Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

VIDEO - Arsène Wenger sur les 40 ans du sacre du Racing : "C'est pratiquement impossible dans le football moderne"

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Pour fêter les 40 ans du seul titre de champion de France du Racing club de Strasbourg, Arsène Wenger a retrouvé samedi 18 mai ses coéquipiers de l'époque à la Meinau. L'occasion pour le plus connu des anciens footballeurs strasbourgeois de parler du club avec France Bleu Alsace.

Pour les 40 ans du titre de champion de France du Racing, Raymond Doménech et Arsène Wenger ont retrouvé leurs coéquipiers de l'époque à Strasbourg, le 18 mai 2019.
Pour les 40 ans du titre de champion de France du Racing, Raymond Doménech et Arsène Wenger ont retrouvé leurs coéquipiers de l'époque à Strasbourg, le 18 mai 2019. © Radio France - Solène de Larquier

Strasbourg, France

La réception de Rennes à la Meinau samedi 18 mai (défaite 2-0), dernier match à domicile de la saison, a été l'occasion pour le Racing de fêter ses anciens. Il y a 40 ans, le club strasbourgeois remportait le titre de champion de France,  son unique sacre en première division à ce jour. Raymond Domenech, Jacques Novi, Toko, Léonard Specht, Jacky Duguépéroux (dont vous pouvez retrouvez les interviews en vidéo ici)... nombreux sont les anciens à avoir accepté l'invitation. 

Celui qui a le plus attiré l'attention des supporters, c'est Arsène Wenger, plus connu aujourd'hui pour ses 22 ans passés sur le banc d'Arsenal en Angleterre que pour ses années sous le maillot strasbourgeois. Mais il n'a pas boudé son plaisir d'être fêté en héros. L'occasion de revenir sur sa relation au Racing.

France Bleu Alsace : Arsène Wenger, on vous connait aujourd'hui plus pour votre carrière d'entraineur (ndlr : pour sa carrière d'entraîneur à Monaco et surtout les vingt-deux ans passés sur le banc d'Arsenal, menant le club anglais au plus haut niveau en Premier League et en Europe), qu'est-ce que ça vous fait de revenir aujourd'hui en tant qu'ancien joueur pour fêter ce titre ?

Arsène Wenger : C'est la joie parce que je pense que l'atmosphère autour du club et de l'équipe est très positive, y a un peu des zones similaires à ce qu'on a connu en 79 donc tout le monde est content, tout le monde sort de cette saison avec un trophée en plus. Y a vraiment beaucoup de similitudes avec ce qu'on a connu à l'époque.

FBA : On ne vous attendait pas forcément à l'époque comme champions ? 

A. W. : Non mais ce qui est arrivé à l'époque, c'est pratiquement impossible dans le football moderne, de gagner le titre de champion de France. Les moyens aujourd'hui sont concentrés dans quelques clubs qui rendent la chose beaucoup plus difficile. Je trouve déjà miraculeux ce que Strasbourg a fait sur les trois dernières années.

FBA : Et vous, ce sacre, que représente-t-il dans votre carrière ?

A. W. :  Je n'ai pas joué beaucoup. Pour moi à l'époque, ce que ça représentait c'était beaucoup de joie parce que j'étais supporter du Racing, et je suis venu pour entraîner le centre de formation et j'ai fait quelques matchs en même temps donc c'était un truc exceptionnel. Mais on ne peut pas s'imaginer l'atmosphère qu'il y avait autour de l'équipe. Parfois à l'entraînement, il y avait 4000 personnes. C'était incroyable et c'est un truc absolument unique que les joueurs ont vécu et qu'ils ont fait connaître au public. Je pense que les gens de l'époque... malheureusement il n'y en a plus beaucoup aujourd'hui... mais c'était quelque chose d'incroyable. 

FBA : Et en tant que Strasbourgeois, de voir cet engouement 40 ans plus tard pour ce titre ?

A. W. : Pour moi, l'Alsace c'est le Racing. Les frontières de l'Alsace coïncident pratiquement avec le support du Racing, et quand en plus ça marche, ça rend l'Alsace heureuse. Comme en plus le public est de plus en plus exigent, tous les ans il faut leur donner mieux et les quatre-cinq dernières années, le Racing a réussi à faire ça. On était tombé très très bas donc je pense que comme le public a souffert, il apprécie encore mieux. Faut en profiter parce que le foot c'est avant tout des émotions. Dans le foot, c'est toujours dans la déception ou dans l'euphorie, donc profitons-en parce qu'on souffre aussi de temps en temps.