Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Suivez la saison 2016 / 2017 du Stade Brestois avec France Bleu

Stade Brestois : Y'-a-t-il une méthode Furlan ?

jeudi 28 juillet 2016 à 20:43 Par Thomas Lavaud, France Bleu Breizh Izel

Ces douze dernières saisons, Jean-Marc Furlan a connu trois montées en Ligue 1, et a failli en vivre une quatrième. Le nouvel entraîneur du Stade Brestois a-t-il la recette magique ?

Jean-Marc Furlan, nouvel entraîneur du Stade Brestois
Jean-Marc Furlan, nouvel entraîneur du Stade Brestois © Maxppp - Nicolas Créach / Le Télégramme

Brest, France

C'est une question traditionnelle de journaliste - pas très originale c'est vrai - posée chaque été, à chaque recrue. Qu'est ce qui vous a attiré à Brest ? Voici, entre autres réponses, quelques extraits : "la présence du nouveau a fait pencher la balance " pour Alexandre Coeff. "J'ai  eu le coach, son discours m'a convaincu direct" selon Zakaria Diallo. Enfin pour Neal Maupay :  "Oui, le fait que ce soit ce coach là a pesé dans la balance. Il sait ce qu'il faut pour monter."

C'est peu de le dire. Avec Troyes, Furlan a connu trois montées. Troisième en 2004/2005 et 2011/2012, puis champion en 2014/2015. On pourrait rajouter qu'il a failli en connaitre une quatrième avec Strasbourg en 2008/2009.

"Le football est un sport d'évitement"

Furlan a une côte intacte en Ligue 2, à peine égratignée par le fait qu'il n'ait jamais connu les mêmes résultats en Ligue 1. Il doit cette réputation au style qu'il a su donner à ses équipes, autant qu'à son palmarès. A ce sujet, il y a peu, il déclarait au Télégramme : "En tant qu'entraîneur, je défends une certaine idée du football. Il y a ceux qui considèrent ce sport comme un sport de duels et ceux, comme moi, qui pensent que c'est un sport d'évitement. J'ai toujours voulu défendre le football de l'émotion, du spectacle."

Des entraînements le dimanche

Le latéral droit brestois, Gaëtan Belaud, découvre l'entraîneur depuis six semaines. A l'entraînement, le rythme est soutenu. D'ailleurs, avant de s'envoler pour Ajaccio, le Stade Brestois s'est entraîné six fois en quatre jours. " Ce sont des séances un peu plus longues, où on touche beaucoup le ballon.  Dans une configuration normale, on double les entraînements qu'une seule fois par semaine. Cette semaine, alors qu'il y a match, on a déjà doublé deux fois. " .

Un cinquième entraînement est même prévu samedi matin... alors que l'avion, de retour de Corse, ne devrait pas se poser à Brest avant 2 heures 30 du matin. "'C'est assez costaud alors qu'habituellement, on faisait un décrassage assez tranquille. Il faudra habituer notre corps, mais on prendra le pli. Il a aussi évoqué de possibles entraînements le dimanche" conclut Belaud.

Il faut des valeurs

A Brest, Jean-Marc Furlan importe ses idées de jeu. Il veut un Stade Brestois en mouvement, capable de trouver la profondeur. Avec le potentiel technique du milieu de terrain, la nouvelle pelouse hybride, et Neal Maupay en pointe, on se dit que l'affaire pourrait être intéressante. Mais le public de Le Blé devra être patient.

Furlan n'est à Brest que depuis six semaines, plusieurs joueurs ne sont arrivés que cette semaine. Le jeu n'est pas au point, et à Ajaccio, il ne faudra pas s'attendre à en prendre plein la vue. "Il faut des valeurs humaines. Il nous faudra des valeurs pour compenser le fait qu'on apprenne à se connaitre, pour être à la hauteur de nos adversaires."