Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Joueurs ou supporters de foot, ils s'opposent à la Super Ligue

-
Par , France Bleu

Les critiques fusent depuis l'annonce par douze grands clubs de football de la création d'une Super Ligue, en concurrence avec la Ligue des Champions, lundi 19 avril. Incompréhension et amertume règnent parmi les supporters et les professionnels du ballon rond.

Des supporters de Liverpool ont installé à l'entrée du stade une affiche disant leur opposition à la Super Ligue.
Des supporters de Liverpool ont installé à l'entrée du stade une affiche disant leur opposition à la Super Ligue. © AFP - Paul ELLIS

Les supporters de football se sont réveillés ce lundi 19 avril avec deux mots en toile de fond de leur journée : Super Ligue. La création de cette nouvelle compétition européenne a été officiellement annoncée dans la nuit, un séisme dans le monde du football. 

Avec cette compétition fermée et privée, masculine et féminine, douze grands clubs (Arsenal, Manchester United, Manchester City, Tottenham, Liverpool, Chelsea, Real Madrid, FC Barcelone, Atlético Madrid, Juventus Turin, AC Milan et Inter Milan) entendent supplanter la Ligue des Champions. Mais les autres clubs, de nombreux supporters et professionnels du secteur ne comprennent pas cette décision et la critiquent haut et fort. A commencer par le patron de l'UEFA, Aleksander Ceferin, qui dénonce "une proposition honteuse" de quelques clubs "guidés par l'avidité", "un crachat au visage de tous les amoureux du football".

Dès dimanche, l'UEFA et des ligues et fédérations avaient appelé les "amoureuses et amoureux de football, supporters et politiques, à se joindre à nous pour lutter contre un tel projet, s'il se concrétisait".

Incompréhension et amertume parmi les supporters et les professionnels

De très nombreux supporters critiquent également cette Super Ligue et, faute de pouvoir le faire comprendre dans les tribunes des stades, l'expriment sur les réseaux sociaux. "C'est une décision motivée par la cupidité pour garnir les poches des dirigeants et prise sans considération pour les supporters loyaux, notre histoire ou l'avenir du football dans ce pays", estime la Fondation des supporters de Chelsea. Les représentants des fans de Manchester United demandent à leur club de se "retirer immédiatement". La Fondation des supporters d'Arsenal assure qu'elle fera "tout ce qu'elle peut pour s'y opposer". L'ex-entraîneur et légende des "Red Devils" Alex Ferguson assure aussi que "les supporters du monde entier apprécient" la Ligue des champions "telle qu'elle est". Des fans de Liverpool ont accroché des affiches à l'entrée du stade pour dire leur opposition au projet.

"Honte à vous", "Les supporters de Liverpool s'opposent à la Super Ligue européenne", ont affiché les fans à Anfield.
"Honte à vous", "Les supporters de Liverpool s'opposent à la Super Ligue européenne", ont affiché les fans à Anfield. © AFP - Paul ELLIS

"Pour les supporters, y compris ceux des clubs fondateurs, il y a un sentiment de vertige, de trahison, de dépossession", résume auprès de l'Agence France presse (AFP) Ronan Evain, coordinateur du réseau Football Supporters Europe. Les clubs en question "font disparaître toute forme d'incertitude sportive, ce qui fait la base de l'attachement à ce sport", ajoute-t-il. Ronan Evain fustige un choix purement économique avec une "privatisation du sport" par des clubs à la renommée mondiale, visant avant tout les "marchés extérieurs". "Ils nous considèrent comme une clientèle captive mais c'est loin d'être garanti que nous continuerons à suivre ces clubs", estime-t-il. 

Je suis tombé amoureux du football populaire, le football des supporters, avec le rêve de voir l'équipe de mon cœur affronter les plus grands clubs. Si cette Super Ligue va plus loin, ces rêves sont terminés.

Des joueurs commencent également à prendre la parole, comme Benjamin Pavard, évoluant au Bayern, le Marseillais Álvaro González et le Parisien Ander Herrera. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Je suis tombé amoureux du football populaire, le football des supporters, avec le rêve de voir l'équipe de mon cœur affronter les plus grands clubs. Si cette Super Ligue va plus loin, ces rêves sont terminés, les illusions des supporters d'équipes qui ne sont pas des géants du foot de pouvoir gagner sur le terrain dans les meilleures compétitions prendront fin. J'aime le football et je ne peux pas rester silencieux, je crois en une Ligue des Champions améliorée mais pas en cette spoliation par les riches du football que les gens ont créé, qui n'est rien d'autre que le plus beau sport de la planète."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Les enfants rêvent de gagner le Mondial ou la Ligue des champions, pas n'importe quelle Super Ligue", renchérit Mesut Özil, actuellement au Fenerbahçe. "Le plaisir des grands matches, c'est qu'on en joue un ou deux dans l'année, pas toutes les semaines", soupire l'ancien d'Arsenal. "C'est un acte criminel contre les fans, une honte, ce sont des escrocs", a pour sa part hurlé Gary Neville, l'ancienne idole de Manchester United. 

Dans la même veine, Patrice Garande, coach de Toulouse dénonce "le foot des riches contre les pauvres" : "Je sais bien qu'on est dans un monde où l'argent est roi mais ce ne serait pas une bonne chose. Ce n'est pas l'essence même du foot. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi les gros veulent jouer entre eux." De son côté, le président du Paris Saint-Germain, Nasser al-Khelaïfi s'est positionné contre le projet.

Commentateurs, journalistes et spécialistes du secteur sont aussi nombreux à critiquer la Super Ligue, comme Nathalie Iannetta.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess