Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

VIDEO - Racing Club de Strasbourg 1979 : que sont les champions devenus ?

C'est (jusqu'ici) le seul titre de champion de France dans l'élite du football pour le Racing Club de Strasbourg. Le 1er juin 1979, l'équipe alsacienne, coachée par Gilbert Gress, battait Lyon 3 à 0. France Bleu Alsace a retrouvé chacun des 21 joueurs qui ont pris part au sacre.

L'équipe championne de France 1979 à Lyon pour le match décisif.
L'équipe championne de France 1979 à Lyon pour le match décisif. © AFP - Pinaud

Strasbourg, France

"Le plus beau jour de ma vie de sportif" : au tout début de notre vidéo, sur les images d'archives, on entend l'émotion retenue de Gilbert Gress, le seul entraîneur à avoir obtenu, jusqu'ici, le titre de champion de France de première division pour le Racing Club de Strasbourg. C'était le 1er juin 1979 à Gerland. Les Alsaciens venaient de battre Lyon 3 buts à 0

Samedi 18 mai, les champions 1979 seront célébrés, à l'occasion du match de la 37e journée de Ligue 1 contre Rennes. Paisibles retraités ou stars du ballon rond, que sont-ils devenus ? France Bleu Alsace les a presque tous retrouvés. Les statistiques sont signées Jeoffrey Voltzenlogel de Racing Data Base.

Vous retrouvez ici les 21 joueurs qui ont participé au sacre du Racing en 1979, plus le gardien remplaçant et l’entraîneur. En tête du classement, ceux qui ont joué le plus de matchs lors de la saison 78-79 :

