Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

VIDÉO - Girondins de Bordeaux : "Je ne démissionnerai pas" affirme le PDG Frédéric Longuépée

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Frédéric Longuépée a réservé à France Bleu Gironde sa première interview radio et vidéo depuis l'arrêt de la saison de Ligue 1. Le PDG des Girondins de Bordeaux répond aux attaques des Ultramarines, détaille la situation financière du club et précise les prochains objectifs du club.

Rien à voir avec une visite habituelle au Haillan, entre les bruits des entraînements et les 300 salariés qui s'activent. Lorsque Frédéric Longuépée nous accueille devant l'entrée du château, il n'y a presque personne au club, à part les ouvriers qui refont le terrain d'entraînement des pros. "On n'a pas fait revenir les collaborateurs, explique le PDG des Girondins. On souhaite privilégier la santé de nos collaborateurs et ne pas prendre le moindre risque. Les joueurs reviendront ici à partir du 22 juin."

Dans son bureau, Frédéric Longuépée détaille les dossiers chauds. Le PDG des Girondins tient d'abord à rassurer tout le monde. Même si les pertes sont conséquentes, il affirme que le club n'est pas en danger. S'il refuse de dévoiler le montant du déficit pour cette saison, il promet que King Street, le propriétaire américain, va assumer. "Nous devons envoyer nos éléments budgétaires début juin à la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion, NDLR) pour une audition sans doute début juillet. Je ne suis pas inquiet. Nous allons faire preuve de la plus grande transparence. King Street saura honorer ses engagements comme depuis le début". 

La plainte contre les Ultramarines n'est pas encore déposée

Frédéric Longuépée explique ensuite ce qui va se passer pour les abonnés, sachant que tous les matches n'ont pas eu lieu. Ils pourront donner l'argent à un fonds pour soutenir les personnes qui ont travaillé pendant le confinement, ils pourront bénéficier d'un avoir pour des matches la saison prochaine ou encore d'un crédit sur leur prochain abonnement. Puis vient le dossier polémique du moment, la relation avec les Ultramarines. 

Le PDG des Girondins avait menacé de traîner les Ultramarines en justice après la diffusion sur les réseaux sociaux d'extraits d'une réunion privée. Pour l'instant la plainte n'est pas encore déposée. Frédéric Longuépée a confié le dossier à ses juristes. Mais il confirme qu'il ne laissera pas passer ce qu'il considère comme une agression contre l'institution Girondins de Bordeaux. Quant à son cas personnel, il affirme qu'il ne démissionnera pas. "Une fois qu'on aura demandé ma démission et que j'aurais expliqué que je ne démissionnerai pas, il faut dialoguer pour avancer. Dénigrer constamment quelles que soient les initiatives que nous prenons, ce n'est pas vraiment constructif".

Illustration avec le nouveau logo du club qui sera bientôt dévoilé. Les Ultras affirment que la direction piétine l'histoire des Girondins. Frédéric Longuépée s'étonne que cela pose problème seulement maintenant. "Le projet a été présenté au maire de Bordeaux, affirme le PDG des Girondins, aux partenaires, à quelques abonnés et même aux Ultramarines même s'ils n'ont pas souhaité poursuivre. Il traduit le projet du club. Ce logo sera présent sur les équipements des joueurs dès le début de saison prochaine". 

Au passage, Frédéric Longuépée fait une petite mise au point vis à vis du maire de Bordeaux Nicolas Florian qui a réclamé la semaine dernière un rendez-vous avec le propriétaire américain des Girondins. Frédéric Longuépée rappelle d'ailleurs qu'il a rencontré Nicolas Florian il y a quelques mois pendant une heure avec l'un des responsables de King Street et qu'il a adressé une lettre d'explication de six pages au maire de Bordeaux. Il laisse entendre qu'il n'y aura pas de rendez-vous avec les Américains mais que King Street va envoyer un nouveau courrier à Nicolas Florian. 

Le stade Matmut Atlantique pourrait être limité à 15.000 places pour la reprise

Un peu plus, place au sportif au sein du vestiaire des pros. Des vestiaires qui ont été rénovés avec davantage de couleur, les noms et les photos des joueurs sur leur casier. Frédéric Longuépée précise que l'objectif la saison prochaine sera de jouer la qualification européenne. Le Portugais Paulo Sousa sera toujours l'entraîneur et le groupe ne devrait pas beaucoup changer.  "Paulo est un grand entraîneur, explique le patron des Girondins. Il est dans son rôle quand il réclame de nouveaux joueurs pour gagner. Je suis dans mon rôle quand je lui explique qu'il faut gagner avec les joueurs qu'il a". 

L'équipe bénéficiera en tous les cas de nouveaux terrains d'entraînement cette saison. Pour l'instant, ce sont les pelleteuses qui sont en action. Mais dans quelques semaines, les joueurs disposeront de deux terrains semi-synthétiques, une pelouse identique à celle du stade Matmut Atlantique. Pour la reprise des matches, prévue le 23 août pour la Ligue 1, le club travaille sur un scénario avec un stade Matmut Atlantique qui pourrait être limité à une capacité de 15 000 places pour respecter les distances entre les spectateurs. 

Enfin, le club veut poursuivre son ancrage régional. "Nous sommes les  Girondins dans la région et Bordeaux partout ailleurs, affirme-t-il. Nous souhaitons que tous les enfants ne puisse aller dans un autre centre de formation en France ou en Espagne".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess