Football

XV de France : le successeur de Saint-André connu d'ici fin mai

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde samedi 28 mars 2015 à 10:30

Serge Blanco a clarifié la situation quant à la succession de Philippe Saint-André.
Serge Blanco a clarifié la situation quant à la succession de Philippe Saint-André. © MaxPPP

Serge Blanco a annoncé vendredi soir qu'on connaîtrait d'ici un mois et demi le nom du futur sélectionneur des Bleus. Sans surprise Raphaël Ibanez, le manageur de l'Union Bordeaux-Bègles, fait partie de la short liste.

Invité de l'émission les Spécialistes sur Canal + sport, le vice-président de la Fédération française de rugby a enfin livré quelques indices sur le calendrier et le processus de désignation du futur patron sportif du XV de France.

Serge Blanco a expliqué que la décision sera prise "avant la fin du championnat" . L'ancien arrière international fera partie d'un comité de sept personnes. A ses côtés Pierre Camou, Jo Maso, Jean-Pierre Lux, Jean-Claude Skrela, Didier Retière et Jean Dunyach. Un comité qui devrait évoquer le sujet le 10 avril prochain avant de rencontrer les candidats .

Guy Novès, manager du Stade Toulousain. - Radio France
Guy Novès, manager du Stade Toulousain. © Radio France - Yves Maug
Le manageur de l'UBB Raphaël Ibanez , que beaucoup présentent comme le favori, sera bien sûr sur la liste . Mais il n'est pas le seul, Serge Blanco ayant glissé les noms de Guy Novès ou encore Fabien Galthié , "des personnes compétentes" .

L'annonce va en tous cas permettre aux employeurs, c'est-à-dire, aux présidents de clubs concernés de s'organiser. Parmi eux, le Girondin Laurent Marti qui n'a pas caché son agacement sur l'absence de calendrier, propice à toutes les rumeurs.

Raphaël Ibanez ne cache pas son intérêt mais se dit concentré sur sa fin de saison aqvec l'UBB. - Radio France
Raphaël Ibanez ne cache pas son intérêt mais se dit concentré sur sa fin de saison aqvec l'UBB. © Radio France
Interrogé par nos confrères de Sud-Ouest, Raphaël Ibanez reconnaît qu'il n'est pas insensible à ce qui se dit ou s'écrit. "Je ne peux pas rester indifférent aux rumeurs. L'équipe de France, c'est dix ans de ma vie, elle est ancrée en moi. Mais je ne considère pas ça comme un poids. On ne force pas le destin par ces jeu de petites phrases, des candidatures spontanées, du lobbying" .

L'ancien talonneur du XV de France sait qu'une fin de saison réussie avec l'UBB donnerait encore plus de crédit à une candidature qui n'en manque déjà pas.