  • Dominique Dropsy (gardien de but). 38 matchs en D1 lors de la saison du titre (il n’a pas manqué la moindre minute). International, le Chti a disputé près de 600 matchs en première division, principalement avec Strasbourg et Bordeaux. Il a entraîné les gardiens des Girondins après sa carrière. Décédé d’une leucémie en octobre 2015, à l’âge de 63 ans.
  • Léonard Specht (65 ans) (défenseur central). 38 matchs (il n’a pas raté la moindre minute), 2 buts et 3 passes décisives. L’enfant de Mommenheim a été à la fois joueur, entraîneur et plus brièvement président du Racing Club de Strasbourg. Il a été DRH pour l’entreprise Lohr à Duppigheim, où il continue encore un peu à travailler. Il anime aussi les Stages Léonard Specht, l’été à Walbourg.
  • Francis Piasecki (milieu). 38 matchs, 14 buts et 8 passes décisives. Le Mosellan a brièvement entraîné le Racing au milieu des années 1980. Passionné de chasse, il avait investi dans un hôtel. Il est décédé en mars 2018, à l’âge de 66 ans. 
  • Albert Gemmrich (attaquant) (64 ans). 38 matchs, 17 buts et 7 passes décisives. Originaire de Preuschdorf, il a eu une après-carrière très riche. Il a dirigé le centre de formation du Racing et été entraîneur-adjoint de Léonard Specht. En politique, Albert Gemmrich a été conseiller municipal à Strasbourg et conseiller régional. Enfin, il est revenu dans le monde du foot, pour être président de la Ligue d’Alsace de foot et désormais de la Ligue du Grand Est.
  • Raymond Domenech (défenseur latéral gauche) (67 ans).  37 matchs, 2 buts et 4 passes décisives. On ne le présente plus. Le Lyonnais a été sélectionneur de l’équipe de France entre 2004 et 2010. Depuis 2016, il préside l’UNECATEF, le syndicat des entraîneurs de foot en France. Chroniqueur télé.
  • Jacky Duguépéroux (défenseur latéral gauche) (71 ans). 28 matchs. Le Breton est devenu une légende en Alsace. Champion en tant que joueur en 1979, il a aussi gagné la coupe de la Ligue avec le Racing en 1997 et en 2005. Il a permis au club de remonter en Ligue 2 en 2016. A la retraite depuis trois ans, il élève ses chevaux à Kertzfeld et regarde ses enfants jouer au foot.
  • Roland Wagner (attaquant) (63 ans). 35 matchs, 14 buts, 8 passes décisives. Retraité, il habite toujours dans son village de Drusenheim. Il a travaillé longtemps comme paysagiste chez Weberhaus, l’entreprise de Hans Weber, le président du club allemand du SV Linx.
  • René Deutschmann (67 ans) (milieu). 34 matchs, 1 but. L’un des Strasbourgeois de l’équipe partage sa retraite entre l’Alsace et la Thaïlande. Il y a deux ans, il avait été rapatrié en France, après un grave accident vasculaire cérébral.
  • Joël Tanter (attaquant) (68 ans). 33 matchs, 3 buts et 4 passes décisives. L’autre Breton du Racing a longtemps officié dans les cuisines de l’Ancienne Douane à Strasbourg. Il habite toujours à Schiltigheim et il ne manque quasiment aucun match à la Meinau.
  • Jean-Jacques Marx (défenseur latéral droit) (61 ans). 30 matchs, 6 buts et 2 passes décisives. Originaire de Fegersheim, « Django » Marx a entraîné de nombreux clubs amateurs en Allemagne. Il coache toujours aujourd’hui au SV Nesselried, à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg.
  • Jacques dit Jacky Novi (72 ans) (défenseur central). 30 matchs. Le Gardois, qui compte 20 sélections en équipe de France, a aussi fait une carrière d’entraîneur dans le Sud (Nîmes, Rodez, Fréjus, Alès, Istres). Il a ensuite travaillé chez Adidas. Depuis une dizaine d’années, il coule une paisible retraite dans son village de Bellegarde, entre Alès et Nîmes.
  • Yves Ehrlacher (64 ans) (milieu). 29 matchs, 5 buts et 1 passe décisive. Originaire de Sundhoffen, il a longtemps entraîné l’ASIM. Il vit désormais à Seppois-le-Bas dans le Sundgau avec sa compagne, l’ancienne pilote auto Cathy Muller. Il suit de près les exploits de son fils Yann, qui est également pilote. 
  • Roger Jouve (70 ans) (milieu). 26 matchs, 1 passe décisive. Après sa carrière, le joueur formé à Nice, a travaillé chez Puma, dans une entreprise niçoise et il a fini responsable de l’accueil de la clientèle dans un casino d’Antibes. Il est à la retraite depuis dix ans et habite à Antibes Juan-Les-Pins. A 70 ans, il n’a pas encore de « problèmes d’articulation » et continue à faire du sport, notamment du footy volley.
  • Nambatingue Tokomon, dit Toko (66 ans). 17 matchs, 1 but et 5 passes décisives. A la fin de sa carrière, le Tchadien (seul étranger dans l’effectif strasbourgeois en 1978-79) a été recruteur du PSG pendant une quinzaine d’années. De son propre aveu, il "n’a plus fait grand-chose ensuite". Il est désormais retraité à Vallauris dans le sud, où il joue parfois à la pétanque avec Roger Jouve.
  • Jacky Vergnes (attaquant) (70 ans). 4 matchs, 1 but. Après sa carrière, il a acheté un hôtel près de Sète. Il a ensuite travaillé pendant près de 20 ans à Sita-Suez, puis il a été à nouveau propriétaire d’un hôtel à Aigues-Mortes, où il vit toujours, désormais à la retraite.
  • Rémy Vogel (défenseur central). 4 matchs. Le Strasbourgeois, qui sera aussi champion de France avec Monaco en 1988, est décédé en octobre 2016, à l’âge de 55 ans.
  • Bernard Tischner (61 ans) (milieu). 2 matchs. Originaire de Soultz-Haut-Rhin, il a quitté le Racing après le sacre à l’été 1979. Il a notamment joué à Rennes et à Montpellier.
  • Arsène Wenger (69 ans) (défenseur central). 2 matchs. Originaire de Duttlenheim, c’est le plus connu de tous à l’échelle planétaire, même s’il avait un petit rôle l’année du titre. Il a entraîné Nancy, Monaco, Nagoya et surtout évidemment les Gunners d’Arsenal pendant 22 ans, entre 1996 et 2018. Consultant télé, il attend peut-être un dernier défi sportif.
  • André Wiss (attaquant) (60 ans). 2 matchs. Il travaille toujours en tant qu’ouvrier dans une entreprise de plasturgie près de Fribourg en Allemagne. Il a présidé jusqu’à l’été dernier le club de foot de l’AS Guémar, son village d’origine.
  • Jacques Glassmann (56 ans) (défenseur central). 1 match. A 16 ans seulement, il a disputé un seul match lors de la saison du titre. Le Haut-Rhinois est à l’origine de l’affaire VA-OM, en dénonçant la tentative de corruption, dont il a été l’objet de la part des dirigeants marseillais. Il travaille à la commission de reconversion des joueurs à l’UNFP, l’Union nationale des footballeurs professionnels.
  • Eric Mosser (60 ans) (milieu). 1 match. Originaire de Strasbourg, il travaille toujours, au Crédit Mutuel.
  • Patrick Ottmann (63 ans) (gardien). Il n’a pas joué la moindre minute en championnat en 1978-79, mais on le cite quand même, car c’était la doublure du gardien titulaire, Dominique Dropsy. Il gère depuis une trentaine d’années et la fin de sa carrière, le restaurant « A la Couronne », dans son village d’origine Rohrwiller.
  • L’entraîneur : Gilbert Gress (77 ans). Il est revenu entraîner le Racing entre 1991 et 1994, puis en 2009, où l’expérience a tourné court. Il partage sa vie entre l’Alsace et la Suisse, où sa côte de popularité est encore forte. A la télé suisse, il participe notamment à des émissions sportives ou de variété.