Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Remontée en Ligue 1, budget, ambitions, supporteurs... le TFC des nouveaux propriétaires dévoilé

-
Par , France Bleu Occitanie

Damien Comolli, le nouveau président de Toulouse, a présenté ce mercredi son projet et celui du fonds d'investissement américain RedBird. Plus gros budget de Ligue 2 la saison prochaine, le TFC ambitionne de retrouver l'élite le plus rapidement possible pour s'installer parmi le top huit de Ligue 1.

Olivier Sadran et Damien Comolli, ancien et nouveau présidents du TFC
Olivier Sadran et Damien Comolli, ancien et nouveau présidents du TFC © Radio France - Capture d'écran / Youtube Toulouse Football Club

"On veut remonter, immédiatement." Ce sont les mots de Damien Comolli, nouveau président du TFC qui, ce mercredi, a présenté les grandes lignes de son projet, pour le club de football de Toulouse passé sous le giron du fond d'investissement américain RedBird Capital Partners (à hauteur de 85% des actions du club). Ambition sportive, développement du club, business-plan et fonctionnement, le président a passé en revue lors d'une conférence de presse la nouvelle direction prise par le club, accompagné par Olivier Sadran, qui conserve 15% des parts de Toulouse.

Retrouver la Ligue 1

Damien Comolli : "On veut remonter, c’est sûr. On veut remonter immédiatement. Je l’ai dit aux joueurs et au coach durant nos entretiens. Le coach l’a dit aux joueurs, on ne se cache donc pas là-dessus. On veut remonter dès cette saison. À plus ou moins long terme, on veut s’installer en haut du classement de Ligue 1. Il y a de la place entre premier et huitième. Il faut être en rapport avec la taille de la ville, c'est la quatrième ville de France. Il n’y a pas de raison qu’on ne soit pas en haut du classement de la Ligue 1. Quand je parle de potentiel, c’est exactement ça : quand vous regardez le potentiel de la ville, du stade et du club. Je ne parle pas des Coupes d'Europe, mais du top 6-8 de la Ligue 1."

"Plus gros budget de Ligue 2"

"On aura le budget le plus important de Ligue 2, sans entrer dans les chiffres, pour différentes raisons. Ce qui nous met devant nos responsabilités, c'est ce que j'ai dit aux joueurs. Quand vous voyez depuis 2011-2012 et 2018-2019, la moyenne de la masse salariale qu’il fallait pour monter de L2 à L1 était environ de 12,5 millions d’euros. On sera largement au-dessus de ça. Ça veut dire qu’on n’a pas le droit de passer à côté. Tous les moyens seront à disposition pour que l'équipe tourne et qu'on joue la remontée tout de suite."

"Améliorer tous les secteurs du club"

"Que ce soit RedBird ou moi, on est dans la haute compétition depuis toujours. J'attaque ma 29e année dans le sport professionnel. Ce qui nous pousse, c’est l’ambition et le progrès constant. On va essayer d’améliorer tous les secteurs que vous pouvez imaginer. Les fondations sont excellentes. Je pousse constamment l’ensemble des salariés à prendre des initiatives pour qu’on s’améliore. Ça ne veut pas forcément dire dépenser plus d’argent, mais se pousser en permanence pour essayer de progresser. Je peux nommer la relation avec les supporteurs, leur accueil au stade, augmenter notre nombre de sponsors, évidemment tout ce qu'il va se passer sur le terrain, remonter tout de suite en mettant en place une équipe très compétitive, aller dans le top 4 ou top 3 des centres de formation (sorti ce mardi, ndlr). Tous les secteurs sont améliorables. On a une vision claire de ce qu’on peut faire. Notre identité, qu’on cherche à améliorer, sera toujours locale. C’est un club qu’on peut développer à l’avenir sur plein d’aspects : infrastructures, stade, relation avec les supporteurs, sportif, formation. On veut également développer l'ancrage local. Notre réseau à travers la région, encore plus collaborer avec les clubs autour."

Quel type de "repreneurs américains" ?

"La première chose à considérer, c’est le passé de RedBird dans le sport de haut-niveau. Ils ont une connaissance du sport de haut niveau sur plusieurs aspects qui est unique. Leur savoir-faire c’est du niveau de Fenway Sports Group, le propriétaire de Liverpool.  Ça vous place déjà RedBird sur la carte du sport au niveau mondial. On veut augmenter les revenus, garder nos joueurs le plus longtemps possible, former des joueurs de qualité, avoir l’équipe la plus compétitive possible. Personne n'aime perdre de l'argent. Notre but sera d’augmenter les rentrées financières pour investir dans l’équipe."

Une rencontre avec les supporteurs

"On a une personne dans le fond qui a été numéro dans l'équipe de football américain à Dallas, les Cowboys, en NFL et il vous parle du travail dans la communauté, dans les quartiers, comment faire venir les gens au stade, comment les séduire, conquérir du public, écouter les gens, savoir de quoi ils ont besoin. Dans notre culture cela va être ça constamment. Je vais proposer aux supporteurs, de les rencontrer dans les semaines qui viennent, avant la reprise du championnat (le 22 août) tout groupe confondu, quel qu'il soit. Parce qu'ils vont jouer un rôle très important, des ultras aux plus anciens des abonnés, etc. Tout le monde sera respecté, bien traité, et on veut avoir un dialogue avec eux, qui soit constructif."

Gradel partant ?

"On est en constante négociation avec des joueurs et des clubs. On a fait plusieurs offres, on attend des retours. On sera sur trois-quatre arrivées, pas plus, s’il n’y a pas de départs. Max-Alain Gradel a un accord pour qu’il quitte le club. On n’a pas envie de se séparer d'Ibrahim Sangaré, des offres vont venir, il y aura peut-être un point où on ne pourra pas dire non. On n’a pas besoin de vendre financièrement."

"S'il n'y a pas de départ, on sera sur quatre arrivées. On n'a pas envie de se séparer de Sangaré, il n'y a pas d'offre maintenant mais elles vont venir. À part Gradel et Sangaré, on n'envisage pas d'autres départs car le TFC n'a pas besoin de vendre [...] On est en négociations avec des joueurs, on a fait des offres et on attend des retours. Il y a des bons joueurs aussi dans l'équipe, ceux qui ont une capacité qu'ils n'ont pas encore exprimée. Je pense à Saïd ou Koulouris."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess