Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

"Tous à Monaco" : comment l'ASSE tente encore d'autoriser le déplacement des supporters

lundi 7 mai 2018 à 17:22 Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire

Alors qu'un poste de "référent supporters" a été récemment créé, plusieurs arrêtés interdisent le déplacements des supporters stéphanois à Monaco, lesquels ont tout de même décidé de s'y rendre ce samedi.

Les 5 groupes de supporters ont appelé à aller à Monaco malgré les interdictions.
Les 5 groupes de supporters ont appelé à aller à Monaco malgré les interdictions. © Maxppp - Yves Salvat

C'est le prochain rendez-vous des Verts en championnat : la 37e journée de Ligue 1 sur la pelouse de Monaco. Les Stéphanois iront y chercher un résultat pour se placer favorablement dans la course à l'Europe. Ils le feront sans leurs supporters, interdits de déplacements par un arrêté ministériel monégasque ainsi qu'un arrêté de la Préfecture des Alpes Maritimes. Un arrêté ministériel français devrait suivre très prochainement.  Pourtant, et pour la première fois depuis qu'ils sont sujets à ce type de mesure, les supporters stéphanois ont appelé, 5 groupes unis, à se rendre à Monaco. Des banderoles  et des tags ont fleuri ces derniers jours en tous points de la région stéphanoise.

Le club a tenté

Plus encore que sur d'autres interdictions ces mesures paraissent inappropriées, injustes, car il n'existe pas de rivalité entre supporters verts et monégasques. 2 manœuvres ont donc été entreprises. 

  1. Convaincre l'AS Monaco d'interférer en faveur de l'ASSE. Le club a accepté et les ultras monégasques ont aussi pris position en faveur d'une autorisation de déplacement des supporters stéphanois. La proposition est la suivante : 500 supporters dans 10 cars, au départ de Saint-Étienne.  La réponse des autorités monégasques devrait tomber sous peu, une réunion avait lieu ce lundi, mais le club n'est forcément pas confiant. 
  2. Le recours juridique devant un tribunal monégasque. Il parait peine perdue : 3 clubs ont déjà tenté leur chance dans le passé (Bastia, Anderlecht et le Besiktas) et s'y sont cassé les dents. Aucun juge monégasque n'est jamais allé à l'encontre de son gouvernement. Aujourd'hui, l'ASSE n'a aucun moyen d'empêcher les supporters d'aller à Monaco malgré les interdictions. Elle dit respecter ce choix mais les a tout de même prévenu des menaces brandies par le gouvernement monégasque : interpellations, gardes à vue et peines de prison.

Un poste de "référent supporters" créé

Cette situation rappelle en tout cas, si c'était nécessaire, l'intérêt du dialogue entre les supporters et les autorités. D'ailleurs un poste a été créé il y a un mois pour faciliter ce dialogue.  C'est ce qu'on appelle le SLO, le Supporter Liaison Officier. Un poste qui est d'abord apparu en Allemagne au début des années 90 : un homme ou une femme chargé de faire le lien entre le club et ses supporters. Quand on voit comment les tribunes allemandes semblent animées et pacifiées depuis des années, on se dit que ça n'est pas une mauvaise idée.  

A tel point que ce SLO est désormais obligatoire dans tous les clubs de sport collectif depuis la Loi Larrivé du 10 mai 2016. En français on dit "Référent supporters". A Saint-Etienne le poste a été créé début avril en recrutant un jeune homme issu des tribunes de Geoffroy Guichard. Un profil proche de celles et ceux avec qui il dialoguera désormais pour pacifier les relations. Ce mois-ci il participera d'ailleurs à une formation à Paris, organisée par le Ministère des Sports, accompagné de son responsable, Samuel Rustem, le Stadium Manager de l'ASSE et directeur du service Organisation des compétitions. Un poste pas facile, entre le club et les supporters, deux acteurs qui parfois ont eu tendance à s'éloigner ces derniers mois.  C'est notamment à lui de tenter de les rapprocher.

L'explication des autorités monégasques

Contacté par France Bleu Saint-Etienne Loire, le gouvernement monégasque s'est exprimé sur cette interdiction et sur sa justification par la plume de Patrice Cellario, Conseiller de Gouvernement-Ministre de l'Intérieur de la Principauté de Monaco.
 

" Une rencontre de football doit être avant tout une fête pour tous les spectateurs et encore plus pour les supporters des équipes. Aussi et bien évidemment, les autorités monégasques peuvent comprendre non seulement l’étonnement, mais également la déception que la décision prise peut susciter chez les supporters stéphanois. 

La Principauté est une terre de sport et d’accueil. De nombreuses et importantes manifestations sportives y sont organisées avec toujours le souci d’y accueillir, en toute quiétude et sécurité, l’ensemble des spectateurs et du public souhaitant y assister. Le souci constant d’assurer la sécurité du public des autorités monégasques est un impératif exigeant, dans un territoire aussi exigu que celui de Monaco, qui réclame des moyens proportionnés à l’importance et à la nature du public attendu. 

Selon le calendrier des événements, les moyens propres des services de l’Etat de Monaco peuvent être considérés comme non parfaitement adaptés pour garantir cet objectif de sécurité et des renforts doivent être demandés aux Autorités françaises pour garantir le bon déroulement des manifestations. 

C’est le cas du week-end du 12 et 13 mai prochains, durant lequel les personnels des services de la Principauté seront très fortement mobilisés et sur des amplitudes horaires très conséquentes. En l’absence de possibilité de renfort d’unité de force mobile française, les Autorités monégasques ont considéré que les conditions de sécurité n’étaient pas réunies pour assurer un bon accueil des supporters stéphanois et de leur KOP, dont la ferveur et l’engagement sont réputés et bien connus. 

Sans prendre à la légère les conséquences d’une telle mesure d’interdiction de déplacement des supporters, les Autorités monégasques ont considéré qu’elle s’imposait. Elles sont d’ailleurs rejointes dans cette analyse par les Autorités françaises qui, tant sur les Alpes-Maritimes qu’au niveau national, ont pris des mesures similaires".