Football

Un match de football entre Girondins et Basques dégénère

Par Thibault Vincent et Arnaud Carré, France Bleu Gironde et France Bleu Pays Basque lundi 16 janvier 2017 à 18:20

Un terrain de football d'un club amateur
Un terrain de football d'un club amateur © Radio France - Thibault Vincent

Samedi soir à Lormont (Gironde), à l'issue d'un match de Régionale 3, l'équipe de Saint-Pierre d'Irube (Pyrénées-Atlantiques) a été agressée au coup de sifflet final par des supporters locaux et des joueurs de la réserve de Lormont qui venait de s'incliner (2-3). L'arbitre a également reçu un coup.

Est-ce le final à suspens, conclu par le but de la victoire inscrit dans les dernières secondes par les visiteurs basques face à la réserve de Lormont qui venait de faire son retard en inscrivant 2 buts, qui a fait disjoncté certains spectateurs et des joueurs girondins ? Toujours est-il que les faits apparaissent d'une rare gravité.

Des coups jusque dans les vestiaires

Alors que l'arbitre siffle la fin de la rencontre, et que les joueurs rejoignent les vestiaires, une poignée d'individus installés dans les tribunes, réussissent à forcer les grilles pour pénétrer dans le tunnel et s'en prendre au capitaine de Saint-Pierre d'Irube. Les joueurs et dirigeants d'Hiriburuko Ainhara, selon leur récit, réussissent à se retrancher dans leur vestiaire. Mais les excités ne sont pas calmés et forcent la porte. En compagnie de 3 joueurs de la réserve de Lormont, ils distribuent les coups.

L'arbitre a reçu un coup

Alerté, l'arbitre intervient et prend au passage une tape derrière la tête, selon le rapport qu'il a transmis à la Ligue d'Aquitaine. Ce sont finalement des dirigeants de Lormont, aidés par quelques uns de leurs joueurs, qui parviennent finalement, après plusieurs minutes, à maîtriser les énergumènes, puis à protéger jusqu'à leur départ leurs adversaires et les arbitres.

Choqué, Hiriburuko Ainhara veut marquer le coup

Si le club hiriburutar, qui n'avait encore jamais connu de tels évènements, n'incrimine pas son homologue girondin, dont les dirigeants ont fait part de leur désapprobation vis-à-vis de ces violences et de leur soutien envers leurs visiteurs, il ne compte pas en rester là et demande des sanctions exemplaires. Le président de Saint-Pierre d'Irube, Eric Dheilly, a écrit en ce sens à la Ligue d'Aquitaine :

C'est une situation inacceptable qui porte préjudice au monde du foot (...) On veut marquer le coup, montrer que cela nous a choqué

Eric Dheilly, le président de Saint-Pierre d'Irube se dit choqué et veut marquer le coup face à des actes graves

L'US Lormont plaide sa bonne foi et porte plainte

Les dirigeants de Lormont expliquent, de leur côté, que ces incidents sont intervenus après l'échange de noms d'oiseaux sur le terrain, entre les joueurs, pendant le match. Ensuite, une dizaine de spectateurs, que le club qualifie d'"imbéciles" sont descendus faire le coup de poing. Les 3 dirigeants girondins présents auraient tenté de s'interposer, mais auraient été dépassés. L'USL ne confirme pas l'implication de 3 de ses joueurs. Son président, joint par France Bleu Gironde, dit s'attendre à des sanctions à son encontre. Le club girondin va porter plainte.

De lourdes sanctions à prévoir

La Ligue d'Aquitaine de football ne souhaite pas commenter cette affaire pour ne pas être accusée d'influer sur les décisions qui seront prises par sa commission de discipline. Si il s'avère que les 3 joueurs de l'US Lormont incriminés ont bien pris part à l'échauffourée, ils risquent de lourdes sanctions. Le club, responsable de l'organisation et de la sécurité, pourrait lui aussi le payer très cher.