Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO : Patrice Evra convoqué par la FFF après avoir réglé ses comptes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Patrice Evra a violemment critiqué ce dimanche quatre consultants sportifs (Luis Fernandez, Bixente Lizarazu, Pierre Ménès et Rolland Courbis). Le défenseur de l'équipe de France, qui les accuse de détériorer son image, a été convoqué par la FFF pour "s'expliquer".

Dans une interview accordée à l'émission Téléfoot, Patrice Evra s'en est pris aux consultants sportifs
Dans une interview accordée à l'émission Téléfoot, Patrice Evra s'en est pris aux consultants sportifs © Maxppp

Cette fois, il n'y a pas de langue de bois. Dans une interview diffusée dimanche sur Téléfoot, Patrice Evra a taclé quatre consultants, qualifiés de "clochards" et de "parasites", à qui il reproche de faire de lui le "mal-aimé" des Bleus depuis le désastre du Mondial 2010 en Afrique du Sud.Le latéral gauche des Bleus et de Manchester United n'y a pas été par quatre chemins la veille du tirage au sort des barrages de la Coupe du monde 2014 : "Il y a Michel Fernandel (Luis Fernandez, NDLR), en 2008 je lui ai fait visiter Old Trafford, il était comme à Euro Disney. Quand on lui a donné les clefs du PSG, à part sucer des chupas chups (sucettes)  et danser la Macarena au bord du terrain, je ne sais pas ce qu'il a fait."Evra égratigne ensuite trois autres consultants : "Lizarazu, je ne sais pas ce qu'il a contre moi (...) Il a ses raisons. C'est le seul joueur, quand je suis arrivé en équipe de France, qui ne m'a pas serré la main (...) Il y a aussi (Pierre) Ménès. J'espère qu'un jour je le croiserais. Il a parlé de ma famille. Le jour où il arrivera à faire huit jongles, j'arrête ma carrière (...) Rolland Tournevis (Courbis) aussi, il ne fait que de parler."

[**Exclu : Patrice Evra règle ses comptes dans Téléfoot** sur WAT.tv](http://www.wat.tv/video/exclu-patrice-evra-regle-ses-6hgj3_2f1ud_.html "Vidéo Exclu : Patrice Evra règle ses comptes dans Téléfoot sur wat.tv") Évra convoqué par la FFF ------------------------ Le consultant de TF1 Bixente Lizarazu a immédiatement répondu sur le plateau de l'émission. Le champion du monde 1998 affirme "n'avoir aucun contentieux avec Evra". "C'est incompréhensible, consternant. Il dit que (son image) est de notre responsabilité ? Il se débrouille tout seul. Le timing est nul, juste avant les barrages. On l'avait déjà perdu en Afrique du Sud. On l'a reperdu." a ajouté le champion du monde 1998. [**La réponse de Bixente Lizarazu aux propos de Patrice Evra dans Téléfoot** sur WAT.tv](http://www.wat.tv/video/reponse-bixente-lizarazu-aux-6hgjj_2f1ud_.html "Vidéo La réponse de Bixente Lizarazu aux propos de Patrice Evra dans Téléfoot sur wat.tv")De son côté, le consultant de Canal+ a répliqué sur Twitter :  Suite à ses propos, Patrice Evra a été convoqué par le président de la fédération française de football Noël Le Graët et le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps pour "s'expliquer", a fait savoir la FFF [dans un communiqué](http://www.fff.fr/actualites/7785-550312-noel-le-graet-et-didier-deschamps-convoquent-patrice-evra). Interrogé en soirée sur le plateau de l'émission Canal Football Club sur Canal +, le sélectionneur des Bleus dit "regretter" les propos de son joueur et a parlé de "dérapage", estimant néanmoins qu'il s'agissait d'un "problème de personnes". "Avec le président, on recevra Patrice Evra pour lui demander des explications, ce qui me paraît logique. Tout au plus il aurait pu le penser, mais le dire ce n'est pas une bonne chose", a déclaré Deschamps. "Aujourd'hui, la problématique c'est qu'il y a une multitude de médias qui fait que ce n'est pas facile. Je ne lui donne pas raison, mais c'est dur", a encore dit le sélectionneur, qui a semblé se mettre dans une posture de protection de son joueur.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess