Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Vente de l'ASSE : l'énigmatique projet du duo Pauly-Roussey

lundi 28 mai 2018 à 20:27 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

INFO FRANCE BLEU. Après l'échec des négociations avec Peak6, Jacques Pauly qui a tenté de racheter les Verts en 2009, revient à la charge en avançant un projet de 400 millions d'euros. Si les garanties sont encore très incertaines, une offre devrait intervenir dans les prochains jours.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - maxppp

Saint-Étienne, Loire, France

Après l'échec des négociations avec les Américains de Peak6, l'ASSE devrait voir arriver une nouvelle offre dans les prochains jours. Il s'agit du projet porté par Jacques Pauly, un homme originaire du Gers, à la réputation sulfureuse, qui s'est rapproché d'anciens Verts et d'investisseurs locaux. Il prévoirait aujourd'hui un investissement de 400 millions d'euros.

Le duo Roussey - Pauly revient à la charge

En décembre 2009, Jacques Pauly ambitionnait déjà de racheter l'AS Saint-Étienne. Il entretient de longue date une relation privilégiée avec l'ancien attaquant (1977 - 1983) et coach (2006 - 2008) des Verts, Laurent Roussey. Le duo devrait donc revenir à la charge dans les prochains jours. Pauly et Roussey se sont rapprochés d'entrepreneurs ligériens comme Marc Dias, ancien patron d'Eurêka Récupération à l'Étivallière, et de grands noms de l'Histoire de l'AS Saint-Étienne.

D'un point de vue économique, les contours du projet sont complexes et ne présentent, pour l'instant, aucune certitude. Dans les grandes lignes, Jacques Pauly souhaiterait faire de l'ASSE la vitrine de son groupe baptisé "X 3". Son investissement, "le projet d'une vie" selon son entourage, serait concentré sur la Loire et la Haute-Loire. Il dit rassembler sous son nom différents fonds d'investissements. 

Laurent Roussey entraîneur des Verts en 2008. - Maxppp
Laurent Roussey entraîneur des Verts en 2008. © Maxppp - Maxppp

400 millions d'euros sur la table

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les annonces sont fortes. Ce que Jacques Pauly a expliqué aux hommes sur lesquels il compte s'appuyer, c'est qu'il entend d'abord racheter le club pour environ 40 millions d'euros, le montant avancé lors des négociations entre Roland Romeyer, Bernard Caïazzo et les Américains de Peak6. Jacques Pauly aurait par ailleurs un accord avec Adao Carvalho (22% du capital du club) dont les parts sont actuellement confisquées par la justice

Par la suite, l'ambition sportive serait de faire de l'ASSE un club ultra compétitif, largement dans le top 5 français. Pour cela, Jacques Pauly entend mettre environ 100 millions d'euros sur la première année, et 400 en tout dans les caisses. Aux vues des liens tissés avec les anciens Verts, la formation deviendrait une priorité absolue du projet sportif.

L'ASSE pas obligée de vendre

Plusieurs obstacles se dressent désormais devant lui, en premier lieu, sa réputation. Dans les années 90 - 2000, Jacques Pauly a connu plusieurs mésaventures lorsqu'il a tenté de mettre les pieds dans le monde du sport français. Ses ambitions affichées à Rouen, Bordeaux et donc à Saint-Étienne, se sont toujours soldées par des échecs. Localement, il a rencontré Gaël Perdriau en 2016 . Même si aujourd'hui Jacques Pauly assure que leur réunion s'était bien mieux passée que ce qui a été dit, on se souvient de cette déclaration sur France Bleu du maire de Saint-Étienne : _"_C'était formidable ! Payer l'A45, payer le tramway... C'était surréaliste ! C'est la raison pour laquelle je n'ai pas donné suite."

Au-delà de cette réputation, le timing paraît désormais bien trop serré pour qu'une vente se fasse, alors que les garanties financières méritent probablement d'être analysées en profondeur. On se souvient également des arguments de l'ASSE lorsque la vente aux Américains a capoté, les actionnaires ont rappelé immédiatement qu'ils n'étaient "pas dans l'obligation de vendre". Une offre devrait donc être faite, mais on est encore loin d'imaginer qu'elle aboutira à un rachat.