Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Stade Lavallois : la saison 2018-2019

Stade lavallois : le président Philippe Jan dresse le bilan de cette saison ratée

-
Par , France Bleu Mayenne

La saison 2018/2019 du Stade lavallois s'est achevée vendredi soir à Quevilly. Le club mayennais va repartir pour une troisième saison consécutive en National après sa quatrième place. Le président du Stade lavallois dresse le bilan et pense déjà à la prochaine saison.

Le club du président Philippe Jan n'a pas atteint l'objectif qui était fixé.
Le club du président Philippe Jan n'a pas atteint l'objectif qui était fixé. © Maxppp - Jean-François Quinebêche

Laval, France

Que va t'il se passer dans les prochains jours ?

Dans un premier temps, les joueurs vont être reçus par notre directeur sportif, Jean Costa. Il va faire les choix qui semblent bons pour le club. Et puis évidemment, on lui demande de recruter le plus vite possible l’entraîneur qui nous accompagnera, avec un objectif : arrêtons de changer d'entraîneur tout le temps au Stade lavallois. Pour que le club soit en forme, il faut que l'institution soit sécurisée par un projet à long terme avec un entraîneur. On ne peut pas proposer un contrat d'un an, il faut donner des durées un peu plus longues que ça et faire en sorte que l'entraîneur puisse travailler sur le recrutement, c'est important. Bien sûr, on a un directeur sportif qui doit gérer toute la partie sportive de l'équipe première, de la formation avec nos U19, nos U17 nationaux, nos jeunes. Mais je crois qu'il faut qu'on recrute notre entraîneur rapidement pour pouvoir travailler tout de suite sur la saison en s'appuyant sur un projet pour que les gens puissent comprendre comment on veut écrire ce livre de cette nouvelle saison qui va commencer.

Le club perd son statut professionnel, quelles sont les conséquences ?

Cela ne change pas grand chose que l'on ai le statut professionnel ou pas. Nous sommes déjà montés par le passé avec le statut fédéral. C'est dommageable pour le club cette non montée. Une deuxième saison en National, c'est compliqué, on voit bien que ce championnat est compliqué. Il faudra s'inscrire avec de l'ambition l'année prochaine. Qu'est ce qu'on apprend des deux dernières saisons ? Les enseignements qu'il va falloir en tirer, à froid pas à chaud. Et bien réfléchir à ce qui n'a pas fonctionné depuis deux ans. Pourquoi l'équipe a raté ces montées ? On était pas loin, certains clubs ont été en grande difficulté alors qu'ils venaient de descendre. Mais pour Laval, le constat n'est pas du tout positif et il y a beaucoup de choses à changer pour qu'on puisse progresser. 

Les choix du directeur sportif, Jean Costa, ont-ils été les bons ?

Il ne s'agit pas de désigner des coupables ou des responsables. Quand on gagne on gagne tous, quand on perd on perd tous donc on est tous responsables, tous coupables de cet échec. Aujourd'hui, si on considère qu'on a réussi quelque chose, on se trompe. Et si on pense que c'est la faute des autres, de l'arbitrage, des conditions de déplacements, on se trompe aussi. Trouvons les moyens de progresser, d'évoluer et grattons ces quelques points qui nous ont manqué en fin de saison. Il faut qu'on trouve les explications et je compte sur Jean Costa aussi, qui à un moment prend la responsabilité de la direction sportive, pour nous amener un bilan, des solutions et des modifications avec des belles corrections qui doivent nous faire avancer.

Quel est le profil de l'entraîneur que vous souhaitez recruter ?

Moi, je veux un entraîneur qui ressemble à notre département. Mais je ne choisis pas l'entraîneur, j'ai jamais choisi un entraîneur. Je demande juste qu'on se comprenne bien avec cette personne pour que dans les bons moments d'une saison ou dans les mauvais moments, on soit surtout très solidaires. J'ai connu une montée en Ligue 2 avec le Stade lavallois et on a vécu des moments difficiles. Mais ce qui a fait notre force c'est qu'on a été très solidaires avec l'entraîneur, tout son staff, les éducateurs. Je pense que si on n'a pas cette osmose dans le club, où la formation est inscrite dans son ADN, on n'y arrive pas. Il faut absolument trouver un entraîneur qui nous accompagne et qui ressemble aux valeurs du club.

Comment va évoluer le budget pour la saison prochaine  ?

D'abord, il faut qu'on continue à travailler et affiner notre budget car ce sera la condition sine qua non des ambitions qu'on peut montrer. Il va falloir qu'on fasse des choix, parfois douloureux, parfois d'économies pour savoir ce qu'on peut faire et pour garder de l'ambition. Parce que ce club mérite pour moi de jouer en Ligue 2. On est en plein travail depuis quelques jours. Diriger, c'est prévoir. Mais le club a des réserves avec le transfert des joueurs sur deux ans et le club a une gestion saine selon la DNCG. On aura des moyens la saison prochaine pour s'inscrire dans un beau budget.

Votre souhait est de rester président du Stade lavallois ?

Oui, la question ne se pose pas. Maintenant, si il y a un projet ambitieux qui arrive... Moi, je suis simple serviteur du Stade lavallois. Ma mission est simple : c'est de faire en sorte que le club ait les moyens de pouvoir évoluer dans de bonnes conditions, sécuriser le budget pour que les salariés soient payés tous les mois, et faire en sorte que le budget soit assez ambitieux pour qu'on puisse se donner les moyens de travailler de manière professionnelle, même avec un statut fédéral. Si j'en ai encore la force et si les actionnaires le souhaitent, je les accompagnerai l'année prochaine.