Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Foot : la Super Ligue s'écroule, le projet est "en standby", reconnaît le président du Real Madrid

-
Par , France Bleu

Le projet de Super Ligue, qui voulait dynamiter le foot européen, se dégonfle. Le président du Real Madrid, l'un des meneurs du projet, a reconnu dans la nuit de mercredi à jeudi que l'opération était "en standby", après le départ de dix clubs sur les douze que comptait l'initiative.

 Un supporter de Tottenham manifeste contre la Super Ligue, mercredi à Londres.
Un supporter de Tottenham manifeste contre la Super Ligue, mercredi à Londres. © AFP - JUSTIN TALLIS

Ils voulaient dynamiter le foot européen et s'assurer des revenus colossaux. Ils auront récolté l'ire des supporters, de grands joueurs et la désapprobation des instances sportives et des gouvernements européens. 

Après le départ des six clubs anglais du projet qui en réunissait douze, et le renoncement de quatre autres clubs, le président du Real Madrid et de la Super Ligue a reconnu que le projet était à l'arrêt. Florentino Perez a annoncé, dans la nuit de mercredi à jeudi, que le projet était en "standby", lors d'un entretien à la radio espagnole Cadena Ser.

"La Juventus et l'AC Milan ne sont pas partis" selon Florentino Perez, malgré les annonces des clubs

"Le projet est en stand-by. La société (de la "Super League") existe toujours", a déclaré Florentino Perez, assurant que "la Juventus et l'AC Milan ne sont pas partis... nous sommes tous ensemble, on réfléchit, on travaille". Interrogé également sur l'adhésion au projet du FC Barcelone, Florentino Perez a répondu qu'il a discuté avec le président du Barça Joan Laporta mercredi : "Bien sûr qu'il est toujours dans le projet", a-t-il dit.

Pourtant, concrètement,  il ne reste plus que le Real Madrid et le FC Barcelone à ne pas avoir renoncé publiquement au projet.

Mercredi, la Juventus, présidée par Andrea Agnelli, principal instigateur du projet avec le patron du Real, a reconnu que la Super Ligue avait désormais "peu de chances" de voir le jour en l'état. Mais la Juve avait aussi indiqué être "convaincue du bien-fondé des hypothèses sportives, commerciales et juridiques" du projet. Son président a assuré continuer à soutenir le projet.

De son, côté, l'AC Milan n'avait pas formellement annoncé son retrait, mais pris acte du rejet unanime de la part des supporters.

Ce projet, peut-être que nous n'avons pas su l'expliquer - Florentino Perez

Dans la nuit de mardi à mercredi, les promoteurs de la Super Ligue avaient ainsi annoncé qu'ils allaient "reconsidérer les étapes les plus appropriées pour remodeler le projet". 

La nuit dernière, Florentino Perez a expliqué : "Cela fait des années que l'on travaille sur ce projet. Peut-être que nous n'avons pas su l'expliquer. Peut-être que j'y arriverai mieux aujourd'hui", a-t-il souhaité.

"On essayait simplement de sauver le football"

"Je n'ai jamais vu une telle agressivité de la part du président de l'UEFA et de la part de présidents des ligues (européennes), comme celle d'Espagne", a ajouté Florentino Perez. "On aurait dit que c'était quelque chose d'orchestré. On aurait dit qu'on voulait tuer le football. Qu'on venait de lâcher une bombe atomique. Alors qu'on essayait simplement de sauver le football", a continué le président du Real.

Un projet vidé de sa substance 

La Super Ligue, tournoi privé et quasi fermé, imaginé par ces grands clubs pour supplanter la Ligue des champions de l'UEFA, ne verra donc sans doute jamais le jour.

Mardi, après presque 48 heures de protestations de sportifs, des gouvernements européens et de supporters, le club de Manchester City avait été le premier club des douze fondateurs à jeter l'éponge. Il arapidement été suivi par les cinq autres équipes anglaises impliquées, avant que l'Atlético Madrid, l'Inter Milan, le Milan AC et la Juve n'embrayent mercredi, vidant totalement le projet de sa substance.

Il est "admirable de reconnaître une erreur, et ces clubs ont fait une grosse erreur", a souligné mercredi Aleksander Ceferin, le patron de l'UEFA. En, deux jours, il avait multiplié les menaces envers les clubs sécessionniste et notamment contre son ancien ami, le président de la Juventus Andrea Agnelli.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess