Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La saison 2020-2021 du SM Caen en Ligue 2

SM Caen - Yacine Bammou : "Je vais revenir plus fort"

Meilleur buteur du SM Caen, Yacine Bammou a subi en février la plus grosse blessure de sa carrière. Opéré d'une lésion haute du tendon d’Achille, l'attaquant marocain met toute son énergie afin de revenir au plus vite : "Je ne vais pas vous dire que je rêve de foot mais plutôt que je n'en dors pas."

L'attaquant du Stade Malherbe Caen Yacine Bammou a hâte de pouvoir retrouver les terrains
L'attaquant du Stade Malherbe Caen Yacine Bammou a hâte de pouvoir retrouver les terrains © Radio France - Olivier Duc

Cette semaine, Yacine Bammou est revenu du Maroc où il a passé sa convalescence et sa rééducation avec l'aide du kiné de la sélection marocaine. L'attaquant du SM Caen ne touche pas encore le ballon ou presque. "Je m'y autorise assis, en jonglant avec le pied droit puisque c'est le pied gauche qui est lésé. Je jongle un peu et je mets des buts en face pour avoir quand même cette sensation de marquer."

Il se donne désormais sans relâche pour revenir sans empiéter sur la préparation de la saison prochaine.

"Je bosse comme un acharné pour revenir au meilleur niveau. J'ai deux séances par jour. Je prends le petit-déjeuner à la maison. J'arrive ensuite à l'entraînement pour tout de suite faire du vélo. Je poursuis par du renforcement du bas et du haut du corps. L'après-midi, je fais souvent de la musculation pour le haut et encore un peu de vélo.

Je bosse comme un acharné pour revenir au meilleur niveau

On va aussi introduire la piscine pour accélérer ma rééducation. Je fais ce programme deux fois par jour toute la semaine avec un jour de repos le dimanche.

C'est dans cette période qu'il faut être vraiment investi et consacrer le maximum de son travail et de son temps à son corps pour pouvoir revenir à son top.

Si le mental n'y est pas, c'est très dur de revenir comme on était."

Sa blessure au tendon est intervenue lors de ce qui s'apparentait à sa meilleure saison (six buts dont quatre penalties et une passe décisive en dix-sept matchs). Le SM Caen a d'ailleurs marqué deux fois plus de points quand son meilleur buteur était présent (26 points en 17 journées soit 1,52 point ) que lorsqu'il était absent (10 point en 14 journées soit 0,71 point par rencontre).

"J'avais commencé fort. Mes performances étaient bonnes. Que je marque ou non, je me sentais bien sur le terrain. Je pouvais donner le maximum de moi-même.

Malheureusement il y a eu cette blessure à la cuisse en décembre (à Pau) qui m'a ralenti et fait rater une dizaine de matchs (7). Je reviens. Je retrouve ma forme et le chemin des filets et malheureusement je me blesse à nouveau.

Si le mental n'y est pas, c'est très dur de revenir comme on était

On va dire que c'est de la malchance. C'est comme ça, il faut faire avec. Je suis déçu de ne pas pouvoir aider le club cette année mais je vais me préparer encore plus fort pour revenir la saison prochaine."

Yacine Bammou ne marquera plus cette saison et devra se contenter de ses six réalisations.

Je pense que j'aurais pu en marquer plein d'autres. Je l'ai en travers de la gorge parce que j'aimerais bien revenir en arrière, ne pas être blessé et enchaîner tous ses matchs. Je suis sûr que j'aurais pu apporter un plus. 

J'avais l'objectif de dépasser la barre des dix buts. Je pense que cela aurait pu se faire

Je ne dis pas que je changerais l'équipe. Sans l'équipe, on est rien seul mais j'avais l'objectif de dépasser la barre des dix buts. Je pense que cela aurait pu se faire. C'était la bonne saison mais voilà on ne contrôle pas les blessures. On ne peut pas prévoir quand ça vient."

Le 13 février, Yacine Bammou porte le brassard de capitaine pour la dernière victoire en date du SM Caen face à Niort (1-0). C'est lors d'un entraînement, trois jours après la rencontre, que son corps va le lâcher pour la deuxième fois de la saison mais de façon bien plus lourde que sa première blessure.

Je pense que le corps humain n'est pas prêt à courir autant que l'on court, à prendre des chocs comme ça

"En tant que sportif de haut niveau, on a toujours des petits pépins physiques, des blessures. Ce n'est pas la première mais on va dire que c'est la première grosse blessure. Même quand on est en forme, que l'on est apte à jouer, on a des petites douleurs. 

Je pense que le corps humain n'est pas prêt à courir autant que l'on court, à prendre des chocs comme ça. C'est normal que l'on ait des douleurs et des blessures. C'est le métier qui veut ça. C'est le football. l faut assumer et tout prendre positivement pour pouvoir revenir au meilleur niveau."

Le huis-clos des stades fait d'ailleurs ressortir de façon bien plus sonore la violence des coups et des efforts physiques des joueurs.

"Sans le bruit des supporters, on entend plus les chocs et les hurlements. C'est un peu normal. Quand on prend des coups de crampons sur les chevilles et les tibias, même si on a l'habitude d'en prendre ça fait mal. Chacun le voit comme il veut mais nous, nous sommes sur le terrain et on prend les coups. On voit bien les traces à la fin du match."

Yacine Bammou devra se contenter de dix-sept matchs cette saison. Son objectif est désormais de pouvoir reprendre au plus près de la fin du championnat afin de ne pas empiéter sur la suivante. A défaut de pouvoir le toucher, le ballon occupe toutes ses pensées.

Quand je pense au stade, la petite chaleur avant de rentrer, cela me fait du mal de ne pas pouvoir jouer

"Je ne vais pas vous dire que je rêve de foot mais plutôt que je n'en dors pas. C'est plus dur de trouver le sommeil. Là, ils préparent le match de samedi (contre Pau). Quand je pense au stade, la petite chaleur avant de rentrer, cela me fait du mal de ne pas pouvoir jouer. C'est très dur. Ma famille est là autour pour m'aider à me convaincre que ça va passer et que cela va aller vite, de me redonner la confiance.

Mentalement, ce n'est pas facile de ne pas pouvoir rentrer sur le terrain, de ne pas aller à l'entraînement, de ne pas transpirer comme il faut. C'est énervant mais il faut dire que derrière chaque mal se cache du bien. Je prends cela donc positivement. Ce n'est pas grave. Je vais revenir plus fort. Ça, c'est vraiment une chose sûre. Vous pouvez être certain que je vais revenir déterminé."

Yacine Bammou est sous contrat jusqu'en juin 2022. Prêté la saison passée en Turquie, l'attaquant marocain a joué trente-quatre matchs de championnat sous le maillot caennais.

Je suis dans l'optique de rester à Caen et de bosser pour retrouver mon niveau

Proche d'un départ l'été dernier, Yacine Bammou ne cache pas son attachement pour un club et ses supporters qu'ils respectent même si rien n'est arrêté pour la saison prochaine.

"Je n'en ai pas encore discuté, ni avec mon entourage ni avec mon club. Je pense qu'on va se réunir très prochainement pour voir. Mais je suis dans l'optique de rester à Caen et de bosser pour retrouver mon niveau et de cartonner en préparation pour être au top à la reprise du championnat.

Et pour ce qui est contrat, je laisse cela pour l'instant. Je laisse mon entourage et le club s'en occuper."

► Retrouvez ici le Normandie sports consacré à Yacine Bammou

Choix de la station

À venir dansDanssecondess