Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile

Voile : il vend sa maison pour participer à la Mini-Transat

jeudi 28 septembre 2017 à 5:00 Par Antoine Miailhes, France Bleu Breizh Izel et France Bleu La Rochelle

La Mini-Transat ce n'est pas qu'une simple course à la voile qui relie La Rochelle à la Martinique, c'est aussi une course aux financements. Le budget pour s'aligner au départ est d'environ 70.000 euros. Pour parvenir à le boucler, certains skippers font parfois quelques folies.

Germain Kerlévéo va participer à sa toute première Mini-Transat.
Germain Kerlévéo va participer à sa toute première Mini-Transat. - Antoine Miailhes

La Rochelle, France

Pour s'aligner au départ de sa toute première Mini-Transat, Germain Kerlévéo, un skipper Lorientais, n'a pas fait les choses à moitié. "J'ai carrément vendu ma maison", avoue ce père de famille de 34 ans. En même temps c'était ça ou renoncer à l'un de ses rêves d'enfance. "Réussir à prendre le départ de la Mini-Transat c'est déjà une victoire en soi car il faut passer par des courses qualificatives. Plus on se rapproche de l'échéance, plus on se dit que ce serait bête de tout abandonner et reculer. La voile c'est un virus dévorant et pour participer à une telle course, on est parfois prêts à tout."

Être plus serein au départ

Avec une maison vendue, une campagne de financement participatif et un prêt de 40.000 euros, Germain va pouvoir prendre le départ de la course. Cependant, il lui manque encore un sponsor principal sur son bateau, ce qui lui donnerait des avantages non-négligeables. "Cela me permettrait d'être plus serein au départ, car une fois la course terminée, j'aurai moins de mensualités à rembourser. C'est aussi le petit coup de pouce qui peut me permettre d'obtenir un matériel plus performant."

La coque du bateau de Germain a encore de la place pour accueillir quelques sponsors - Aucun(e)
La coque du bateau de Germain a encore de la place pour accueillir quelques sponsors - Antoine Miailhes

Au total, il lui manque environ 20.000 euros, c'est le prix à payer pour l'accompagner dans son aventure et le voir faire un résultat, comme un podium par exemple.