai dépanné à droite parce que le coach Puel avait un petit souci à ce poste parce qu'il n'y avait pas grand monde, derrière il m'a remis à ce poste et j'ai repris ma progression et j'ai réussi à m'imposer à ce poste à Nice en Ligue 1. C'est pour moi le poste où j'ai le plus travaillé et le plus progressé. C'est normal que j'ai envie d'y perdurer. Pour moi, si je revenais à droite, j'aurais l'impression de repartir un peu de zéro à un poste où je n'ai pas pour moi assez enchaîné pour pouvoir prétendre être un latéral droit de métier.

Si je dois dépanner un ou deux matchs ou un peu plus je le ferais. Après il y a l'envie et le devoir.

Même si peut-être on vous demandera de jouer sur le côté?

Après je suis aussi un joueur de devoir. C'est le coach qui décidera. Ce sera à lui de faire avec l'effectif qu'il décidera et les joueurs disponibles. S'il me dit "écoute Romain, j'ai envie que tu joues à droite ce match là", je ne vais pas lui dire non. Je lui dirais bien sûr il n'y a pas de soucis comme la saison dernière. Il m'avait dit avant Metz qu'il savait que je me sentais mieux dans l'axe et qu'il avait vu que j'étais plus à l'aise et plus performant dans l'axe mais qu'il savait aussi que je pouvais dépanner et être bien à ce poste à condition que je sois prêt aussi dans la tête à l'être. a partir de là, il n'y a pas de problèmes. Si je dois dépanner un ou deux matchs ou un peu plus je le ferais. Après il y a l'envie et le devoir. L'envie c'est de rester dans l'axe mais pour l'équipe, pour les besoins je pourrais jouer à droite sans broncher et essayer aussi de prendre du plaisir même si je sais que j'en prendrais un peu moins.

Revenir de blessure et rentrer dans un match à froid (à Marseille) c'était une petite frayeur entre guillemet.

A Marseille (0-5), vous reveniez de blessures et vous êtes rentré sur le terrain en urgence pour remplacer Damien Da Silva alors que le score et le match était bien avancé. Ce n'est pas un cadeau de rentrer dans ce type de condition?

Ce n'est pas évident et en plus on était dans une problématique parce que je revenais de blessure. On en avait discuté avec le coach l'avant-veille, on ne voulait pas spécialement prendre trop de risque. Il m'avait pris quand même parce qu'on ne sait jamais et que j'étais revenu de ma blessure sans trop de soucis. Les sensations étaient plutôt bonnes mais je n'étais pas encore prêt pour démarrer un match en plus au Vélodrome. Il s'avère que Damien à la fin a un petit souci. Du coup, je suis assis sur le banc, à froid qui plus est (rires) donc revenir de blessure et rentrer dans un match à froid c'était une petite frayeur entre guillemet. Même s'il faut toujours être prêt à 100% quelque soit le moment où tu rentres... pour être honnête, je suis rentré à 4-0, je ne me suis pas dit que j'allais faire la différence sur ce match-là. Mais c'était une bonne occasion aussi de me situer par rapport à l'intensité qu'il y avait dans ce match et de voir qu'effectivement c'était un bon choix de m'avoir préservé sur ce match-là parce que c'était un peu juste. Après on sait pas. Peut-être que si j'avais débuté, je me serais peut-être blessé, on aurait pris peut-être plus de buts (rires) ou peut-être moins. en tout cas je poursuis ma reprise. On fait les choses bien sans se précipiter. Ce n'était pas spécialement prévu que je rentre mais le foot est fait d'aléas. J'ai fait du mieux que j'ai pu dans les conditions où j'étais.

Il va falloir attaquer ce match comme la saison dernière. Même s'ils sont en difficulté, cela reste une équipe favorite par rapport à nous

La saison dernière, Nice était venu en leader invaincu et avait perdu son premier match à d'Ornano face à une équipe de Caen en difficulté. Cette saison, le contexte est totalement différent, Nice a un début de saison bien plus compliqué.

Pour avoir été dans cette situation et vous l'avez été aussi ici également à Caen, quand on fait une très belle saison, c'est difficile de confirmer derrière. Ce qui rend la tâche difficile à Nice, ce sont les adversaires qui les considèrent toujours comme une très belle équipe et qui les jouent dans cet état d'esprit. Ils arrivent à les mettre en porte-à-faux parce qu'ils sont déterminés. Ils les voient comme une équipe de haut-niveau avec un bon coup à faire contre eux. Du coup, Nice, avec quelques individualités qui ne sont plus là et qui faisaient de réelles différences comme Belhanda, reste quand même une équipe de qualité quand on regarde l'effectif. Elle reste aussi forte que l'année dernière. Ils ont juste perdu un peu de confiance. Les résultats ne sont pas là et ça aucune équipe n'est à l'abri. Il va falloir attaquer ce match comme la saison dernière. Même s'ils sont en difficulté, cela reste une équipe favorite par rapport à nous. Cette équipe va réagir et forcément remonter dans le classement et finir en haut. On va faire en sorte que ce ne soit pas nous qui les relancions. Il faut qu'on se concentre sur nous. On ressort d'une défaite, très amère en plus, contre Marseille. Il nous faudra réagir à domicile et continuer notre marche en avant. On est plutôt bien à domicile, il faut conserver ça et surtout réagir.

On est plutôt bien à domicile, il faut conserver ça et surtout réagir.

Le SM Caen doit composer avec de nombreux petits pépins physiques. C'est frustrant pour l'équipe qui avait trouvé sa bonne carburation. Il faut composer avec?

Il faut bien, sinon ça serait bizarre une saison footballistique sans pépins de ce genre. C'est sûr qu'on s'en serait passé. Quand cela tourne bien comme ça on a envie que cela dure le plus longtemps possible. Cela fait partie du métier. Si on arrive justement à sortir de cette période sans encombre avec des résultats positifs, on en sortira encore plus fort. Cela voudra dire que l'équipe et le club avance dans le bon sens. Si on arrive à faire des résultats avec une rotation importante, cela voudra dire qu'on a une équipe compétitive et un groupe de qualité.

Ecoutez : le Normandie Sports consacré à Romain Genevois