Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

"Souvenez-vous de votre été 98" : la finale... au stade de France, Michel Thiollière félicite Aimé Jacquet

mercredi 6 juin 2018 à 22:03 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire

Nous sommes le 12 juillet 1998, la ville de Saint-Étienne s'apprête à vivre une folle soirée de football. Partout en France, les rues chantent. Saint-Étienne n'échappe pas à la règle alors que son maire de l'époque serre chaleureusement la main à l'enfant du pays : le sélectionneur Aimé Jacquet.

La joie d'une équipe qui s'est retrouvée à tous les coins de rues de Saint-Étienne.
La joie d'une équipe qui s'est retrouvée à tous les coins de rues de Saint-Étienne. © AFP - AFP

Saint-Étienne, France

Le jour de gloire est arrivé. La France va battre le Brésil 3 buts à 0 en finale de la coupe du monde. À Saint-Étienne comme partout en France, c'est l'explosion devant l'écran géant de la place Jean Jaurès et dans les bars de la ville, des milliers de personnes s'embrassent. 

Le Stéphanois Nordine se souvient de son 12 juillet 1998

Le 12 juillet 1998, Nordine a la vingtaine, l'âge parfait pour vivre pleinement ce grand événement avec les copains : "On buvait des bières au Smoking Dog près de la place Jean Jaurès, on regardait le match en même temps". À la 27e minute de jeu, Zidane marque le premier but, Nordine comprend alors que la soirée va être complètement dingue : "C'est l’effervescence, c'était trop beau !". À la dernière minute de jeu, quand Emmanuel Petit enfonce définitivement le clou, Nordine paye sa tournée : "Obligé ! Le porte-feuille, il est vide mais on n'a pas le choix !". Après la tournée, les amis sortent du bar, font 1 000 fois le tour de Saint-Étienne et tous les trois mètres, en croisant d'autres groupes de fêtards, ils célèbrent la victoire de la France avec un seul nom à la bouche : "Zizou !"

Michel Thiollière et Josette Scheriani, adjointe en charge des commerces et de la vie associative de l'époque. - Radio France
Michel Thiollière et Josette Scheriani, adjointe en charge des commerces et de la vie associative de l'époque. © Radio France - Angy Louatah

Michel Thiollière au stade de France

En tant que maire d'une ville organisatrice, Michel Thiollière a pris le TGV pour Paris en tout début d’après-midi : "Pour nous, être au stade de France, c'était l'aboutissement de six matchs dans la ville de Saint-Étienne". Au moment où les joueurs et surtout Aimé Jacquet sont montés dans les gradins pour soulever le plus de tous les trophées, Michel Thiollière a pu serrer la main et glisser un mot au sélectionneur Aimé Jacquet, l'enfant de Sail-sous-Couzan : "Il me dit 'Oh bonjour, monsieur le maire', d'un air de dire 'mais qu'est-ce que vous faites là !'. Alors je lui ai dit que j'étais venu le féliciter".

Au stade de France, Michel Thiollière félicite Aimé Jacquet