Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT VIDÉO - Coronavirus : 38 nouveaux départements concernés par un couvre-feu de 21h à 6h
Dossier : La saison 2020 -2021 du Racing Club de Strasbourg

Thierry Laurey (Strasbourg), après la défaite 3 à 2 à Monaco : "À 9 contre 11, il faut se créer des occasions"

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Largement dominé en première période, le Racing Club de Strasbourg n'a pas réussi à profiter ce dimanche des circonstances très favorables après la pause. Il n'est pas parvenu à égaliser alors qu'il a joué en double supériorité numérique pendant vingt minutes.

Mohamed Simakan, tête basse, après la défaite du Racing Club de Strasbourg 3 à 2 ce dimanche à Monaco
Mohamed Simakan, tête basse, après la défaite du Racing Club de Strasbourg 3 à 2 ce dimanche à Monaco © Maxppp - Cyril Dodergny

Le Racing Club de Strasbourg a laissé passer une occasion en or de ramener un résultat positif de Monaco, face à un adversaire qui lui a été supérieur, mais qui a fini le match à neuf, à cause de deux expulsions (Tchouameni et Disasi). 

Dépassés en première mi-temps

Les Strasbourgeois ont d'abord été largement dominés en première mi-temps, surtout lors du premier quart d'heure où ils ont subi les assauts monégasques sans pouvoir réagir. "On a démarré le match complètement à l'envers, déplore l'entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey. Je ne veux pas dire qu'on a été étouffé, mais c'est presque ça. Ça vient avant tout de notre qualité technique. On a perdu beaucoup de ballons, parfois même sans être pressé par qui ce soit. Après on est approximatifs sur les marquages, on a trop de laisser aller par moments".

Ben Yedder (9ème minute) à la conclusion d'une belle action collective et Ruben Aguilar sur un contre de 80 mètres dans le temps additionnel de la première période ont profité des largesses strasbourgeoises.

Chahiri marque sur son premier ballon

La partie paraît alors très mal embarquée, mais la deuxième période accouche d'un scénario fou. Mehdi Chahiri, entré à la pause comme Liénard, réduit le score sur son premier ballon touché après dix-sept secondes de jeu (déjà son deuxième but de la saison en L1). Malheureusement pour le Racing, Monaco reprend le large grâce à un doublé de Ben Yedder (53ème).

Le match bascule alors dans l'irrationnel. Aurélien Tchouameni est expulsé pour avoir pris deux cartons jaunes. Il est rejoint rapidement aux vestiaires par un autre Monégasque, Axel Disasi, coupable d'avoir retenu par le bras Ludovic Ajorque, qui s'apprêtait à marquer dans le but vide. Le grand Réunionnais du Racing transforme le penalty de l'espoir (70ème minute), son premier but en championnat depuis le mois de janvier (déjà à Monaco).

Le Racing stérile à 11 contre 9

En double supériorité numérique pendant vingt minutes, les Strasbourgeois, beaucoup trop brouillons, ne parviennent pas à égaliser, ni même à se montrer réellement dangereux, ce qui laisse beaucoup d'amertume aux Bleus. "Quand t'as vingt minutes à 11 contre 9, au moins crée toi des occasions, peste Thierry Laurey. Mais on ne s'est pas créé des tonnes d'occasion, c'est toujours embêtant. On aurait dû leur poser plus de problèmes. C'est toujours dommageable de ne pas pouvoir saisir l'occasion". 

Cette quatrième défaite du Racing en cinq matchs de Ligue 1 pourrait laisser des traces, en raison de ce scénario improbable. Malgré l'incapacité de son équipe à ramener au moins un point dans ces circonstances, le défenseur Lionel Carole ne se veut pas inquiet : "Non, si on compare à la saison dernière, on a encore une petite marge, mais on doit mieux faire au niveau du contenu. On avait une chance de ramener des points d'ici et c'est une grosse déception. A la fin, on avait espoir de ne pas repartir les mains vides. On doit espérer mieux avec la qualité du groupe. On doit faire mieux, beaucoup mieux". 

Après cinq journées, le Racing Club de Strasbourg compte le même nombre de points (trois) que la saison passée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess