Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% Verts

Wesley Fofana : "J'ai amené de la joie à toute ma famille en prolongeant à l'AS Saint-Etienne"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

A l'AS Saint-Etienne, comme au sein de sa famille, le jeune défenseur qui vient de prolonger son contrat avec son club formateur, est au centre des attentions.

Wesley Fofana avec Loïc Perrin derrière, capitaine et défenseur lui aussi formé à l'ASSE.
Wesley Fofana avec Loïc Perrin derrière, capitaine et défenseur lui aussi formé à l'ASSE. © Maxppp - Yves Salvat

C'était une des priorités du club, avant le début de la pandémie de coronavirus : prolonger son très prometteur défenseur de 19 ans. C'est désormais chose faite. Wesley Fofana a prolongé, mardi, son contrat avec l'AS Saint-Etienne jusqu'en 2024. Il revient pour France Bleu Saint-Etienne Loire sur ce moment particulier, surtout actuellement, ou il est confiné en famille à Marseille.

Son contrat imprimé dans un taxiphone à Marseille

"Je ressens beaucoup de joie et de fierté de prolonger dans mon club formateur. On peut dire que c'était un chantier. Je n'avais pas d'imprimante. J'ai du descendre dans un taxiphone en bas de chez moi pour imprimer le contrat, le signer et le renvoyer. Mais c'est une bonne nouvelle, surtout dans ces moments difficiles. Ma signature a amené de la joie dans toute ma famille. Ils sont derrière moi et me poussent."

Un club et un coach pour atteindre le plus haut niveau

Formé à l'ASSE, le natif de Marseille sait bien que de grands clubs européens s'intéressent déjà à lui. Son coéquipier en défense et ami, William Saliba, partira en fin de saison pour jouer en Angleterre sous le maillot d'Arsenal. Mais lui veut se laisser le temps de progresser sous le regard bienveillant du manager des Verts, Claude Puel. "C'est mon club de cœur. Je ne me voyais pas ailleurs. Je m'y vois encore dans le futur. J'ai l'ambition de jouer au plus haut niveau mais je ne veux pas brûler les étapes. Pour l'instant, je suis dans l'un des plus grands clubs français avec un bon coach qui veut m'emmener en haut." 

"On m'appelle le chouchou du coach mais ça va, je le prends bien."

"C'est une relation de confiance. Claude Puel m'apporte beaucoup de rigueur et me fait travailler tactiquement car je manque encore un peu de maturité, de concentration. On ne rigole pas tout le temps et on ne se fait pas de câlins tout le temps mais il y a une bonne entente. Après on m'appelle le chouchou du coach mais ça va, je le prends bien."

Une nouvelle coupe de cheveux pour célébrer ça

A l'AS Saint-Etienne, comme au sein de sa famille, le jeune défenseur est au centre des attentions. Quatrième d'une fratrie de six enfants dont certains vivent encore à Marseille, Wesley Fofana a une nouvelle fois fait parler de lui avec sa nouvelle coupe de cheveux. 

"Je ne sais pas ce qui m'a pris. Quand j'ai signé, j'ai directement appelé mon coiffeur en lui disant que je voulais marquer le coup. Il m'a proposé de m'écrire 2024 sur l'arrière de ma tête. Il est venu chez moi. Ç'a pris deux heures. Je trouve ça cool. J'ai du vert, du rouge aussi sur le côté. Les gens me disent que je suis fou mais ils aiment. Donc ça va. Y a un truc entre les supporters et moi. Tant que mes Stéphanois sont contents, tout va bien."

"Y a un truc entre les supporters et moi. Tant que mes Stéphanois sont contents, tout va bien."

Depuis le début du confinement, comme les autres joueurs de l'ASSE, Wesley Fofana fait du renforcement musculaire avec du matériel envoyé par le club. Il suit les programmes de son préparateur physique, et il court aussi en fin de journée dans un parc à côté de chez lui à Marseille, en attendant que le championnat reprenne. Mais "pas à huis clos", espère-t-il. "Parce qu'un Chaudron sans supporters, ce n'est pas le Chaudron." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess