Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Supporters : "Il faut leur faire confiance" assure Jean-Michel Mis, le député de la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

ENTRETIEN - Réunion aujourd'hui à Paris de l'Instance Nationale du Supporterisme qui doit permettre à deux ministres de faire des annonces pour dénouer les tensions liées à l'usage de la pyrotechnie dans les stades et aux interdictions répétées de déplacements. Jean-Michel Mis veut du concret.

Les craquages de fumigènes dans le Chaudron en Ligue Europa le 24 octobre 2019.
Les craquages de fumigènes dans le Chaudron en Ligue Europa le 24 octobre 2019. © Maxppp - Philippe Vacher

Saint-Étienne, France

L'Instance Nationale du Supportérisme se réunit aujourd'hui à Paris avec les différents acteurs du foot, sous l'égide de Roxana Maracineanu, pour trouver des solutions à deux dossiers qui empoisonnent les relations entre les supporters et les autorités : les interdictions de déplacement et les fumigènes. Malgré des positions divergentes, une mission parlementaire participera également à cette réunion, composée notamment du député de la Loire Jean-Michel Mis, invité de France Bleu Saint-Étienne Loire.

Interview de Jean-Michel Mis

Jean-Michel Mis, quelles peuvent-être les avancées concernant les fumigènes lors de cette journée ?

C'est à la fois un sujet sensible et symbolique. On voit des intervenants nationaux prendre des photos du stade Geoffroy-Guichard en se félicitant de la belle ambiance. Paradoxalement, dans un mouvement schizophrénique, on accable le club et les supporters d'amendes et d'interdictions de stade, comme ça a encore été le cas hier face à Amiens. Il faut redonner tout son sens à l'engagement du public et apporter une réponse concrète, durable et crédible. Il y a, par exemple, la volonté d'expérimenter les fumigènes en bas de tribune. Cela correspond un peu à la tradition stéphanoise. On réclame que Saint-Étienne, qui a été retenu pour l'expérimentation des tribunes debout, le soit aussi pour l'expérimentation sur les fumigènes.

Dans les tribunes, la notion de liberté est importante et l'usage de la pyrotechnie en est le symbole. Comment faire coïncider la volonté des supporters de rester autonomes et ces directives qui vont venir de l’État ?

C'est l'intérêt de l'Instance qui regroupe les associations représentatives de supporters. Il faut effectivement trouver un compromis acceptable et qu'on garde cet esprit qui fait partie de l'ADN de Geoffroy Guichard. Un stade sans supporters c'est une coquille vide. On ne peut d'un côté se réjouir d'avoir des supporters qui animent le stade et de l'autre côté vouloir les contraindre fortement. Il faut trouver, comme toujours un compromis qui ne soit pas une cote mal taillée mais justement une preuve de confiance  par rapport à l'engagement des supporters pour qu'on les laisse gérer, en bas de tribune. Leur laisser la main sur les séquences et la manière dont ils souhaitent orchestrer une scénographie par rapport à l'adversaire ou au thème qu'ils souhaitent développer dans les tifos qu'ils déploient également. On doit leur faire confiance.  Ça passe par du dialogue, en amont toute l'année. Ce n'est pas quand le derby ou un gros match arrive qu'on va pouvoir le faire. Il fat considérer les supporters comme des individus et non pas comme des problèmes à affronter.

Où est la cohérence de l’État qui d'un côté met en place des instances de dialogue et dans le même vide les stade et restreint voire interdit de nombreux déplacements ?

Il faut justement la retrouver. On est au pied du mur et il faut sortir de ce schéma schizophrène. Ce n'est plus acceptable car on porte atteinte à l'économie du sport : ces animations contribuent à ce que les supporters se déplacent. 

Que ferez vous si les annonces ne sont pas suffisantes ?

Nous (avec mes collègues rapporteurs de la mission parlementaire) on se réserve le droit de déposer un projet de loi et d'aller au delà si on estime que les avancées sont insuffisantes ou si malheureusement elles ne sont pas en mesure d'apporter des réponses aux craintes qui nous avons. 

Choix de la station

France Bleu